Panoramic

Pro A demi-finales playoffs : Entre Strasbourg et Villeurbanne, des comptes à régler

Entre la SIG et l'ASVEL, des comptes à régler
Par Eurosport

Le 29/05/2017 à 12:39Mis à jour Le 29/05/2017 à 12:40

PRO A - Après avoir sorti Monaco en quarts, l'ASVEL retrouve dans le dernier carré une autre équipe qui aura des comptes à régler avec elle : Strasbourg. La SIG va tenter d'effacer dès mardi soir le terrible souvenir de la finale 2016 du championnat où les Alscaciens s'étaient effondrés face aux Villeurbannais. L'autre demie entre Chalon et le Paris-Levallois débutera elle mercredi.

Comme un parfum de revanche. Strasbourg retrouve Villeurbanne, son bourreau de l'édition 2016 en finale, pour exorciser ses mauvais souvenirs et se qualifier pour une éventuelle cinquième finale de Pro A d'affilée, à partir de mardi (20h30). L'autre demi-finale, mercredi (20h45), mettra aux prises Chalon-sur-Saône, deuxième de la saison régulière, à la surprise Paris-Levallois, dans une affiche inédite à ce niveau.

Il y a près d'un an, en finale du championnat de France, l'ASVEL renversait la SIG pour décrocher le 18e titre de son histoire, trois manches à deux après avoir été menée deux à zéro, au terme d'un scénario encore jamais vu dans le basket français. Quatre joueurs et l'entraîneur Vincent Collet sont les derniers survivants de ce tremblement de terre à l'échelle du club alsacien, le premier à perdre quatre finales de championnat d'affilée.

Aujourd'hui, Strasbourg aborde la revanche avec le plein de confiance, et d'autres arguments à faire valoir pour faire chuter la "Green Team" qui, elle, s'appuie sur l'ossature de la saison dernière (sept de ses joueurs étaient de la finale 2016).

Strasbourg en confiance, l'ASVEL gonflée à bloc

L'éclosion du meneur prodige Frank Ntilikina, titulaire à 19 ans, l'affirmation de l'arrière Paul Lacombe, désigné meilleure progression de la saison de Pro A, ainsi qu'une défense plus efficace que l'année dernière (72,6 pts encaissés contre 73,6), sont autant d'atouts pour les Sigmen qui arrivent lancés après avoir éliminé de coriaces Palois en quarts (2-1).

Mais s'il existe une équipe capable de renverser des montagnes dans ces playoffs, c'est bien Villeurbanne. Les champions sortants, après une saison régulière bien fade (8e), ont éliminé le grand favori Monaco (2-1), en allant s'imposer deux fois en Principauté, où l'ASM n'avait plus perdu depuis décembre ! Symbole d'une formation exaltée par les grands rendez-vous, l'intérieur américain Darryl Watkins a haussé son niveau durant ces playoffs, passant de 10,3 pts à 11,7 pts et de 6,4 rebonds à 10,6.

"Nous sommes très fiers d'avoir battu Monaco. On a un fort passif avec Strasbourg, on remet les compteurs à zéro", a déclaré l'ailier fort villeurbannais Livio Jean-Charles, cité par le compte Twitter de son équipe. Avec les playoffs, "c'est une autre saison qui commence". La SIG et l'ASVEL s'étaient neutralisées en phase régulière, chacune des équipes s'étant imposée sur le parquet de l'autre.

Une première pour Paris-Levallois

Pour l'autre billet pour la finale, Chalon-sur-Saône part favori face au Paris-Levallois, qui joue pour la première fois les demi-finales depuis sa création en 2007. Les Bourguignons s'étaient déjà montrés intraitables face à d'autres novices, Le Portel, en quarts (2-0). Les Chalonnais restent sur 12 succès consécutifs en Pro A, dont un chez leurs futurs adversaires le 12 mai dernier (83-85). Mais le PL se plaît à jouer les trouble-fêtes depuis le début de saison, et l'a prouvé en éliminant Nanterre au tour précédent (2-0).

L'une des clés de cette demie se trouve sous les arceaux, avec un choc en haute altitude entre le Chalonnais Moustapha Fall (2,18 m), et les "twin towers" des Hauts-de-Seine, Louis Labeyrie (2,09 m) et Vincent Poirier (2,13 m).

(Avec AFP)

0
0