Getty Images

LeBron à Trump : "Se rendre à la Maison Blanche était un grand honneur avant que vous soyez là !"

LeBron à Trump : "Se rendre à la Maison Blanche était un grand honneur avant que vous soyez là !"

Le 24/09/2017 à 00:06Mis à jour Le 24/09/2017 à 00:12

NBA - LeBron James, Kobe Bryant et Chris Paul ont vivement critiqué Donald Trump, président des Etats-Unis, auteur d'insultes à l'encontre de joueurs de NFL et refusant désormais d'accueillir Stephen Curry à la Maison Blanche.

Entre Donald Trump et les stars du sport américain, les hostilités ont atteint un certain degré d'intensité, ce samedi. Le président des Etats-Unis avait allumé la première mèche, en début d'après-midi, décidant de retirer l'invitation à la Maison Blanche à Stephen Curry, ce dernier ayant d'ores et déjà assuré qu'il ne souhaitait pas s'y rendre, comme il est de coutume, après un titre en NBA. Le milliardaire s'est alors attiré les foudres d'autres grands noms du basket américain, de LeBron James à Kobe Bryant en passant par Chris Paul.

"Clodo, Stephen Curry a déjà dit qu'il ne s'y rendrait pas [à la Maison Blanche, NDLR]. Donc il n'y a pas d'invitation. Se rendre à la Maison Blanche était un grand honneur avant que vous soyez là !", a lancé publiquement, via son compte Twitter, la superstar de Cleveland. De façon moins véhémente, l'ancien leader des Lakers lui a emboité le pas, dans la soirée. "Un président des Etats-Unis dont le seul nom suscite de la division et de la colère et dont les seuls mots inspirent la dissension et la haine, ne peut pas rendre sa grandeur à l'Amérique", a lâché Bryant, en référence au slogan "Make America Great Again", utilisé par l'ancien homme d'affaires lors des élections.

Le meneur des Rockets y est aussi allé de son petit mot, reprochant au président "de se focaliser sur ceux qui se mettent à genou ou non pour visiter la Maison Blanche, avec tout ce qui se passe en ce moment aux Etats-Unis". Dans un second tweet, CP3 a aussi rappelé qu'il ne pensait pas Trump "capable d'appeler ces joueurs fils de p*** en face à face". La veille, le président américain avait en effet utilisé cette insulte avec véhémence en visant les joueurs de NFL refusant de se lever durant l'hymne national pour protester contre le traitement des Noirs par la police américaine.

0
0