AFP

Le conflit FIBA-Euroligue s'enlise : 14 pays suspendus pour l'Euro 2017, des doutes pour les JO

Espagne, Lituanie, Serbie, Grèce… 14 pays suspendus pour l'Eurobasket 2017, avant les JO?

Le 16/04/2016 à 13:36Mis à jour Le 17/04/2016 à 10:32

EURO 2017 - La fédération européenne (FIBA Europe) a suspendu 14 fédérations, dont l’Espagne et la Grèce, de toutes les compétitions qu'elle organise sur le continent, le prochain Euro en tête, mais aussi possiblement les JO. La décision est due au conflit qui oppose la FIBA Europe à l'Euroligue pour l'organisation des compétitions de clubs. La France n'est pas concernée par la sanction.

Le feuilleton FIBA – Euroligue prend une nouvelle dimension. Vendredi, la fédération européenne de basketball (FIBA Europe) a suspendu 14 sélections de toutes compétitions qu'elle organise, en particulier le prochain championnat d'Europe, disputé en 2017. Les pays concernés sont pour la grande majorité de grandes nations du basket comme les deux derniers finalistes de l'Euro l'Espagne (championne d'Europe en titre) et la Lituanie ou encore la Serbie, vice-championne du monde en titre.

Vendredi, les fédérations européennes "pro-Euroligue" ont reçu un courrier de la FIBA Europe leur signalant leur suspension des prochaines compétitions. Ces pays ont "jusqu'au 20 avril" pour s'expliquer et se mettre en conformité avec la fédération européenne. Une telle sanction, si elle se confirmait au-delà de cette date, diminuerait fortement la qualité du plateau de l'Euro, privée de la quasi intégralité de ses favoris, hormis la France et l'Allemagne.

La FIBA Europe met également la pression sur ces pays en les menaçant de s'adresser à la fédération internationale de basket pour élargir la sanction à toutes les compétitions mondiales, et notamment les prochains Jeux Olympiques, accélérant le timing de potentielles négociations. Selon le site Sportando souvent bien informé, la Grèce, la Serbie et l'Italie sont "en danger" de ne pas pouvoir participer au Tournoi de qualification olympique (TQO). Ces deux derniers pays doivent accueillir un des trois TQO, et la FIBA a déjà pris les devants, toujours selon Sportando, en demandant par courrier à l'Allemagne si elle souhaitait organiser un de ses tournois alors qu'elle était s'était déjà portée candidate mais n'avait pas été retenue.

Les sélections concernées : Serbie, Croatie, Turquie, Espagne, Russie, Lituanie, Grèce, Italie, Israël, Monténégro, Bosnie, Slovénie, Macédoine et Pologne.

Le conflit entre la fédération internationale de basketball et la principale compétition européenne de club dure depuis plusieurs mois et concerne l'organisation des compétitions de clubs en Europe. Aujourd'hui, les deux principales compétitions continentales, l'Euroligue et l'Eurocup, sont organisées par la société Euroligue. La FIBA Europe organise, elle, la Coupe d'Europe FIBA, équivalent de la C3, et souhaiterait reprendre la main sur l'organisation des compétitions de clubs sur le Vieux Continent.

Le passage en force de la FIBA Europe pour reprendre le contrôle des compétitions de clubs

Problème, l'Euroligue tend, elle, vers un système proche de la NBA avec une ligue fermée, réservée aux 16 meilleurs clubs européens, dont 11 ont signé un accord commercial exclusif pour les dix prochaines années, les rapprochant du modèle des franchises du championnat nord-américain.

Cette situation ne plait pas du tout à la FIBA Europe, contrariée par cette organisation qui met à mal ses propositions de calendrier pour les sélections nationales. Avec le nouveau format des compétitions internationales (Euro tous les 4 ans et système de qualifications pour la Coupe du monde qui délivre également les places pour les JO), une période de matches de sélections nationales en cours de saison - calquée sur le principe du football - est prévue mais les clubs participant à l'Euroligue refusent d'y adhérer.

La FIBA Europe avait par conséquent répliqué par la création de la Ligue des champions, visant à contrer l'Euroligue et à attirer les plus grosses écuries du Vieux Continent à partir de la saison prochaine. La fédération européenne avait alors menacé les pays qui ne pousseraient pas leurs clubs à disputer cette nouvelle compétition au détriment de l'Euroligue. Une situation ubuesque qui avait déjà causé des remous dans le monde du basket français pris entre la volonté de se confronter à l'élite des clubs européens et rester dans les clous vis-à-vis des instances internationales.

Cette crise de gestion du basket européen rappelle les heures compliquées de la scission entre la FIBA et les grands clubs européens en 2000. Et elle semble donc loin d'être terminée.

0
0