USA: le coach de "Rasta Rockett" a les yeux tournés vers Sotchi

USA: le coach de "Rasta Rockett" a les yeux tournés vers Sotchi
Par AFP

Le 15/02/2014 à 06:54Mis à jour

Avec le retour de la Jamaïque aux épreuves de bobsleigh pour les jeux Olympiques de Sotchi ce week-end, peu de personnes regarderont la compétition avec autant d'attention que le maire d'une petite ville de Virginie, dans l'est des Etats-Unis.

George Fitch est en effet celui qui a eu l'idée, vue comme saugrenue au départ, de faire concourir l'île de la mer des Caraïbes à cette épreuve emblématique des jeux Olympiques d'hiver -- avec pour objectif d'y décrocher l'or.

Aujourd'hui, celui dont l'histoire a été retracée dans le film culte "Rasta Rockett" en 1993, n'est pas mécontent du résultat.

"J'imagine qu'on peut dire que c'était... un défi", raconte George Fitch, 65 ans, depuis Warrenton, communauté rurale de 9.000 habitants où il achève son quatrième et dernier mandat de maire.

"Le défi était de savoir si je pourrais les emmener aux JO d'hiver, et surtout, d'en faire les meilleurs", précise-t-il.

Fitch parvient à mettre en place une équipe de quatre sportifs, qui réussit à se qualifier pour les JO de Calgary, au Canada, en 1988. Une première, et une fierté, pour l'île dont la plupart des habitants n'ont jamais vu la neige.

Avec leur toupet et leur style haut en couleurs, les Jamaïcains vont époustoufler le public ainsi que leurs adversaires, avant de finir à la 30e place de l'épreuve de bob à deux et d'être contraints à l'abandon dans l'épreuve à quatre, après une chute dans la troisième des quatre manches.

Vaillante, la Jamaïque retournera aux JO d'hiver en 1994, 1998 et 2002, mais ne parviendra pas à se qualifier en 2006 et 2010. La délégation aux couleurs noir-vert-jaune fait ainsi son retour sur la glace pour les Jeux de Sotchi, forte de cinq personnes, dont le pilote Winston Watts et son pousseur Marvin Dixon.

- 'Il faut juste essayer' -

Dans "Rasta Rockett", le comédien canadien John Candy incarne George Fitch. Ce dernier, ex-diplomate américain né en Chine, pointe toutefois des inexactitudes dans le film de Disney.

Tout d'abord, Fitch n'est pas un ancien bobsledder olympien plongé dans la disgrâce et reconverti en bookmaker du dimanche sur les plages ensoleillées. Il n'a même jamais pris part à des JO.

Dans la vraie vie, Fitch s'est rendu en 1987 en Jamaïque pour un mariage, où il s'est retrouvé à parler sport avec un ami et à se demander comment un pays célèbre pour le reggae et le rhum pourrait passer des épreuves sur glace.

"Par rapport à son nombre d'habitants, la Jamaïque gagne plus de médailles aux JO d'été que tout autre pays", souligne-t-il, et elle possède de nombreux atouts en athlétisme qui peuvent être utilisés dans les disciplines d'hiver.

"Le bobsleigh était le sport qu'il fallait, car il correspond le mieux à la qualité première de la Jamaïque: la vitesse. La moitié d'une course de bobsleigh consiste à savoir à quelle vitesse on va arriver à pousser cet engin de 272 kg avant de sauter dedans", rappelle-t-il.

Avec comme conducteur le pilote d'hélicoptère des forces armées Dudley Stokes, la Jamaïque débute à Calgary par un bob à deux hommes, avant de réussir à récolter suffisamment d'argent lors d'une levée de fonds de dernière minute dans un bar pour acheter un bobsleigh à quatre hommes.

"On voulait montrer au monde entier que la Jamaïque pouvait y participer", se rappelle George Fitch, apparaissant sur une photo, chapeau de cowboy sur la tête, aux côtés des membres de l'équipe jamaïcaine vêtus de jaune. "Nous voulions être parmi les meilleurs. Nous étions très inquiets de finir derniers".

N'ayant aujourd'hui plus guère de liens avec l'équipe, Fitch vend sur internet des copies des T-shirts de la Jamaïque à Calgary. Une partie des recettes sont reversées à la Fédération de bobsleigh de la Jamaïque.

"Beaucoup de gens aiment toujours cette équipe, parce qu'ils représentent les outsiders".

Alors que plusieurs pays dépourvus de neige commencent à rejoindre les Jeux d'hiver, l'ancien "coach" arbore un sourire de satisfaction: "Qu'est-ce que ça fait si vous n'avez ni neige ni glace? Qu'est-ce que ça fait s'il fait 30 degrés toute l'année dans votre pays? Il faut juste essayer".

0
0