La sélection de Lolo Jones suscite la polémique

La sélection de Lolo Jones suscite la polémique
Par AFP

Le 25/01/2014 à 08:15

La sélection de Lolo Jones, spécialiste du 100 m haies, pour l'épreuve de bosbleigh féminin des J.O. 2014 suscite depuis son annonce dimanche la polémique aux Etats-Unis, obligeant vendredi l'une de ses coéquipières à prendre sa défense.

"J'ai tenté de rester calme aussi longtemps que possible, mais il faut clarifier la situation. Nous avons un groupe phénoménal dans le collectif olympique américain", a expliqué Elana Meyers sur son compte Facebook.

"Des choix difficiles ont dû être faits pour sélectionner trois pousseuses et les trois athlétes qui ont été choisi doivent leur sélection à des résultats et des chiffres. Dans notre sport où le gain d'une médaille se joue au centième de seconde près, c'est très important de se fier aux résultats", a poursuivi la médaillée de bronze des JO-2010.

"Les trois filles qui ont été choisies ont travaillé dur (pour aller à Sotchi) et je suis fière qu'elles soient mes coéquipières", a-t-elle conclu.

Meyers réfute ainsi l'hypothèse que Lolo Jones, 4e sur 100 m haies lors des JO-2012 de Londres et double championne du monde sur 60 m haies, ait eu les faveurs des sélectionneurs à cause de sa notoriété.

Jones, passée au bobsleigh après les JO-2012, n'est pas la seule ancienne star de l'athlétisme à aller à Sotchi: Lauryn Williams, triple championne du monde et membre du relais 4x100 m médaillé d'or à Londres, mais sa sélection suscite moins de controverse.

Peu après l'annonce par la Fédération américaine de bobsleigh, deux des pousseusses, qui n'ont pas été retenues pour Sotchi ont fait part dans la presse de leur déception.

"J'aurais dû travailler ma popularité sur Twitter plutôt que de prendre de la masse musculaire", a ainsi lâché Emily Azevedo, en référence à l'usage immodéré des réseaux sociaux par Jones.

"Je pense qu'il y avait depuis le début une idée précise" à propos de la présence de Jones dans la sélection olympique, a regretté de son côté Katie Eberling.

Certains vont même jusqu'à évoquer une intervention du groupe audiovisuel NBC qui, faute de Lindsey Vonn, la championne olympique de descente privée des JO-2014 sur blessure, voulait un sportive qui parle au plus grand nombre de spectateurs et d'annonceurs.

jr/ob

0
0