Eurosport
 WTCC : Circuit Paul RicardRegarder 
 
 
S.O.S. Yoann Gourcuff !
16/02/2012 - 11:20

S.O.S. Yoann Gourcuff !

Une entrée encore quelconque de Yoann Gourcuff contre l’APOEL Nicosie, mardi soir à Gerland. Un statut de remplaçant qui n’avait, hélas, rien de celui de joker.

Christian Gourcuff en a marre. Parfois, des confrères indélicats l’appellent pour parler longuement football, tactique, futur de Lorient. A la fin de l’entretien, ils posent une question ou deux sur Yoann, en difficulté à l’OL. Sur son fils, le père trop harcelé sur ce sujet répondait à contrecœur. Et au final, ce n’est souvent que la partie de l’interview concernant Yoann qui était conservée : pas un mot sur le foot, la tactique, le futur de Lorient... Piégé sournoisement, Christian Gourcuff esquive depuis les questions sur son fils.

A corps perdu…

En mars 2010, pour So Foot, juste avant l’incroyable trou noir des Girondins, Christian Gourcuff nous avait révélé quelques trucs essentiels sur Yoann. Que le môme avait pratiqué le « foot de rue », en jouant aussi sur le parking ou au fond du jardin. D’où ses aptitudes techniques qu’on retrouve chez des grands joueurs, ex-gosses des cités. Et puis Christian avait décrypté les petits signes avant-coureurs du coup de moins bien qui affectait déjà son fils à Bordeaux : « Quand il retrouve de la force dans ses appuis, il retrouve de l’efficacité dans ses frappes. Tout est lié : technique, physique et confiance. » Au printemps 2011, Yoann confessait ses difficultés à l’OL : « Je cherche toujours la clef pour réussir à Lyon, mais mon problème est physique ». En février 2012 rien n’a vraiment changé. Le physique... Déjà, on pourrait valider l’hypothèse que Yoann ait bien été « en surchauffe » durant ses deux saisons magnifiques à Bordeaux. Besoin forcené de rattraper ses deux années « perdues » à Milan où il a peu joué ? Après Bordeaux (et l’éprouvant Mondial 2010), il aurait donc subi un contrecoup physique à Lyon, comme l’ont attesté les blessures et son moindre volume de jeu. Actuellement, l’image récurrente et inquiétante est celle d’un Yoann remplaçant qui s’échauffe continuellement mais qui ne rentre pas. A l’entraînement, au milieu des autres, il s’étire sans fin, se plie, se courbe, jongle haut et bas, sautille, démarre un petit sprint… et remet ça à nouveau.

Yoann cherche tout simplement (et désespérément) à se réapproprier son corps. En sport comme dans tout le reste, c’est la tête qui commande. Et quand la tête n’y est pas, le corps peut prendre le relais. Le problème c’est que le corps de Yoann ne répond plus. Rolland Courbis avait vu juste : Yoann est fâché / lâché par son corps. Yoann ne retrouve plus son extraordinaire coordination gestuelle qui le rapprochait tant du meilleur Zidane, version ballerine. Il aura suffit d’un enchaînement technique magnifique (transmission vers Ederson et but de Lacazette) contre Bordeaux en Coupe de la Ligue pour qu’on se pâme à nouveau avec le « Gourcruyff » enfin retrouvé. Mais contre Nicosie, deux ou trois prises de balles approximatives ont douché l’enthousiasme. Toujours ces gestes empruntés, trop décomposés. Comme un handicapé qui réapprend à marcher. Souvenir fugitif de FA Cup, QPR-Chelsea (0-1) fin janvier : le pauvre Fernando Torres qui s’y reprend maladroitement à trois fois pour maîtriser un ballon facile arrivé à mi-hauteur… C’est la tête qui commande. Mais la technique corporelle retrouvée guérit aussi le mental. Tout au long de sa carrière, Dennis Bergkamp répétait inlassablement les mêmes petits exercices individuels appris tout môme à l’Ajax. Quelles que soient les périodes fastes et ou creuses, l’entretien technico-corporel maintenait son équilibre personnel à haut niveau constant. Pour l’instant, Yoann n’a toujours pas récupéré l’usage de son corps. Alors qu’il n’est plus blessé.

Sonny, oui… Yoann, non ?

Contre Nicosie, son positionnement tactique plus qu’aléatoire a encore laissé perplexe. Mais c’est un autre débat récurrent qui ne retrouvera sa pertinence une fois qu’il aura déjà récupéré « corps et âme ». Mais l’âme continue de souffrir. Le mystérieux trou noir bordelais de 2010 l’a absorbé comme beaucoup d’autres (Chamakh, Chalmé, Planus, A. Diarra, Wendel, voire Gouffran ou Trémoulinas). Le syndrome du « nouveau Zidane » l’a atteint aussi, après Meriem, Meghni et Nasri. Le poids du transfert record (22 M d’Euros) ainsi que le plus gros salaire de l’OL (on parle de 4 400 000 Euros brut par an) l’ont pressé sans cesse à revenir plus vite, plus fort. La présentation rockstar à Gerland devant 15 000 fans, après avoir quitté Bordeaux dans le speed, presque « comme un voleur ». Le crash de Knysna, beaucoup plus traumatisant qu’on ne l’a cru. Les attaques-choc de Maldini sur son passage au Milan AC. Les rumeurs persistantes sur sa vie privée qui le poussent maladroitement à se justifier face à Cécile de Minibus en mai dernier («Oui, j’aime les femmes », sic). La com asséchée et très business imposée par son ex-agent Poulmaire puis son transfert dans l’écurie Bernès ne l’ont pas rendu meilleur communicant. Et sa timidité maladive, qui l’isole de ses coéquipiers. Lizarazu lui reproche souvent de ne pas assez s’ouvrir aux autres. Du coup, on parlerait même de rejet du groupe vis a vis de lui…

Après Sonny Anderson pour les années 2000, Yoann Gourcuff était le deuxième grand transfert stratégique de l’OL des années 2010. Un « accident industriel » aujourd’hui qui a plombé Puel et Garde, bien obligés de le « rentabiliser ». Il semblerait que Rémi Garde qui ne croit plus trop en lui ait aligné Yoann contre Nicosie afin de l’exposer pour mieux le vendre (révélation RMC, hier soir dans l’After). Son entrée un peu incongrue (71ème) et ensuite inefficace m’avait autant surpris que la mise à l’écart de Clément Grenier, absent de la feuille de match… On en serait donc là : même Aulas, pourtant soutien indéfectible, se serait fait une raison. Qui croit encore en Yoann ? Laurent Blanc ? Pas sûr… Pourtant, Lolo a tout essayé : encouragements, confiance réitérée. Avec du recul je me demande même si Blanc n’a pas gardé en Bleu un Alou Diarra même moyen pour soutenir Yoann (A. Diarra est un des rares vrais potes de Yoann). Quand on repense à l’association prometteuse Gourcuff-Nasri à Wembley (2-1 pour la France), fin 2010… Yoann c’est 92 sélections en Bleu depuis 2001-02, des - de 16 aux A (28 capes). A l’OL, un autre proche de Yoann, Toulalan est parti se ressourcer ailleurs, à Malaga. Yoann devrait aussi changer d’air ? Mais pour aller où, et à quel prix ? Qui veut de lui ?...

Peut-on définitivement perdre son football après avoir fini 20ème du Ballon d’Or 2009 et avoir marqué des buts de dingues avec Bordeaux et les Bleus ? Poser la question, c’est déjà y répondre. Je repense aux comètes Laurent Roussey ou Sebastian Deisler. Et je m’accroche à la définition du talent particulier de Yoann : toujours présent dans la zone de jeu où le ballon vit…

Chérif Ghemmour

 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus