Getty Images

Allemagne - France : Les Bleus doivent se remettre à l’endroit sans avoir le droit à l’erreur

Allemagne - France : Se remettre à l’endroit sans avoir le droit à l’erreur

Le 08/09/2017 à 21:16Mis à jour Le 09/09/2017 à 13:31

EUROBASKET 2017 - L'équipe de France débute les choses sérieuses dans le doute. Contre l'Allemagne (14h15) en huitièmes de finale de l'Euro, les Bleus devront à tout prix corriger leurs manques de la fin de la phase de groupe. Sans réaction, les hommes de Boris Diaw arriveraient en quart de finale sans certitude. Ou pire, connaître une terrible déconvenue à Istanbul.

Le contexte

Pour sa première compétition post-Tony Parker, la France a bien du mal à retrouver la superbe qui l’a caractérisée ces huit dernières années. Placée dans un groupe a priori à sa portée, la troupe de Vincent Collet n’a pu faire mieux qu’une troisième place, plombée par son revers initial contre la FInlande. En grande difficulté contre la modeste Pologne, puis fessés par la Slovénie pour conclure la phase de groupes, les Bleus sont sur une phase descendante au pire moment de la compétition. La nouvelle identité offensive des Tricolores a offert quelques feux d'artifice mais aussi quelques grosses frayeurs par les brèches béantes laissées en défense, le traditionnel fondement de l’ADN bleu-blanc-rouge.

Avec Nando De Colo et Evan Fournier en leaders, les Bleus ont gagné en force de frappe ce qu’ils ont perdu en dureté avec la génération Parker mais aussi F.Pietrus, Gélabale, grognards toujours prêts à amener expérience et vice. Aussi talentueuse soit-elle, cette équipe de France a exposé ses manques tant en défense que sur le plan mental durant la première phase de cet Euro. Au point que Vincent Collet pourrait revoir son 5 majeur pour le premier match à élimination directe de la compétition. Les titulaires ne donnent pas suffisamment le ton d'entrée de jeu, et sans un banc efficace, le bilan de la France aurait pu être plus négatif encore.

Joffrey Lauvergne avec Nando De Colo en équipe de France - Euro 2017

Joffrey Lauvergne avec Nando De Colo en équipe de France - Euro 2017Getty Images

Contre l'Allemagne, la France partira tout de même favorite, profondeur d'effectif oblige. Attention toutefois à la Mannschäft, portée par le meneur de jeu des Atlanta Hawks Dennis Schröder, deuxième meilleur marqueur de cet Euro (23,6 pts). Beaucoup plus défensive, l'équipe allemande a le profil idéal pour rendre le match étouffant et pousser la France dans ses retranchements. Du rendement de Schröder, et donc de la capacité de la défense française à le museler, devrait dépendre une grande partie de la physionomie de la rencontre. Elle pourrait passer d'un huitième rassurant à un véritable cauchemar sur la performance d'un seul homme. Et pour une fois, elle ne sera pas côté tricolore.

Leur dernier face à face

Pour leur dernier match de préparation avant cet Euro, la France s'est imposée à Berlin (79-85), non sans se faire quelques frayeurs en fin de match. Les Bleus s'en étaient sortis grâce notamment à une bonne gestion des dernières minutes.

Leur parcours

Allemagne, 2e du groupe B

Allemagne – Ukraine : 75-63
Géorgie – Allemagne : 57-67
Allemagne – Israël : 80-82
Italie – Allemagne : 55-61
Allemagne – Lituanie : 72-89

France, 3e du groupe A

France – Finlande : 84-86 (après prolongation)
Grèce – France : 87-95
France – Islande : 115-79
Pologne – France : 75-78
Slovénie – France : 95-78

Les stats à avoir en tête

90 : Avec 90 points inscrits par rencontre, la France est la meilleure attaque de l'Euro. Avec six joueurs à plus de 8 points par match, Vincent Collet dispose de nombreux atouts offensifs, à commencer par Nando De Colo, meilleur marqueur des Bleus avec 15,4 points.

84,4 : En contrepartie, la France est aussi la pire défense de tous les qualifiés pour les huitièmes de finale. Et de loin, puisque la Finlande, deuxième défense la plus poreuse encaisse trois points de moins par match. Même en jouant les Etats-Unis, ou encore l'Espagne, ils n'avaient encaissé que 78,3 points par match aux Jeux de Rio.

2007 : L'Allemagne n'a plus atteint les quarts de finale de l'Eurobasket depuis 10 ans et l'édition 2007 de la compétition. L'équipe était alors emmenée par la star Dirk Nowitzki, leader incontesté de la formation d'Outre-Rhin pendant de nombreuses années.

Ils ont dit

Evan Fournier (France)

" Il faut qu'on soit plus dur. Les équipes nous rentrent dedans et il faut qu'on fasse pareil. Il faut qu'on soit des chiens et qu'on ne laisse rien."

Vincent Collet (France)

" Il faut qu'on soit meilleur pour passer. Ce qui est problématique, c'est qu'il y a des choses qu'on ne fait pas bien alors qu'on y insiste depuis le premier jour, le 29 juillet. Là on n'a pas le choix, il faut qu'on y arrive."

Notre avis

Les Français sont plus que prévenus. Les Bleus ont terminé la phase de groupe de la pire des manières. Mais ils ont au moins pu identifier leurs principales faiblesses avant les rencontres couperets. Défensivement, les Bleus manquent de liant et de conviction. Dans les têtes, ils sont encore bloqués dans un mode alternatif, l'interrupteur bloqué en on ou off, sans entre deux. Ces passages à vide ont coûté très cher contre la Slovénie lors du dernier match de la phase de poules. Même si l'Allemagne n'est pas aussi costaud que l'équipe de Goran Dragic, un coup de chaud de Schröder ou des shooteurs allemands pourrait s'avérer fatal pour les Bleus.

On ne serait pas surpris de voir Vincent Collet lancer d'entrée Axel Toupane pour une mission défensive sur le poison au numéro 17 adverse. L'entame de match se devra d'être plus aboutie pour se rassurer et éviter les efforts supplémentaires qu'entrainerait une course-poursuite. Les Tricolores devront aussi rester dans leur rencontre et contenir leur frustration au lieu de l'exprimer sur les hommes en gris. Evan Fournier et consorts avaient totalement laissé filer une remontée bien entamée dans le dernier quart-temps contre la Slovénie à s'époumoner contre les décisions arbitrales. Les Bleus ne manquent pas d'atouts. A eux de savoir les exploiter, pour espérer un quart contre le meilleur ennemi espagnol.

0
0