AFP

Les Celtics aux anges, les Lakers encore 2es, peu de mouvement : ce qu'il faut retenir de la loterie

Les Celtics aux anges, les Lakers encore 2es, peu de mouvement : ce qu'il faut retenir de la loterie

Le 18/05/2017 à 19:53

NBA – Boston sélectionnera le premier choix lors de la prochaine draft le 22 juin. Les Celtics ont logiquement hérité de ce "first pick" à la suite de la loterie mardi, qui détermine l'ordre des 14 premiers de la draft. Les Lakers de Los Angeles sélectionneront en deuxième position, Philadelphie en troisième. Voici ce qu'il faut retenir de la soirée.

Avec le first pick, Boston se frotte les mains

Quelle semaine pour les Celtics ! Qualifiés pour la finale de la Conférence Est lundi, la formation du Massachusetts a obtenu mardi soir le premier choix de la draft, comme attendu. Les C's tirent les bénéfices de la (nouvelle) saison ratée de Brooklyn et les restes de l'échange qui avait envoyé Paul Pierce et Kevin Garnett chez les Nets en 2013. Le numéro un à l'Est s'offre de belles opportunités pour l'intersaison à venir. Ce premier choix pourrait être une précieuse monnaie d'échange pour faire venir une star (Paul George, Jimmy Butler ?). Cette draft est surchargée en meneurs de grand talent, un poste où Boston n'a aucun besoin avec Isaiah Thomas déjà dans son effectif. Boston pourrait toutefois décider de sélectionner un poste 1 - Markelle Fultz et Lonzo Ball sont annoncés favoris - et ne pas le transférer pour construire autant sur le court que sur le moyen terme.

La franchise peut ainsi se réjouir de ne pas avoir lâché plus tôt son choix durant la saison pour faire venir un joueur de renom. Avec un joueur très prometteur à la valeur marchande déjà assurée, la voilà en position de force sur le marché cet été.

Le trèfle enfin porte-bonheur

Cela sonne comme une incongruité aujourd'hui mais ce premier choix pour Boston est une première dans l'histoire de la franchise depuis l'instauration du format actuel de la draft en 1966. Equipe mythique de la NBA, les Celtics n'avaient pourtant jamais obtenu ce privilège, obtenant au mieux le deuxième choix en 1986. Cette année-là, l'équipe du trèfle avait sélectionné Len Bias, ailier ultra talentueux de l'Université du Maryland. Mais Bias n'a jamais foulé les parquets, décédé deux jours après sa sélection d'une arythmie cardiaque provoquée par une overdose de cocaïne. Ce souvenir est longtemps resté dans les mémoires de la franchise. Ce premier choix 31 ans après est l'occasion d'écrire un chapitre plus souriant dans les mémoires.

Le dernier cadeau de Paul Pierce

Joueur mythique de Boston des 20 dernières années, Paul Pierce a tiré sa révérence le 30 avril avec l'élimination des Los Angeles Clippers contre le Utah Jazz. L'ailier qui a passé 15 saisons avec le maillot blanc et vert restera à jamais un Celtic. Alors quand sa franchise a obtenu le premier choix grâce au transfert qui l'avait éloigné de son équipe de cœur, "The Truth" n'a pas pu s'empêcher de célébrer la nouvelle. "Regardez ce que je laisse derrière moi pour les Celtics au moment de m'en aller : le 1st pick". C'est ce qui s'appelle un joli cadeau de départ.

Les Lakers sauvent leur pick en sélectionnant à nouveau en deuxième...

Magic Johnson peut avoir le sourire. Le président des Lakers a obtenu le deuxième choix, comme la saison passée. Avec le troisième pire bilan de la saison, Los Angeles s'en sort très bien et va pouvoir ajouter un nouveau jeune talent à un effectif qui n'en manque pas. La franchise se place déjà fortement sur le dossier Lonzo Ball, formé non loin, à UCLA.

… Et préservent leur avenir

La soirée a été des plus stressantes pour les Lakers. L'équipe de Los Angeles aurait pu perdre son pick si elle n'avait pas sélectionné dans les trois premières places, la faute à l'échange impliquant l'arrivée de Steve Nash au Staples Center il y a quelques années. Depuis envoyé à Philadelphie, ce choix aurait pu plomber l'avenir proche des Lakers et mettre à mal leur reconstruction. La deuxième franchise la plus titrée de la NBA aurait aussi pu perdre son choix de 2019 en cas de sélection en dehors du podium, qui serait alors revenu à Orlando. La soirée angelina est donc doublement réussie.

Quatrième podium de suite pour Philadelphie

Le projet reconstruction se poursuit chez les Sixers. Pour la quatrième saison de rang, Phily va sélectionner dans le Top 3. Son pivot Joel Embiid a indirectement porté bonheur à l'équipe de Pennsylvanie. Alors que Philadelphie devait sélectionner en cinquième position, l'équipe de Brett Brown a profité de la remontée de Sacramento au tirage au sort jusqu'en troisième position – le seul vrai mouvement de la soirée - pour échanger son choix avec les Kings, le fruit d'un échange passé entre les deux franchises. Les promesses continuent de s'empiler chez les 76ers.

Phoenix faux perdant de la soirée

Avec le deuxième pire bilan de l'année, Phoenix espérait profiter d'un choix très haut dans cette draft. Raté puisque les Suns ne sélectionneront finalement qu'en quatrième position. Pas si mal vu la profondeur de potentiel prévue pour le Top 10 de cette cuvée mais moins confortable en termes de flexibilité et d'éventuelle valeur marchande. La formation de l'Arizona peut toutefois se consoler : les équipes devant elle sont principalement intéressées par des meneurs, un poste où les Suns sont déjà bien pourvus. Les ailiers Josh Jackson (Kansas) et Jayson Tatum (Duke) semblent avoir les profils idoines pour satisfaire la dernière lanterne rouge de la Conférence Ouest.

0
0