Eurosport

Luka Doncic - Bogdan Bogdanovic : peu importe le champion, la nouvelle génération l'emportera

Doncic - Bogdanovic : peu importe le champion, la nouvelle génération l'emportera

Le 17/09/2017 à 00:43Mis à jour Le 17/09/2017 à 01:42

EUROBASKET – La finale de l'Euro entre la Slovénie et la Serbie s'annonce des plus excitantes. Ouverte, elle devrait également consacrer au moins un des futurs très grands du basket continental. Luka Doncic (18 ans), Bogdan Bogdanovic (25 ans), deux "générations" pour une même promesse, être les étendards du renouveau de la balle orange en Europe.

Slovénie - Serbie, l'affiche de la finale de cet Eurobasket 2017 est aussi inattendue que prometteuse. Dans cette compétition où la majorité des vedettes du Vieux Continent ont fait défaut, les surprises ont été plus collectives qu'individuelles. Dans le lot de ces découvertes, deux joueurs se sont imposés parmi ceux que l'on retiendra de cette compétition. Mieux, ils ont déjà pris rendez-vous pour de nombreuses années.

Oubliez les Tony Parker, Juan Carlos Navarro et autres Dirk Nowitzki. Luka Doncic - Bogdan Bogdanovic, sont le présent, le symbole parfait du passage de témoin vers une nouvelle génération de joueurs prêts à régner sur le basket européen. Le match dans le match idéal de cette lutte pour le titre.

Luka Doncic, l'enfant prodige

Pour ses performances chez les jeunes de l'Union Olimpia en Slovénie, Luka Doncic (18 ans) est attendu depuis son plus jeune âge comme "the next big thing", le futur très grand. Et pour cause. Dans un tournoi de moins de 13 ans à Rome contre les meilleurs centres de formation transalpins, Doncic avait claqué un match à 54 points, 11 rebonds et 10 passes pour offrir la finale aux siens. Repéré depuis 2012 par le Real Madrid, le club merengue en a fait un joyau à polir de toute urgence.

Luka Doncic (Slovénie) contre la Lettonie

Luka Doncic (Slovénie) contre la LettonieGetty Images

Car le natif de Ljubjana est un une espèce rare, un talent d'une pureté exceptionnelle dans tous les sens du terme. Doncic possède tous les fondamentaux du basket (vision du jeu, QI basket), alliés à l'ADN du basket moderne. En un contre un, il est un shooteur suffisamment solide pour ne pas lui laisser trop d'espace. Collez-le au short et ses qualités athlétiques plus qu'honnêtes vous laisseront vissé au parquet. Meneur dans l'âme, il joue sans aucune difficulté au poste 2 grâce à son double mètre et son feeling naturel pour le jeu. Le croisement idéal entre le physique de Magic Johnson et l'instinct de Dejan Bodiroga, un des meilleurs joueurs européens des années 2000, en somme.

Doncic a à peu près tout, et ce plus vite que tout le monde. Et il le prouve match après match depuis plusieurs mois. A 18 ans, il est déjà un des cadres du Real avec qui il a brillé aussi bien en championnat qu'en coupe d'Europe. Propulsé deuxième option de la Slovénie dès sa première compétition avec les grands (derrière le meneur de Miami Goran Dragic), l'attraction fait mieux que répondre présent. Facile en phase de groupes, le gamin est monté d'un ton dans les matches couperets, se nourrissant de la pression de l'événement.

Contre la Lettonie en quart de finale, Doncic a été époustouflant - et décisif - dans le plus beau match de la compétition avec 27 points et 9 rebonds. Rebelote en demi-finale, contre l'Espagne, favorite de l'Euro, et mis à genoux par le culot de celui qu'il a adulé toute la saison, passé proche du triple-double (11 points, 12 rebonds, 8 passes). Le Slovène a tout pour être à la hauteur à nouveau pour la finale et illuminer le basket FIBA pour les quinze prochaines années.

Bogdan Bogdanovic, la confirmation tant attendue

De sept ans son ainé, Bogdan Bogdanovic est lui aussi amené à être un des visages du basket européen depuis déjà plusieurs années. Formé au Partizan Belgrade, l'arrière serbe a confirmé durant cet Euro qu'il est bien un des tout meilleurs attaquants du Continent. Ce caractère de scoreur patenté, Bogdanovic le cultive depuis ses débuts. Les quelques observateurs qui l'ont vu marcher sur la concurrence au Cholet Mondial Basket en 2011, tournoi U18 de référence, s'en souviennent encore.

Bogdan Bogdanovic (Serbie) élimine l'Italie de Gigi Datome

Bogdan Bogdanovic (Serbie) élimine l'Italie de Gigi DatomeGetty Images

Depuis ses jeunes années, Bogdanovic a toutefois préféré mettre de côté les paillettes individuelles pour peaufiner son jeu avec ce qui se fait de mieux : l'adversité en Euroligue sous les ordres de l'exigeant Zeljko Obradovic au Fenebahçe Istanbul. Le Belgradois brille dans le collectif de son compatriote de coach et apprend à être un joueur majeur dans un collectif de grande qualité. Toujours aussi impressionnant de facilité pour scorer, Bogdanovic a aussi appris à être patron, jusqu'à remporter cette saison l'Euroligue avec le club stambouliote.

En sélection nationale, l'ex-grand espoir subit la même trajectoire. Dans une des meilleures équipes d'Europe, il est hors de question de tirer la couverture à soi, aussi talentueux soit-on. Le Belgradois s'est rapidement imposé dans la rotation serbe, l'équipe est menée de main de maître par Milos Teodosic, un des maestros les plus ébouriffants sur le Continent. Mais happé par la NBA la saison prochaine, l'ancien coéquipier de Nando de Colo au CSKA Moscou a dû renoncer à cet Euro 2017. L'occasion pour Bogdanovic de prendre à son compte les siens, enfin à 25 ans.

Plombée par les différentes absences, la Serbie n'est qu'outsider avant le début de la compétition. Mais portée par son arrière, elle se fraye sans trop de mal un chemin jusqu'à la finale. Avoir l'assurance d'au moins 15 points (son plus petit total durant l'Euro) de son leader à chaque rencontre n'y est pas étranger.

Ne reste plus qu'à conclure le boulot et décrocher un nouveau titre pour la Serbie avant de rejoindre à son tour les Etats-Unis avec les Kings de Sacramento trois ans après avoir été drafté. Et quelques mois avant de croiser très certainement un certain Luka Doncic, promis au sommet de la prochaine loterie NBA. Ces deux-là n'ont pas fini de porter haut le basket européen.

0
0