Panoramic

JAP : Soul Stirring transporte Frankel jusqu'à Hanshin

JAP : Soul Stirring transporte Frankel jusqu'à Hanshin
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 09/03/2017 à 23:19Mis à jour Le 19/03/2017 à 16:31

Fille de Stacelita, championne aussi bien en France qu'aux États-Unis, et de l'invaincue légende d'Angleterre, Sir Frankel, Soul Stirring a effectué son retour en piste il y a quelques jours à Hanshin.

L'aventure Frankel fut belle... et se poursuit désormais à l'autre bout du monde. Remarqué brillant étalon et ce dès sa première année de production, ses rejetons s'illustrant à bon niveau de part et d'autre de nos hippodromes européens, le crack de Juddmonte Farms n'aura pas eu à se frustrer longtemps d'une relève digne de son nom. Loin, fort loin des lieux de ses exploits narrés assurément de nombreuses vies, que ceux de sa dulcinée fille du sombre Monsun dont on se rappelle aussi bien le Diane bondissant que le port du monocle en fin de saison américaine, le pur-sang star de notre siècle, le Gladiateur de nos aïeux, l'Eclipse de nos anonymes chromosomes, s'est offert déjà un premier groupe 1 en tant que père. Une première remise de diplôme, celui du Hanshin Juvenile Fillies, depuis l'université du même nom et après une épreuve chronométrée sur la distance encore rapide de 1600 mètres. Première de la classe en ce fameux jour de décembre 2016, la demoiselle Soul Stirring, maquillée comme maman, dansante comme maman, bénie comme papa, demeurait invaincue au terme de sa troisième sortie de jeune fille.
De retour cette année, âgée de trois ans, presque bonne à marier, l'adolescente retrouvait il y a quelques jours l'estrade de son plus récent et à ce jour unique exploit. Face à une promotion composée de onze têtes féminines bien pleines, Soul Stirring a validé le groupe 3 Tulip Sho, premier examen d'une année qui promet un infatigable tempo. Le cartable bien rempli de ses 54 kilos réglementaires, et donc de son super Christophe-Patrice Lemaire, la championne s'est défaite de Miss Panthere et de Lys Gracieux et a occupé le podium seule et en lumière le temps de ces deux longueurs acquises par avance. Logée au sein du peloton, l'éclair pur s'arrachant de la torpeur de sa robe nocturne, reflet féminin du souvenir Sunday Silence, elle dégageait déjà une force attractive, instinctivement captivante, et la beauté presque étourdissante d'une promesse, celui du bond à venir. Celui-là même qui s'arrache de ses reins et fait feu sans ménagement sous notre sein.
L'aventure Frankel fut belle. Celle de Soul Stirring s'annonce puissante.

0
0