Mondiaux 2016 en salle - 3e journée: Ashton Eaton triomphe à domicile

A domicile, Ashton Eaton était imprenable
Par AFP

Le 20/03/2016 à 09:22

MONDIAUX 2016 EN SALLE - L'Américain Ashton Eaton, a remporté sans surprise pour la troisième fois consécutive l'heptathlon des Mondiaux en salle, samedi à Portland.

Ashton Eaton est sur un nuage. L'Américain, roi des épreuves combinées, a remporté sans surprise pour la troisième fois consécutive l'heptathlon des Mondiaux en salle, samedi à Portland.

Le natif de Portland, soutenu par 7000 spectateurs tout acquis à sa cause, a enchaîné une sixième victoire de suite dans un grand rendez-vous (Mondiaux-2012 en salle à Istanbul, J.O 2012 de Londres, Mondiaux 2013 en plein-air de Moscou, Mondiaux 2014 en salle de Sopot, Mondiaux 2015 en plein-air de Pékin).

Son triomphe avec 6470 points devant l'Ukrainien Oleksiy Kasyanov (6182 pts) et l'Allemand Mathias Brugger (6126 pts) est d'autant plus beau que la veille sa femme, la Canadienne Brianne Theisen-Eaton, avait décroché la couronne mondiale en pentathlon, son premier titre important.

"Quoi qu'il arrive ce samedi, ce titre de Brianne était le plus important pour moi", a-t-il assuré.

Les Etats-Unis ont remporté trois autres titres samedi et notamment celui du 60 m dames qui est revenu à Barbara Pierre (7.02) devant la grande favorite, la Néerlandaise Dafne Schippers (7.04).

Au lancer du poids, Michelle Carter s'est imposée avec la meilleure performance mondiale de l'année à la clef (20,21 m), tandis que la revenante, la Néo-Zélandaise Valerie Adams, double championne olympique et quadruple championne du monde, a dû se contenter de la 3e place (19,25 m).

Enfin, le 800 m messieurs a été dominé par l'inattendu Boris Berian (1:45.83) qui a emballé la finale d'entrée et complètement déstabilisé le favori, le Quatarien Lusaeb Abdulrahman Balla, qui a dû se contenter de la 5e place.

Pavel Maslak confirme sur 400 m

"Venir de nulle part et gagner le titre mondial me montre que je suis dans la bonne direction", a admis Berian.

Le Tchèque Pavel Maslak a conservé son titre de champion du monde du 400 m avec un chrono de 45 sec 44/100e, devant le Qatarien Abdelalelah Haroun (45.59) et le Trinidéen Deon Lendore (46.17).

De son côté, le Chinois Dong Bin a offert à son pays une rare couronne mondiale dans les Mondiaux en salle, la troisième seulement de l'histoire.

Il a remporté le concours de triple saut en retombant à 17,33 m, devant l'Allemand Max Hess (17,14 m) et le Français Benjamin Compaoré (17,09 m) qui, lui, a fait le pari fou de changer de pied d'appel en janvier à quelques mois seulement des jeux Olympiques 2016 de Rio.

Le titre féminin est revenu à la Vénézuélienne Yulimar Rojas, 20 ans, qui s'est imposée avec 14,41 m, devant l'Allemande Kristin Gierisch (14,30 m) et la Grecque Paraskevi Papahristou (14,15 m).

Autre révélation du week-end, l'Italien Gianmarco Tamberi, sacré champion du monde à la hauteur à 23 ans, avec ses 2,36 m, devant le Britannique Robert Grabarz (2,33 m, à sa première tentative), l'Américain Erik Kynard (2,33 m, à sa deuxième tentative) et surtout le Qatarien Mutaz Essa Barshim, champion du monde en salle en 2014, seulement 4e (2,29 m).

0
0