Kenya's Stanley Biwott crosses the finish line to win the 36th Paris Marathon in Paris April 15, 2011 - Reuters
 
Article
commentaires
Athlétisme > Marathon de Paris

Biwott chez lui à Paris

Biwott chez lui à Paris

Par AFP
Dernière mise à jour Le 15/04/2012 à 22:02 -
Par AFP - Le 15/04/2012 à 22:02
Le Kenyan Stanley Biwott, déjà vainqueur du semi-marathon de Paris le 4 mars dernier, a confirmé dimanche qu'il était bien chez lui à Paris en remportant la 36e édition du marathon de la capitale avec au passage le nouveau record de l'épreuve (2h 05:12).

Personne n'a plus lutté face à Stanley Biwott. Déjà vainqueur du semi-marathon de Paris le 4 mars dernier, le Kenyan a confirmé qu'il était bien chez lui à Paris en remportant la 36e édition du marathon de la capitale dimanche avec, au passage, le nouveau record de l'épreuve (2h05'12). L'Ethiopienne Tirfi Beyene, vainqueur chez les femmes, a également battu le record en 2h21'40, un temps toutefois insuffisant -mais sur un parcours difficile- pour espérer participer au marathon des jeux Olympiques de Londres.

Et quelle performance de Biwott! Le Kenyan a signé une prestation exceptionnelle pour inscrire pour la première fois, à 26 ans, son nom au palmarès de l'épreuve parisienne. Dans la fraîcheur, et malgré un vent très fort, Biwott s'est envolé, seul, aux alentours du 30e km, pour lâcher inexorablement ses deux derniers adversaires éthiopiens, Sisay Jisa et Raji Assefa. "Je me sentais vraiment bien dans la première partie. Je savais qu'il y avait une forte opposition, mais c'est quand je suis parti (au 30e km, ndlr) que j'ai compris que je pouvais gagner", a déclaré Biwott.

Record à la clé

Longtemps même, la foulée aérienne du Kenyan a fait penser que le futur vainqueur pourrait titiller le record du monde de la spécialité, détenu depuis septembre dernier par son compatriote Patrick Makau (2h03'38. à Berlin). Mais les derniers kilomètres du tracé parisien sont terribles, et Biwott a dû lever le pied pour ne pas tout perdre. A l'issue de la course, sur un parcours plus roulant et dans des conditions météo favorables, Biwott se disait prêt à baisser son chrono "d'une minute"... Derrière, Raji Assefa (2e en 2h06'24.) et Sisay Jisa (3e en 2h06'27) se sont départagés au sprint.

Chez les dames, Beyene a également été impressionnante, s'imposant avec plus de 3 minutes d'avance sur la Turque Sultan Haydar (2e, 2h25:09.) et une autre Ethiopienne, Makda Harun (3e, 2h26'46). Beyene, qui visait 2h20 pour accrocher les minima pour les JO de Londres, a cependant dû revoir ses ambitions à la baisse. "C'était très difficile, les derniers kilomètres en particulier, même si je m'étais bien entraînée", a-t-elle confié.