Getty Images

Tony Parker / Joakim Noah, soir de retours

Parker / Noah, soir de retours
Par AFP

Le 28/11/2017 à 08:17Mis à jour Le 28/11/2017 à 09:39

NBA - Annoncé dimanche, le retour aux affaires de Tony Parker a bien eu lieu la nuit dernière. Blessé lors des derniers playoffs, le meneur des Spurs a débuté sa saison contre Dallas, la victoire en prime. On l'aurait presque oublié mais Joakim Noah a également joué ses premières minutes avec les Knicks, pour le plus grand plaisir du public new-yorkais.

Hasard du calendrier, Tony Parker et Joakim Noah ont fait lundi leur retour en NBA quasi simultanément, après la plus grave blessure de sa carrière pour le meneur de San Antonio et une période sombre pour le pivot des New York Knicks.

A 35 ans, avec quatre titres de champion à son palmarès et plus de 1.300 matches dans le championnat de basket le plus relevé de la planète à son actif, Parker n'est plus un "rookie". Mais ce match contre Dallas restera longtemps gravé dans sa mémoire, pas tant pour ses statistiques personnelles (6 points et 2 passes en 14 minutes de jeu) que parce qu'il marquait la fin d'une longue attente. "J'ai failli verser ma larme (lors de la présentation des équipes), c'était très émouvant (...) C'est difficile à décrire, ce que j'ai ressenti, je voulais juste remercier mon équipe, les supporteurs et la ville pour leur soutien durant cette période", a-t-il expliqué.

"TP" n'était plus apparu sous le maillot des Spurs depuis le 3 mai dernier: lors du match N.2 des demi-finales de la conférence Ouest contre Houston, il s'était effondré au sol, foudroyé par une douleur à une cuisse. Victime d'une rupture du tendon quadricipital gauche, il avait dû être opéré et faire preuve de patience.

Reprise en douceur pour Parker

Acclamé par les spectateurs de l'AT&T Center, le N.9 des Spurs a débuté la rencontre et s'est rapidement rassuré en marquant son premier panier après trois minutes de jeu au terme d'une série de dribbles dans la raquette qui ont fait sa réputation. Sans surprise, Gregg Popovich, qui le côtoie depuis ses débuts en NBA en 2001, n'a pris aucun risque et lui a rapidement fait regagner le banc. S'il n'était pas sur le parquet pour le "money time" où les Spurs ont définitivement distancé les Mavericks pour s'imposer 115 à 108, Parker a idéalement lancé sa 17e saison en NBA.

" "Cela faisait deux semaines que je me sentais prêt, mais j'ai préféré attendre pour éviter une rechute, je me suis tout de suite bien senti, avec beaucoup d'énergie pour faire ce que je fais de mieux, aider l'équipe à gagner", a insisté le joueur français le plus titré de l'histoire."

Il ne manque plus que la star de l'équipe Kawhi Leonard, absent depuis le début de saison, pour que San Antonio, 3e de la conférence Ouest soit enfin au complet.

Clameur du Madison Square Garden pour Noah

Joakim Noah a attendu encore plus longtemps ce jour : son dernier match en NBA remontait au 4 février dernier. Depuis, il a été opéré d'une énième blessure (rupture de la coiffe des rotateurs de l'épaule droite) et a surtout purgé une suspension de 20 matches pour dopage après l'absorption d'un complément alimentaire contaminé.

Si Parker reste incontournable à San Antonio, Noah, 32 ans, repart presque de zéro à New York. Il était théoriquement disponible depuis le 13 novembre, mais Jeff Hornacek, l'entraîneur des Knicks, ne l'avait jamais inscrit sur la feuille de match jusqu'à ce lundi. Elu meilleur défenseur de NBA en 2014, Noah a perdu beaucoup de crédit lors des trois dernières saisons perturbées par des blessures : il fait figure au mieux de troisième choix au poste de pivot pour son entraîneur qui privilégie l'honnête Kyle O'Quinn, et le Turc Enes Kanter, blessé.

Salué par le public du Madison Square Garden, Noah n'a eu que trois minutes à se mettre sous la dent lors de la défaite des Knicks face à Portland (103-91). Mais il n'a pas boudé son plaisir et s'est démené avec deux points, un rebond et un contre.

" Je ne considère pas chaque minute que je passe sur le terrain comme quelque chose de normal, c'est un honneur et cela fait du bien de rejouer."

0
0