Getty Images

Les Warriors sont revenus de l'enfer

Les Warriors sont revenus de l'enfer
Par Eurosport

Le 15/05/2017 à 00:50Mis à jour Le 15/05/2017 à 01:20

PLAYOFFS NBA - Golden State a remporté à domicile le premier match de la finale de conférence face à San Antonio dimanche soir (113-111) malgré une première mi-temps catastrophique. Mais un formidable rush et la blessure de Kawhi Leonard ont fait basculer la rencontre.

Golden State a effectué un premier pas vers les Finals dimanche soir en s'imposant dans sa salle face à San Antonio (113-111) dans le premier duel de cette finale de conférence Ouest. Pourtant, cette soirée a longtemps ressemblé à un cauchemar pour les Warriors, menés de 20 points à la pause (42-62). Ils ont même compté jusqu'à 25 points de retard dans le deuxième quart-temps, avant de signer le plus gros comeback dans un match de finale de conférence depuis les Celtics en 2002.

C'est dur pour les Spurs, qui ont livré le match presque parfait pendant un peu plus d'une mi-temps. Face à un collectif californien totalement déréglé, les hommes de Gregg Popovich ont pris leurs distances dès la fin du premier quart-temps. LaMarcus Aldridge (28 pts) et Kawhi Leonard (26 pts et 8 rebonds malgré sa sortie prématurée) ont assommé Golden avec un 12-2 qui a permis aux Spurs de finir cette première période avec 14 points d'avance (30-16). Le cas des Warriors, méconnaissables (34,2% de réussite au tir), dominés au rebond et multipliant les pertes de balle, ne s'est donc pas franchement arrangé dans le deuxième quart-temps.

Leonard, la tuile

Mais le match a basculé pour devenir totalement fou à la reprise. San Antonio, déjà privé de Tony Parker, a perdu son leader Kawhi Leonard, qui s'est tordu à deux reprises la cheville gauche qu'il s'était blessée la semaine dernière contre Houston. Au milieu du troisième quart-temps, Leonard a dû quitter ses coéquipiers, de façon définitive. Orphelins de leur star, les Texans ont alors connu un gigantesque trou noir, concédant en l'espace de quatre minutes un terrible 18-0, impulsé par un Steph Curry déchainé. Le meneur de Golden State allait terminer le match avec 40 points.

A l'entame de l'ultime période, San Antonio comptait certes encore neuf longueurs d'avance (81-90) mais le champion 2015 commençait clairement à flairer l'odeur du sang. A 4'26" de la fin de la rencontre, les Warriors ont pris les devants (101-100) et même s'ils ont lutté jusqu'au bout, les Spurs n'ont pu endiguer les vagues adverses. Comme un symbole, c'est Steph Curry qui a inscrit le panier qui a scellé définitivement la victoire des siens, Aldridge ratant derrière le trois points de la prolongation. "Nous avons commis trop d'erreurs et nous ne pouvons pas nous permettre cela", a commenté Popovich. San Antonio a maintenant 48 heures pour digérer cette grosse déception.

0
0