Boris Diaw "prêt" à jouer dès samedi contre Limoges

Diaw "prêt" à jouer dès samedi contre Limoges
Par AFP

Le 03/10/2017 à 18:23Mis à jour Le 03/10/2017 à 18:25

PRO A - Boris Diaw, qui veut se relancer à Levallois, en ProA, après 14 ans en NBA, se sent "prêt" à jouer dès samedi pour la réception de Limoges, a-t-il affirmé mardi lors d'une conférence de presse où il a expliqué les raisons de son choix.

"Je me sens prêt à jouer dès samedi. Il reste encore quelques jours de prépa donc c'est bien", a souligné le capitaine de l'équipe de France (241 sélections), âgé de 35 ans. Son dernier match remonte au 9 septembre lors de l'Euro à Istanbul, où les Bleus s'étaient inclinés en huitièmes de finale face à l'Allemagne (81-84). Tout devrait être fin prêt pour la qualification, samedi, du joueur qui a passé avec succès la visite médicale lundi et a participé à un entraînement. "Le dossier a été déposé hier soir (lundi)", a affirmé le président des Levallois Metropolitans Jean-Pierre Aubry, en précisant que la hausse de la masse salariale du club avait été validée vendredi par la DNCCG, le gendarme financier de la ProA.

Diaw s'est dit "très content de venir dans ce club" en soulignant que son entraîneur, Frédéric Fauthoux, son partenaire lors de ses débuts professionnels à Pau-Orthez, y avait été "pour beaucoup". "C'est quelqu'un que je connais depuis pas mal d'années et en qui j'ai beaucoup de respect (...) Ce qu'il a fait avec cette équipe m'a donné envie de rejoindre ce projet. C'est un jeune coach qui fait confiance en ses joueurs, aux jeunes. Cela me tenait à coeur d'apporter ma pierre à l'édifice dans ce sens-là", a expliqué l'intérieur français polyvalent, libéré par le Utah Jazz en fin de saison dernière.

Si Diaw a opté pour la France plutôt qu'un club étranger évoluant en Euroligue, c'est avant tout pour "l'engagement moral" passé avec Levallois, qui lui permet de repartir à tout moment de la saison vers la NBA si une offre se manifeste, a-t-il rappelé. Le capitaine des Bleus est venu se relancer en France mais "pas pour l'argent", a précisé Jean-Pierre Aubry, qui a refusé de dévoiler le montant de son salaire. Le montant minimum autorisé, c'est-à-dire 3.200 euros bruts, puis un salaire réévalué à 5.000 euros nets par mois avaient été avancés dans la presse. Loin du demi-million de dollars que le joueur percevait par mois lors de son précédent contrat dans l'Utah...

0
0