AFP

L'Espagne surclasse la Lituanie en finale et remonte sur son trône

L'Espagne remonte sur son trône

Le 20/09/2015 à 10:28Mis à jour Le 20/09/2015 à 21:47

EUROBASKET - L'Espagne a remporté l'Euro 2015 en surclassant la Lituanie en finale (80-63) dimanche à Lille. C'est le 3e titre continental pour les Espagnols, après ceux acquis en 2009 et 2011. Pau Gasol a fini meilleur marqueur de cette finale avec 25 points, plus 12 rebonds.

L’Espagne est à nouveau sur le toit de l’Europe. Deux ans après avoir laissé son titre à la France, la Roja a récupéré son bien en battant la Lituanie en finale (80-63) de l’Euro 2015. Signe de leur domination sur le Vieux Continent depuis presque dix ans maintenant, les Espagnols ont remporté trois des quatre éditions de l’Euro. La Lituanie doit, elle, se contenter de l’argent pour la deuxième fois de rang.

Cela fait des années que les chances de l’Espagne avaient pourtant été aussi peu élevées au début d’une compétition, sur le papier en tout cas. Avec les absences de Navarro, Calderon, Rubio, Ibaka ou encore Marc Gasol, la sélection ibérique a débarqué en France très diminuée. Qu’importe, elle a pu compter sur le fer de lance de ses succès depuis tant d’années : Pau Gasol, qui a livré un tournoi d’exception. Et quand il est en forme et domine comme cet été, sa sélection est tout simplement injouable en Europe.

Gasol MVP

Sur une autre planète depuis le début des huitièmes de finale, Pau Gasol, auteur de 40 points contre la France en demi-finale, a encore livré une belle copie dans une finale où Jonas Valanciunas n’est pas parvenu à le limiter. Le géant catalan (25 pts, 11 rbds, 4 passes, 3 contres) a aussi été bien aidé cette fois-ci. Par ses coéquipiers, notamment Rudy Fernandez (11 pts) ou Sergio Lull (12 pts, 6 rbds, 5 pds). Mais aussi par la Lituanie, passée à côté de son premier quart-temps.

Dès les premières minutes et en dépit du soutien de leurs formidables supporters venus en nombre dans les travées du stade Pierre-Mauroy, les Baltes ont accumulé les ballons perdus (7 dans le premier quart-temps) et ont été incapables de stopper la furia espagnole. Le score s’est très vite envolé (15-4, 5e puis 30-16, 15e). Un matelas beaucoup trop confortable pour cette Espagne si expérimentée.

Malgré le réveil de Mantas Kalnietis ou encore de Renaldas Seibutis, la Roja a géré son avance avec une défense de fer. Un an après son échec retentissant en quart de finale de son Mondial contre la France, elle a remis les points sur les i. La voilà de nouveau reine d’Europe. Mais elle peut dire un grand merci à Pau Gasol, son roi, logiquement sacré MVP du tournoi.

0
0