Panoramic

Le programme de dimanche : Pour décrocher une 3e médaille, la France ne mise plus que sur ses 4x400m

Le programme de dimanche : Pour décrocher une 3e médaille, la France ne mise plus que sur ses 4x400m

Le 29/08/2015 à 19:25

MONDIAUX 2015 - Dimanche à Pékin, les championnats du monde d'athlétisme se concluent avec sept finales au programme. En quête d'une troisième médaille, la France ne sera représentée qu'avec les deux relais du 4x400m. Les Bleues ont le podium dans le viseur. Ce sera plus dur pour les messieurs.

Le programme de dimanche et les Français en lice

  • Marathon – Femmes – Finale à 1h30
  • Saut en hauteur – Hommes – Finale à 12h30
  • Lancer du javelot – Femmes – Finale à 12h45
  • 5000m – Femmes – Finale à 13h15
  • 1500m – Hommes – Finale à 13h45
  • 4x400m – Femmes – Finale à 14h05 : Équipe de France
  • 4x400m – Hommes – Finale à 14h25 : Équipe de France

Les finales où la France rêve d'une dernière médaille

4x400m - Femmes : Le bronze est ouvert pour les Bleues

Tenant du titre : Russie

Meilleur performeur de la saison : États-Unis (3'19''39)

En séries, les Bleues ont assuré le coup en prenant la 3e place derrière les USA et la Grande-Bretagne. Les championnes d'Europe peuvent croire à la médaille. Qualifiées pour la finale avec le 6e chrono, Estelle Perrossier, Marie Gayot, Agnès Raharolahy et Floria Gueï seront à la bataille pour le bronze avec la Russie, le Nigéria et la Grande-Bretagne. Le titre ne devrait lui pas échapper à la Jamaïque ou aux USA.

4x400m - Hommes : Sans pression, le relais tricolore pourrait faire un coup

Tenant du titre : États-Unis

Meilleur performeur de la saison : États-Unis (2'58''13)

Invaincu depuis 2005, le relais américain semble en bonne position pour remporter son sixième titre consécutif. Il a signé le meilleur temps des séries en laissant au repos son meilleur élément, LaShawn Merritt. Dépourvus d'un véritable leader, les Tricolores s'appuient sur un collectif soudé. En séries, Mame-Ibra Anne, Teddy Atine-Venel, Mamoudou-Elimane Hanne et Thomas Jordier se sont montrés très séduisants en prenant la 3e place de leur course. Surtout, ils sont descendus sous la barrière des trois minutes (2'59''42). Ça ne leur avait pas permis de monter sur la boite l'an passé à Zurich (4e en 2'59''42). Mais ce chrono leur laisse le droit de rêver à un joli coup dimanche.

Teddy Venel sur 4x400m

Teddy Venel sur 4x400mAFP

Les finales qu'il ne faudra pas manquer

5000m – femmes : 10 ans après sa sœur, Dibaba veut elle aussi son doublé

Tenante du titre : Meseret Defar

Meilleure performeuse de l'année : Almaz Ayana (Éthiopie, 14'14''32)

Après l'or sur 5000m, l'Éthiopienne Genzebe Dibaba s'attaque au 10000m avec l'envie du doublé. Elle a toutes les chances d'y parvenir. La petite sœur de Tirunesh – détentrice du record du monde (14'11''15) qui avait d'ailleurs fait ce doublé à Helsinki puis aux JO de Londres – a dominé sa série jeudi. Sa seule rivale est une compatriote, Almaz Ayana, détentrice du meilleur chrono de l'année.

Genzebe Dibaba

Genzebe DibabaAFP

1500m – Hommes : Maklhoufi peut-il tenir tête à Kiprop ?

Tenant du titre : Asbel Kiprop (Kenya)

Meilleur performeur de la saison : Asbel Kiprop (Kenya, 3'26''69)

Double tenant du titre, le Kényan Asbel Kiprop rêve de tripler la mise dans le Nid d'Oiseau, là-même où il avait conquis l'or olympique il y a 7 ans. L'affrontement avec Taoufik Makhloufi, champion olympique à Londres, s'annonce palpitant. Mais si Kiprop décide d'utiliser ses compatriotes (Manangoi, Cheruiyot, Kiplagat) pour imprimer un tempo d'enfer, il devrait être intouchable. Cette saison, il semble plus fort que jamais. À Monaco, il avait fait trembler le record du monde d'Hicham El Guerrouj (3'26''69 contre 3'26''00). Et à ses hauteurs-là, Kiprop n'aura sans doute pas de rival ce dimanche.

Asbel Kiprop, à Moscou en 2013

Asbel Kiprop, à Moscou en 2013AFP

Saut en hauteur – hommes – 12h30 : Barshim face à la meute

Tenant du titre : Bohdan Bondarenko (Ukraine)

Meilleur performeur de l'année : Mutaz Barshim (2,41m)

L'heure du sacre a peut-être sonné pour Barshim. Seul homme à avoir franchi la barre des 2,40m cette année, le Qatari ne vise que l'or après avoir décroché l'argent à Moscou, et le bronze à Londres. Face au deuxième performeur de l'histoire (2,43m), la meute des prétendants est longue, très longue. Cinq de ses adversaires ont déjà sauté 2,37m ou plus cette saison (Drouin, Bondarenko, Zhang, Kynard et Tamperi). C'est très ouvert et ça devrait aller haut. Le champion olympique Ivan Ukhov est le seul absent notable.

À suivre également

Également annoncée indécise, la finale du javelot femmes ne devrait pas tutoyer les sommets. Championne du monde en titre, l'Allemande Christina Obergfoll n'est pas dans une forme folle (64,11m). Les prétendantes à sa succession non plus. La meilleure performeuse de l'année, la Sud-Africaine Sunette Viljoen, n'a lancé qu'à 66,62m. Et Barbora Spotakova, recordwoman du monde (72,28m), n'a pas fait mieux que 65,66m.

Titrée à Daegu et Moscou, Edna Kiplagat vise la passe de trois sur le marathon. La Kényane de 35 ans n'a pas brillé lors de son seul marathon de l'année (11e à Londres en 2h27'16). Mais elle a aligné des bons 10000m prouvant qu'il faudra compter sur elle. Sa principale rivale sera sans doute l'Éthiopienne Mare Dibaba, meilleure performeuse de la saison en 2'19''52. Il n'y a pas de Française en lice. Christelle Daunay, championne d'Europe à Zurich, a dû faire l'impasse suite à sa rupture partielle du tendon d'achille cet hiver.

0
0