Eurosport
 WTCC : Circuit Paul RicardRegarder 
 
  • Blog Ace homepage
 
Protéger Nadal pour Roland-Garros? La fausse bonne idée de Forget
22/04/2013 - 12:38

Protéger Nadal pour Roland-Garros? La fausse bonne idée de Forget

En s'inclinant en finale à Monte-Carlo face à Novak Djokovic, Rafael Nadal n'a pas seulement abandonné le titre qu'il détenait sans interruption depuis 2005. Il a aussi perdu 400 points au classement ATP. Anecdotique? Evidemment. Sauf que Nadal doit aujourd'hui batailler pour reprendre sa place parmi les quatre premiers au classement ATP. Vu le nombre de points qu'il aura à défendre d'ici Roland-Garros (1590, soit davantage que n'importe quel autre joueur sur le circuit), il aura a priori du mal à retrouver sa place dans le Big Four. 1000 points le séparent aujourd'hui de David Ferrer. Conséquence, il est susceptible de se retrouver dans le quart de tableau de n'importe lequel des quatre premiers de l'actuel classement mondial: Ferrer, Murray, Federer ou Djokovic.

Une perspective que goûte assez peu Guy Forget, lequel a déclaré dimanche qu'il serait peut-être de bon ton de modifier la règle d'attribution des têtes de série. "Oui, le tournoi de Roland-Garros peut changer la règle. Le règlement stipule bien que les tournois du Grand Chelem peuvent modifier cet ordre, a-t-il expliqué dimanche après la finale de Monte-carlo. Ça ne me choquerait pas, ça ne serait pas illogique. Cela n'engage que moi, mais on verra bien d'ici Roland-Garros. Nadal - Djokovic en quarts à Roland, si on les retrouve en finale des plus grands tournois des semaines qui viennent, oui ce serait dommage".

Dans l'esprit de Forget, l'objectif est donc de protéger Nadal ET le tournoi. Si une telle méthode bénéficierait incontestablement au champion majorquin, je pense qu'elle ne serait pas bénéfique au tournoi parisien. Tout ça sent la fausse bonne idée à pleine nez. Sur le fond comme sur la forme. L'argument principal de Forget, c'est évidemment la jurisprudence Wimbledon. Le tournoi londonien ne tient pas compte du classement ATP pour désigner ses têtes de série. Ou plus exactement il n'en tenait pas du tout compte jusqu'en 2001. Depuis, suite à un accord signé avec l'ATP, le classement sert de base, avant une pondération tenant compte des points acquis sur gazon lors des douze derniers mois, ceux-ci étant "boostés" par un coefficient supérieur. Ce système se veut plus "mathématique" et transparent que celui qui prévalait avant 2001. Le fameux "Committee" se réunissait et désignait l'ordre des têtes de série selon son bon vouloir.

Nadal N.5, idéal pour pimenter le tournoi

Je n'ai jamais été un grand fan de "l'exception londonienne" et je vois deux bonnes raisons pour trouver ce fonctionnement obsolète. D'abord, l'uniformisation des surfaces. Le gazon a longtemps été une affaire d'ultra-spécialistes. On voyait encore dans les années 80 de vraies terreurs du gazon surgir une fois l'été venue alors qu'elles étaient loin du gratin mondial le reste de l'année. A l'inverse, certains ne mettaient pas un pied devant l'autre sur gazon. Aujourd'hui, s'il y a toujours de bons joueurs de gazon, le rapport de forces entre les meilleurs mondiaux n'est pas radicalement différent sur herbe de ce qu'il peut être ailleurs. D'autre part, le passage de 16 à 32 têtes de série (en 2001 également) a considérablement augmenté le degré de "protection" des meilleurs. Wimbledon, fort de son aura, s'accroche à sa prérogative, mais ses changements sont désormais souvent à la marge. Plus qu'ils l'ont été parfois par le passé.

Malgré tout, voilà donc que Guy Forget se plaît à envisager un Roland-Garros suivant le sillon anglais. Sur le fond, je pense qu'il a tort. Serait-il dommage de voir un Djokovic-Nadal ou un Federer-Nadal en quarts de finale? De mon point de vue, non. Pas plus que le Federer-Nadal de 2005 en demi-finales. A l'époque, les deux hommes étaient incontestablement au-dessus du lot. Ils étaient les deux meilleurs joueurs du tournoi. Leur demie, c'était la vraie finale de cette édition. L'important est qu'ils se soient affrontés. Puis, aujourd'hui, vu le niveau de jeu atteint par le Big Four, il y a des finales avant la lettre dès les demies. Les Federer-Djokovic, les Nadal-Djokovic, les Federer-Nadal, le Djokovic-Murray de Melbourne en 2012, en demi-finales, ce n'est pas dommage. C'est formidable. Je ne vois pas pourquoi ce qui serait appréciable en demies ne le serait pas en quarts. Roland-Garros ne s'arrêterait pas après un Nadal-Djokovic en quarts. C'est insulter les autres que de le dire. Que souhaite Forget? Un schéma pré-établi? Un tableau version Gattaca? Pour ma part, je trouve l'idée d'un Nadal tête de série numéro 5 plutôt excitante. L'idéal pour pimenter le tournoi.

De quel Forget parle-t-on ? Le consultant ou l’administrateur du tournoi ?

Par ailleurs, Forget ne va pas au bout de son idée. Qu'il soit plus clair. Qui sacrifie-t-il s'il protège Nadal? Et sur quels critères? Sortir Ferrer, le moins médiatique du lot? Pratique. Murray, celui qui a les moins bons résultats d'ensemble sur terre? Mais ne serait-il pas dommage d'avoir un Djokovic-Murray ou un Nadal-Murray dès les quarts? L'Ecossais n'a quand même pas usurpé sa place. Il est dans le Top 4 depuis plus de deux ans sans discontinuer. Et où Forget place-t-il Nadal? Tête de série numéro un? Deux? S'il le met numéro un, Djokovic doit-il être deux? Après tout, il n'a joué qu'une finale à Paris. Il ne s'y est jamais imposé, contrairement à Federer. Protéger Nadal, ce serait forcément léser un des quatre joueurs devant lui et il remplacera ce qu'il considère comme une injustice par une autre injustice.

Au-delà du fond, la forme est catastrophique. Si Guy Forget n'était que l'ancien capitaine ou le consultant télé, ce ne serait pas un problème. Il donnerait son avis, ouvrirait un débat. Le problème, c'est qu'il est, aussi, membre du comité de pilotage de Roland-Garros. Il a beau dire qu'il ne parle qu'en son nom, il ne peut ignorer la portée du message qu'il adresse. Or une telle réforme ne pourrait survenir qu'après une réflexion de fond, pas via une improvisation totale, au débotté, en fonction des circonstances et de ce qu'il croit être l'intérêt du tournoi, quelques semaines avant l'échéance. Roland-Garros a d'autres chats à fouetter. De vrais challenges à relever. Il y a beaucoup, beaucoup de travail à accomplir porte d'Auteuil. La sortie de Forget n'est pas à la hauteur des défis qui guettent le tournoi parisien, en passe de faire figure de cancre parmi les quatre tournois majeurs du circuit. De toute façon, si jamais cette idée venait à avoir une suite dans les jours à venir, je ne serais pas surpris que Rafael Nadal lui-même vienne mettre un terme au débat en s'y opposant. Un champion de sa trempe ne marchande pas son tableau. Une attitude qui, elle, servirait vraiment ce grand rendez-vous qu'est Roland-Garros.

Laurent VERGNE
Twitter: @LaurentVergne

 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus