AFP

Dopage : Dick Pound doute de la présence de la Russie aux JO de Rio 2016

Pound doute de la présence de la Russie aux JO
Par Eurosport

Le 15/01/2016 à 12:23

DOPAGE - Même si "la balle est dans le camp la Russie", le président de la commission d'enquête indépendante de l'AMA doute aujourd'hui que les instances du pays aient fait le nécessaire d'ici mars pour se voir autoriser à participer aux JO de Rio l'été prochain. Selon le nouveau rapport de l'AMA, 23 athlètes russes ont notamment été épargnés grâce aux malversations à l'IAAF.

Dick Pound, président de la commission d'enquête indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA), a semblé douter jeudi de la présence des athlètes russes aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, même si "la balle est dans leur camp".

"Cela dépend de la Russie, mais cela dépend aussi des autorités de tutelle, l'AMA et l'IAAF, la balle est dans leur camp", a insisté Dick Pound jeudi à Munich (Allemagne), lors de la publication du second volet du rapport de sa commission d'enquête sur le dopage dans l'athlétisme russe. "J'avais confiance en novembre, mais je ne sais pas s'ils seront en mesure de le faire, on ne m'a pas donné d'informations", a ajouté l'ancien patron de l'AMA.

23 athlètes russes épargnés selon le nouveau rapport de l'AMA

Les trois anciens hauts responsables de l'athlétisme mondial (IAAF) mis en examen par la justice française ont reconnu que leurs malversations avaient permis à 23 athlètes russes dopés d'échapper à une suspension, a indiqué Eliane Houlette, patronne du parquet national financier français.

L'ex-président de l'IAAF (1999-2015) Lamine Diack, son ancien conseiller Habib Cissé et l'ex-médecin chef de la Fédération internationale Gabriel Dollé "ont reconnu que le traitement à partir de 2011 des procédures de passeports biologiques suspects de 23 athlètes russes a été réalisé de manière inhabituelle", a déclaré Eliane Houlette à Munich, après la publication du second volet du rapport de l'Agence mondiale antidopage (AMA) sur le dopage et la corruption dans l'athlétisme russe.

Selon Eliane Houlette, les processus ont été menés "sans que la fédération d'athlétisme russe ou que la fédération internationale d'athlétisme ne mettent en oeuvre une procédure de sanction adéquate et ne prenne des mesures de suspension". Cela a permis "à ces athlètes de participer aux JO de Londres de 2012 et pour certains d'entre eux aux mondiaux de 2013 alors que si la procédure habituelle avait été appliquée, ils auraient très certainement dû être suspendus", a souligné la procureure.

Vidéo - Pound doute de la présence de la Russie aux JO de Rio

02:15

Réponse en mars

Selon Mme Houlette, Lamine Diack, Gabriel Dollé et Habib Cissé ont expliqué "ces traitements inhabituels, notamment par la volonté de ne pas créer un scandale à l'approche des JO au moment où étaient négociés un contrat avec un important sponsor ainsi que les droits télévisuels pour les Mondiaux de 2013" en Russie.

"L'information (judiciaire) en cours s'attache à vérifier si ces agissements ont pu donner lieu à contrepartie financière occulte et à vérifier l'utilisation éventuelle de ces fonds", a indiqué Eliane Houlette.

La Fédération russe d'athlétisme est suspendue depuis le 13 novembre par l'IAAF, après la publication par la commission d'enquête de l'AMA du premier volet de son rapport sur l'athlétisme russe. Et pour espérer aller à Rio, elle devra obtenir la levée de cette suspension par le Conseil de l'IAAF, le gouvernement de l'institution, dont la prochaine réunion aura lieu en mars, à Cardiff, au pays de Galles.

(Avec AFP)

0
0