AFP

Il n'est pas humain : Curry fait tomber OKC avec 12 paniers à trois points

Il n'est pas humain : Curry fait tomber OKC avec 12 tirs à trois points, et le panier de la gagne

Mis à jourLe 28/02/2016 à 11:45

Publiéle 28/02/2016 à 09:29

Mis à jourLe 28/02/2016 à 11:45

Publiéle 28/02/2016 à 09:29

Article de Vincent Bregevin

NBA – Toujours plus fort, Stephen Curry a égalé un record en réussissant 12 tirs longue distance et inscrit le panier de la victoire face à Oklahoma City (118-121 a.p.). Grâce à leur meneur de jeu, les Warriors ont déjà leur ticket pour les playoffs.

Le match : Oklahoma City - Golden State (118-121 a.p.)

Stephen Curry est décidément sur une autre planète cette saison. Le meneur de jeu des Warriors a encore réussi une performance incroyable pour guider la franchise californienne à sa 53e victoire en 58 matches, un record, avec un succès sur le parquet d'Oklahoma City (118-121 a.p.). Curry, auteur de 46 points, a inscrit le shoot de la victoire à 0,6 seconds du buzzer, avec un tir de près de… 10 mètres, pour permettre à Golden State d'assurer mathématiquement sa place en playoff dès le mois de février, une première depuis les Los Angeles Lakers en 1987-88.

Le panier de la victoire de Stephen Curry face à Oklahoma - NBA
Le panier de la victoire de Stephen Curry face à Oklahoma - NBA - AFP

C'était le dernier des 12 paniers à trois points de Curry, qui a ainsi égalé le record co-détenu par Kobe Bryant et Donyell Marshall du nombre de tirs longue distance réussis en un match. Il en a battu un autre, personnel, en portant à 288 son total de paniers à trois points inscrits cette saison. Le meneur des Warriors, pourtant touché à la cheville durant le troisième quart-temps après un contact avec Russel Westbrook, a éclipsé la performance de l'autre star du Thunder, Kevin Durant, auteur de 37 points.

L'ailier d'OKC pensait pouvoir donner la victoire à son équipe avec un tir à trois points à 14"9 de la sirène dans le temps réglementaire. Alors mené de quatre longueurs, Golden State a pu compter sur un layup de Klay Thompson, un ballon perdu par le Thunder et deux lancers-francs réussis par Andre Iguodala pour arracher la prolongation (103-103). La suite, c'est un épisode de plus dans la légende Stephen Curry.

Le joueur : Kawhi Leonard (San Antonio)

Evidemment, on a déjà évoqué le cas de Stephen Curry, auteur de la performance la plus marquante de la nuit. Cela ne doit pas faire oublier celle de Kawhi Leonard. L'ailier des Spurs a été le grand artisan du succès de San Antonio dans le derby texan à Houston (94-104) avec 27 points, 8 rebonds, et une efficacité indéniable au tir (8/13, dont 3-4 à trois points et 8/9 aux lancers-francs). Les coéquipiers de Tony Parker (15 points, 4 passes décisives) ont ainsi atteint la barre des 50 victoires, pour la 17e saison consécutive. Dans l'ombre de la saison exceptionnelle des Warriors, les Spurs sont tout de même la 7e équipe à atteindre ce total aussi rapidement dans l'histoire de la NBA…

Le chiffre : 16

Portland n'en finit plus de surprendre cette saison. Les Blazers ont signé leur 16e succès sur les 20 derniers matches en allant s'imposer à Chicago (95-103) face à des Bulls diminués par les absences de Jimmy Butler, Derrick Rose et Nikola Mirotic, et malgré le triple double de Pau Gasol (22 points, 16 rebonds, 14 passes décisives). Une victoire largement inspirée par Damian Lillard, auteur de 31 points. Le meneur de Portland, grand absent du All-Star Game, passé la barre des 30 points pour la 7e fois sur ses 8 dernières sorties.

Le Français : Rudy Gobert (Utah)

Le pivot du Jazz a fait la loi dans la raquette face à Brooklyn avec 12 points, 19 rebonds, et 6 contres. Mais cela n'a pas suffi pour Utah, battu par des Nets (96-98) emmenés par Thaddeus Young (21 points) et Brook Lopez (19 points).

Le tweet "milestone"

Tous les scores de la nuit

Boston – Miami : 101-89
New Orleans – Minnesota : 110-112
Chicago – Portland : 95-103
Houston – San Antonio : 94-104
Milwaukee – Detroit : 91-102
Oklahoma City – Golden State : 118-121 a.p.
Phoenix – Memphis : 111-106
Utah – Brooklyn : 96-98

0 commentaire
Vous lisez :