AFP

Harden veut vraiment son MVP, Fox le rookie plein d’avenir

Harden veut vraiment son MVP, Fox le rookie plein d’avenir

Le 10/11/2017 à 08:32Mis à jour Le 10/11/2017 à 09:01

NBA - Seulement cinq matches au programme mais une nuit chargée en émotion en NBA ! Harden était encore une fois extraordinaire, LeBron a tout cassé, les Cavaliers ont encore perdu, Melo a battu un record pour rien et Fox a planté le panier de la soirée.

Le match : Harden a enfoncé les Cavaliers

Vous pouvez sentir quand un joueur s’est mis en quête de dominer tous les autres. Il a cette attitude. Cet instinct de tueur. Et vous pouvez surtout sentir quand il finit par vraiment planer au-dessus de la mêlée. Dans ces moments-là, toute résistance devient futile, toute défense n’est qu’accessoire et toute tentative pour l’empêcher de marquer est une lutte sans espoir. Toutes les sensations ressenties par les Cavaliers en essayant, en vain, de ralentir James Harden cette nuit.

Qu’est-ce que vous pouvez faire quand un basketteur a soudainement la main bouillante, au point d’enchaîner panier sur panier, quelle que soit la défense proposée ? Vous pouvez juste apprécier le show. Auteur de 35 points, 11 rebonds, 13 passes et 5 interceptions, Harden a fait le spectacle contre Cleveland. Mais il a aussi fait le boulot en ramenant la victoire à son équipe (117-113). Peu importe que le barbu se retrouve opposé à LeBron James (33 points, 7 passes) ou n’importe quelle autre superstar NBA. Quand il foule un parquet, le boss, c’est lui. Et il tient à le faire savoir. Voilà l’état d’esprit d’un coupeur de tête qui a une grosse revanche à prendre sur le reste de la ligue.

Ce n’est un secret pour personne : le chef de file des Rockets veut son trophée de MVP une bonne fois pour toute. Il a échoué en 2015, alors que ses pairs le considéraient comme le meilleur joueur de la saison (un titre honorifique dont personne n’en a rien à carrer). Il a encore fini deuxième du vote, derrière Russell Westbrook, la saison dernière alors qu’il affichait des statistiques incroyables. Houston était aussi bien plus performant qu’Oklahoma City. Mais le triple-double de moyenne de Russ a encore une fois effacé Harden des tablettes. Rageant, non ? De quoi pousser la star texane à revenir à la charge avec encore plus de puissance, d’adresse et d’insolence cette saison. Après un mois, il claque déjà 29,9 points à 45% aux tirs, 40% à trois-points, 4,9 rebonds et 10 passes par rencontre. Et les Rockets ont déjà scalpé les deux derniers champions (et finalistes) NBA : Golden State en ouverture et Cleveland cette nuit.

Le joueur : Si Harden est Batman, Capela est son Robin

Tout super héros qui se respecte peut compter sur deux éléments essentiels : un artifice pour cacher sa véritable identité (généralement un masque, une barbe dans le cas de James Harden) et un fidèle compagnon prêt à sauver son arrière-train dans les situations les plus tendues. Si Harden récoltait les lauriers cette nuit, c’était Clint Capela qui a vraiment fait le boulot dans l’ombre dans les dernières minutes. Houston menait 111-98 à quelques minutes de la fin du match. Moment choisi pour LeBron pour activer le mode bulldozer. Les Cavaliers ont passé un 13-1 dans la foulée pour revenir à un petit point des Rockets à 90 secondes de la sirène.

Capela (19 pts, 13 rbds) a alors conclu un alley-oop sur une passe d’Harden. Avec la faute. Sur l’action suivante, le pivot suisse a récolté le rebond offensif le plus important du match pour marquer un autre panier. Victoire par K.O. 117-113.

La performance : Carmelo Anthony a dépassé Allen Iverson

Melo est devenu cette nuit le 24e meilleur marqueur de l’Histoire de la NBA en inscrivant 28 points contre Denver, sa première franchise. Il a ainsi dépassé son ancien coéquipier Allen Iverson. Un superbe accomplissement. Mais comme un symbole de sa carrière, il a claqué un record individuel un soir de défaite.

Le Thunder, qui souffre sur ce début de saison, a été mis à mal par les Nuggets. Notamment dans le dernier quart temps. Il y a beau avoir trois superstars à OKC, l’équipe de Billy Donovan est nettement moins performance dans les moments chauds en comparaison à l’an dernier. Et pourtant, elle était vraiment prévisible en 2017 : tous les ballons passait par Russell Westbrook. Désormais, chaque chef de file du Thunder a le droit à sa petite action solo dans le money time… mais ça ne paye pas. Du coup, Emmanuel Mudiay et Paul Millsap ont gâché la performance de Carmelo Anthony en faisant gagner leur équipe cette nuit.

La revanche : Cette fois-ci, John Wall a eu la peau de Ball

Lassé d’entendre le père de Lonzo Ball – le bruyant LaVar Ball – vanter les talents merveilleux de son fils à tout va, John Wall voulait passer sa frustration sur le rookie des Lakers. Il avait promis de n’avoir « aucune pitié » pour son jeune adversaire. C’était il y a deux semaines maintenant. Beau parleur, la star des Wizards n’avait pas su assumer. Washington s’était incliné contre Los Angeles pour leur premier duel de la saison.

Cette nuit, Wall a pu savourer sa vengeance. Il a inscrit 23 points, pris 8 rebonds et distribué 5 passes décisives pour venir à bout des Californiens. Lonzo a lui terminé avec 10 points, 8 rebonds et 8 caviars en étant une nouvelle très maladroit (3/12).

L’action : De’Aaron Fox met fin à la série de 5 victoires des Sixers

A 19 ans, De’Aaron Fox, le cinquième choix de la dernière draft, est un garçon plein d’avenir. Le rookie n’a peur de rien, et encore moins de prendre le tir le plus important d’un match. C’est lui qui a crucifié Philly avec ce panier cette nuit.

Tous les scores

Wizards – Lakers : 111-95
Raptors – Pelicans : 122-118
Rockets – Cavaliers : 117-113
Kings – Sixers : 109-108
Nuggets – Thunder : 102-92

0
0