Eurosport
 WTCC : Circuit Paul RicardRegarder 
 
 
OM : 97 % de regrets !
30/01/2012 - 11:17

OM : 97 % de regrets !

Réalisme froid et Mathieu "grand Vélo". L’OM est allé battre Rennes (2-1). Marseille poursuit sa remontée, tout en se mordant les doigts d’avoir pris un départ catastrophique… Malgré sa défaite, Rennes mérite aussi des éloges.

Sortir un hymne du club aussi naze que « Galette-saucisse » avant un match aussi important, c’était s’attirer la lose direct. Dont acte : les Rouge et Noir ont perdu. Parce que meilleur argument du Stade Rennais, ça reste Salma Hayek. Pas Jojo et sa fanfare. Non ! Je rigole… On a vu un très bon match hier soir à la Route de Lorient, qui a clôt une 21ème Journée qui maintient la L1 à un niveau de jeu et de spectacle emballant. Un seul 0-0, quelques buts jolis-beaux et du suspens au sommet et en bas du classement. Le printemps sera chaud…

Valbuena killed Lucho…

Le 16 octobre dernier, Rennes avait illustré à merveille tout le sens du mot « concasser » contre Lorient (2-0) : un étouffement constrictor, un mur impassable et des morsures signées Kembo et Pitroipa. Sauf que l’OM n’est pas Lorient. En France, l’OM sait mieux que personne répondre au défi physique et parer aux situations chaudes (sang froid impressionnant de Mandanda et Nkoulou, derrière). On appelle ça « bien gérer les temps faibles ». Mais ça on le savait déjà…  Marseille a bien encaissé un but d’une frappe de loin de Doumbia et subi encore des incursions dangereuses. Mais Rennes n’a pas fait le break et s’est même fait égaliser juste avant la mi-temps sur une tête malencontreuse d’Apam sur centre de Rémy (1-1). Le genre de truc qui ne pardonne pas. Parce que l’OM c’est comme l’Allemagne, faut les tuer une fois, et les achever deux fois. L’OM est très allemand ces temps-ci, notamment aussi sur la moyenne de buts inscrits. Comme la Mannschaft, qui a le don de marquer sans compter à chaque fois qu’elle débute une grande compète : ça actionne la pompe à buts et ça rassure les attaquants. Idem pour l’OM. Le 5-0 contre le Red Star en Coupe de France avait ouvert l’année 2012 sur un message fort. Deux buts en mode croco habituel auraient suffi. Mais le style croco estampillé DD ne suffira pas à décrocher la Ligue des champions. Alors l’OM en a mis 5. Quatre victoires ont suivi (Caen, Lille, Le Havre, Rennes) : 15 buts inscrits, soit trois pions de moyenne. Droit au(x) but(s) : le salut par la goalothérapie.

Marquer, c’est faire un minimum de jeu. Et l’OM dispose actuellement du meilleur « game player » de L1 : Mathieu Valbuena. Le gars fait les choses « à demi », mais dans le bon sens du terme : neuf-et-demi, huit-et-demi et dix-et-demi à la fois. Son talent très subtil c’est de parfaitement jouer entre les lignes, entre milieu et attaque. La même classe qu’un Balmont, mais plus porté vers l’attaque (Mathieu sait aussi marquer). Un coffre pas possible qui le fait voyager d’une aile à une autre, en squattant aussi l’axe : toujours en appel-soutien du porteur du ballon (y compris parfois dans des zones reculées) ou bien en lancement d’un partenaire. Comme le deuxième but victorieux qu’il offre à Cheyrou. C’est Valbuena qui a imposé son tempo à toute la deuxième mi-temps, bien aidé par un Rémy remuant et permutant et un Amalfitano plus « en conservation » mais aussi offensif dans le couloir droit. En observant l’OM ces temps-ci, j’en arrive à me persuader que Valbuena est peut-être une des causes de la déprime chronique de Lucho : sur la distance, le petit Mathieu a tout simplement bouffé El Commandante… Lucho a la mentalité un peu hautaine des footballeurs argentins : Valbuena, ce monstre de volonté, a sûrement blessé l’ego de Lucho, dépassé par « le Culbuto ». A coup sûr, le terrible home-jacking que lui et sa famille ont subi a grandement altéré sa motivation et a fait de lui, depuis, un joueur en partance. Mais la montée en puissance du « Petit » a du le secouer… Jusqu’où montera Valbuena ? Et si c’était lui, aujourd’hui, le futur meneur des Bleus ?

Le Stade renaît ?

OK, elle est facile celle-là… Mais, bon. Si vous préférez ça : « Galette-saucisse, je t’aime / J’en mangerai des kilos / Dans toute l’Ille-et-Vilaine / Avec du lait Ribot »… Attribuer une bonne note à ce Rennes-Marseille, c’est revenir sur la bonne prestation des Bretons. Le grand mérite des Rouge et Noir est de n’avoir pas fermé le jeu en seconde mi-temps. On est loin des Rennes-Bordeaux (et vice-versa), souvent exemples parfaits de purges légendaires. Fred Antonetti a bien tenu parole : cette saison, son équipe produit plus de jeu. Contre Marseille, Rennes a pris des risques et a même failli prendre l’avantage par Kembo (49ème). C’est aussi grâce à cette mentalité plus offensive des deux côtés qu’on a vu des attaques d’un camp à un autre à un rythme élevé. Au métier et à l’expérience, l’OM a entamé le bloc compact rennais, progressivement désorganisé. La faute à la jeunesse. La paire défensive du milieu (Mvila, 21 ans et Doumbia, 22) a cédé petit à petit. On a eu la confirmation de ce qu’on déplorait depuis la saison passée : l’absence prolongée pour blessure de Brahimi. Très précieux dans la percussion et la construction, son apport technique bonifie vraiment le jeu rennais.

Quoi d’autre ? L’absence cruelle d’un N° 9, toujours. Parce que les occasions sont là. Erding a fait des débuts timides hier soir. On attend beaucoup de Mevlut qui a l’opportunité en or de relancer sa carrière. Fred Antoneti possède peut-être enfin sur le papier de sérieux arguments offensifs, à mettre en ordre de marche : Erding, Pitroipa (retenu à la CAN), Kembo, et Montano en réserve, soutenus par Brahimi et Féret. Sans compter les passes inter-lignes de Mvila. L’ensemble a de la gueule. Y’a plus qu’à… Encore un mot sur Fred Antonetti, qui râle à juste titre quand il est décrié en tant que coach « défensif » : il a d’abord du poser les bases d’un collectif cohérent avec son effectif jeune et susceptible à tout moment d’être pillé (Mvila partira quasiment sûr cet été) avant de perfectionner son secteur offensif. Antonetti est un bâtisseur, avec une vraie âme de formateur. Les critiques injustes ont terni un vrai travail de fond (Rennes est quand même 6ème). Y’a qu’à voir comment Nice galère depuis qu’il est parti…

Chérif Ghemmour

PS : Hier soir Vincent Labrune a indiqué que le prêt avec option d’achat de Lucho vers Porto était acquis « à 97 % ». DD ne recrutera pas : la voie est libre pour Valbuena et les frères Ayew…

 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus