Panoramic

Chantilly : Cracksman, beau gosse !

Chantilly : Cracksman, beau gosse !
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 13/09/2017 à 19:23Mis à jour Le 13/09/2017 à 19:45

Dimanche, le sublime poulain Cracksman s'est imposé dans le Prix Niel, préparatoire réservée aux pur-sang de trois ans qui visent le Prix de l'Arc de Triomphe.

Ne serait-il qu'un allumeur, qu'un séducteur, nous laissera-t-il sur notre faim, notre appétit du beau, nos yeux brillants atténuant déjà leur éclat soudain à l'écoute, ou la lecture de la déclaration suivante : l'animal sublime de la casaque Golden Horn ne devrait pas imiter l'aîné, et fermer les portes de l'Arc à Chantilly comme le bourreau de Trêve clôturait les paupières du feu Longchamp. Non, Anthony Oppenheimer souhaite préserver son bijou, et Lanfranco Dettori demeure fidèle à sa belle, l'intraitable Enable. Diantre, quel succès !
De trois longueurs et demis, le fils de Frankel a embrassé sur le front le sublime Finch, le remerciant d'avoir été si bon guide, la balade ayant été agréable, la découverte des alentours du château fort touchante, et offert au regard privilégié de Avilius la démonstration de ce qu'est une jolie accélération sur terrain quelque peu mouillé.
Placé à une longueur du sacre dans le derby d'Epsom, à un nez de celui du Curragh, auteur d'une envolée dans les Voltigeur Stakes et désormais d'un franc succès dans le Prix Niel à Chantilly, le pensionnaire de John Gosden se donnera à nous pleinement, un jour. Les grands jours attendent la star.

0
0