Panoramic

France-Serbie : "Meilleur coach de l’histoire du basket français", Vincent Collet gagne à être connu

"Meilleur coach de l’histoire du basket français", Collet gagne à être connu

Le 12/09/2014 à 01:10Mis à jour Le 12/09/2014 à 09:15

Formateur, pédagogue et véritable guide, Vincent Collet a su tirer le meilleur de ses hommes pour faire régulièrement briller le basket tricolore depuis sa prise de fonction en mars 2009.

Quel est le parcours de Vincent Collet ?

Comme bon nombre d’entraîneurs, Vincent Collet a, un temps, été joueur. Meneur pour être précis. Une carrière marquée par des passages au Mans (1981-85 puis 1990-94), Caen (1985-86), l’ASVEL (1986-90) et enfin le Havre (1994-98), après des débuts à l’AL Montivilliers (1980-81) en Nationale 3, mais surtout un titre de champion de France en 1981-1982. C’est encore au Mans, après deux saisons en tant qu’assistant d’Alain Weisz, qu’il obtient son premier poste d’entraîneur en 2000. Il y restera jusqu’en 2008.

Nommé coach de l’année dès sa première année sur le banc sarthois, demi-finaliste de ses trois premières saisons en Championnat de France, il doit attendre 2004 pour décrocher un premier trophée collectif : la Coupe de France. Puis, vient une victoire à la Semaine des As en 2006. Déjà, Collet n’est pas effrayé à l’idée de confier certaines responsabilités à ses jeunes pousses. C’est d’ailleurs lui qui fait débuter Nicolas Batum en Pro A cette année-là. Une audace couronnée par un titre national quelques mois plus tard. Son premier.

Vincent Collet et Nicolas Batum au Mans en 2008

Vincent Collet et Nicolas Batum au Mans en 2008AFP

Après deux campagnes d’Euroligue soldées par deux éliminations précoces, Collet quitte Le Mans pour l’ASVEL en 2008. Il y restera jusqu’en 2010. Pour la deuxième fois de sa carrière d’entraîneur, Collet est sacré champion en 2009. C’est cette année-là, en mars, qu’il est invité à prendre les rênes de l’équipe de France. Malgré un nouveau triomphe à la Semaine des As en 2010, le technicien connait un dernier exercice à Lyon-Villeurbanne épouvantable et se voit montrer la porte de sortie en novembre. Toujours à la tête de la sélection tricolore, Collet retrouve un poste de coach en Pro A en mai 2011 et pose ses valises à Strasbourg. A ce jour, il n’a pas encore gagné le moindre trophée avec la SIG, échouant en finale à plusieurs reprises (2013 et 2014 en Pro A et Leaders Cup 2013).

Et chez les Bleus ? Depuis mars 2009, Collet fait de très belles choses en sélection. Il y avait d’abord eu cette médaille d’argent à l’Euro 2011. Une deuxième place qui avait envoyé les Bleus aux JO de Londres. Et l’an dernier, avant cette demi-finale de Coupe du monde, ce titre continental arraché en Slovénie, contre la Lituanie.

Vincent Collet

Il a aussi coaché en NBA… enfin en Summer League

Vincent Collet ne néglige aucune nouvelle expérience. Cet empirisme l’a fait voyager et même traverser l’Atlantique, le temps d’un été. C’était en 2007. Alors invité par Danny Ferry, le manager général de Cleveland, le coach français s’est rendu à Las Vegas pour suivre le parcours de son joueur Yannick Bokolo chez les Cavaliers en Summer League en tant qu'assistant coach. Un séjour qu’il a apprécié : "D'un point de vue professionnel, c'est très enrichissant. J'ai vu près de quarante matches en neuf jours, et vous voyez passer un grand nombre de joueurs sous vos yeux. Dès mon retour, je vais pouvoir répertorier et classer toutes les informations que j'ai collectées dans des tableaux. À l'avenir, d'ici un an ou deux, cela nous servira", disait-il à l’époque.

De quel bois est-il fait ?

Quand on le voit répondre aux médias, en zone mixte, en conférence de presse ou micro en main pour la télévision, Vincent Collet dégage un calme naturel, une zénitude à toute épreuve. Et pourtant, c’est difficile à croire, mais l’homme s’énerve parfois. En atteste son mémorable coup de gueule après la défaite (70-82) des Bleus en poules contre la Nouvelle-Zélande lors du Mondial 2010.

Pédagogue, homme discret et respecté, véritable guide - pour ne pas dire gourou -, Collet, dont l’investissement et la science du jeu ne sont plus à prouver, sait tirer de ses joueurs le meilleur d’eux-mêmes. Monstre de travail, l’homme n’est pas du genre à tirer la couverture à lui et quand la victoire est au bout, lui préfère mettre en avant le travail de son équipe. Une équipe qu’il drive d’une main de maître et à qui il fait confiance les yeux fermés. Mieux que personne, Collet parvient à gérer son effectif, à faire rentrer le joueur qui fera la différence à l’instant T, à transcender un Ajinça à l’Euro 2013, un Thomas Heurtel sur les parquets ibériques ou un Andrew Albicy en 2010 au Mondial par exemple.

Il sait aussi déléguer quand il faut le faire. La preuve avec Tony Parker lors de la demi-finale contre l’Espagne au dernier Euro, qui n’avait pas hésité à prendre la parole à la pause.  Pour l’issue qu’on connaît…

Il ne rencontrera probablement pas ce problème l’an prochain pour bâtir sa sélection pour l’Euro 2015, mais dans le passé, Collet a parfois montré un agacement quant au manque d’engagement de la part de certains joueurs pour l’équipe de France. Difficile de lui donner tort.

Pour lui, cet Espagne-France, c’était quoi ?

"Vu les marges de manœuvre, c’est effectivement le match le plus compliqué de ma carrière de sélectionneur. C’est le challenge ultime", confiait-t-il quelques heures avant l’exploit réalisé par les Bleus. Ce quart de finale de la Coupe du monde restera, à coup sûr, et avant une éventuelle finale contre les Etats-Unis, l’acmé de sa carrière de coach. La tâche s’annonçait quasiment insurmontable mais les Bleus l’ont fait. Et Collet y est pour beaucoup. Exemplaire dans son coaching, ses choix, ses directives, le sélectionneur tricolore reconnaît néanmoins dépendre du rendement de ses ouailles: "Lorsqu’on gagne, la tactique est bonne. Lorsque l’on perd, elle est mauvaise. La tactique ne dépend que de ce que les joueurs en font sur le terrain."

Vincent Collet et son staff à la Coupe du monde 2014

Vincent Collet et son staff à la Coupe du monde 2014Panoramic

Que pensent-ils de lui ?

Florent Pietrus, après Espagne-France :

" C’est lui qui nous montre la voie. Il a cru à la victoire depuis le jour où il a pris l’équipe en main en début de préparation. Il nous a toujours dit qu’il a cru en nous. C’est le seul qui croyait vraiment en nous. Il a fait un grand travail"
Florent Pietrus et Vincent Collet à la Coupe du monde 2014

Florent Pietrus et Vincent Collet à la Coupe du monde 2014Panoramic

Nicolas Batum en 2011 :

" Il est très serein, très calme. Il est juste avec nous et fait toujours les bons choix"

Nicolas Batum, après Espagne-France :

" L’histoire a commencé au Mans pour nous deux. Il y a eu Pont-L’Évêque et Caen avant, mais Le Mans et Vincent m’ont donné ma chance ensuite. C’est le MSB qui m’a lancé en Pro A et m’a permis d’aller en NBA. Vincent, c’est quelqu’un qui veut gagner avant tout, mais il veut aussi former. Il est pointilleux, même chiant sur certaines séquences où les choses sont cadrées au millimètre près. C’est pour moi le meilleur coach de l’histoire du basket français, on peut le dire désormais"

Tony Parker après la finale de l’Euro 2013 :

" J'espère que coach Collet restera parce qu'il est l'une des principales raisons pour laquelle je reviens chaque année. Il prend soin de moi, c'est mon coach Pop européen. Il ne m'épuise pas avec deux entraînements quotidiens. Il me laisse parfois tranquille parce qu'il sait que je serai là pour le gros match"
" Contre l’Espagne, ce n’est pas le coaching d’un match mais le management d’un groupe qui a été mis en valeur. Vincent est un grand manager, il a énormément travaillé sur cet aspect. Aujourd’hui, il a une emprise totale sur son groupe, il est écouté. C’est une sorte de gourou"
" C'est un étudiant du basket. Il connait toutes les facettes du jeu, offensives ou défensives, il est vraiment obsédé par ça. Le fait que j'ai joué avec lui pendant deux ans en club, quand je suis parti à l'étranger, j'étais armé pour les autres coaches car je n'ai rien vu de nouveau. On a vu toute la panoplie technique et tactique avec Vincent Collet"
0
0