Panoramic

Pierre-Charles Boudot vainc plus vite que son ombre

Pierre-Charles Boudot vainc plus vite que son ombre
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 31/12/2016 à 04:31Mis à jour Le 31/12/2016 à 04:47

Auteur d'un 300ème succès en cette année 2016 au soir du 22 décembre dernier à Marseille, Pierre-Charles Boudot s'est depuis retiré des pistes pour un repos bien mérité. Le jeune homme signe le record d'Europe, et ne compte pas en rester là !

300 victoires. Un nombre rond, net, facile à retenir, parfait pour éblouir. Seul contre tous, chaque course se voulant un nouveau défi, chaque pur-sang un nouvel allié, le jeune Pierre-Charles a tout donné. Une victoire pour chaque sacrifié de la légende des Thermophyles. Des succès à la pelle, comme autant d'hommages à ceux qui l'épaulent, l'aiment, et l'entourent au quotidien. Il y eut beaucoup de rage de vaincre cette année, et, que ce soit avec sa famille et son public, autant d'amour partagé.
Du haut de ses vingt-quatre ans, Pierre-Charles Boudot a signé bien des exploits. Du haut de son cageot de pommes, il aura lutté contre sa propre nature, son poids, apprivoisé son métabolisme, et sera devenu plus fort.
L'an dernier, déjà, la Cravache d'Or changea de main à chaque dos d'âne avant de fusionner deux cracks : le confirmé Soumillon et le naissant Boudot.
Rejoué de nouveau cette année, le scénario du spectacle fut légèrement différent, et ô combien passionnant : Pierre-Charles en seule tête d'affiche, les représentations s'enchaînèrent, les applauses déchaînés.

Que retenir de cette grande saison ? Si ce n'est de l'émerveillement, de l'humilité, et ce déferlement de passion.

Le 3 janvier, déjà, le vigoureux jeune homme s'en allait empaler la prude Moon Express, encore vierge de victoire, sur le poteau de Deauville. Un premier succès qui en appellera 299 autres. Pierre-Charles, quant à lui, ne rappellera jamais Moony.

Le 22 décembre, au lendemain de son anniversaire, la vedette faisait des siennes à Marseille. Quatre victoires, Pierre-Charles fait ses emplettes. Le Prix des Étrennes, des Guirlandes, du Sapin, des Surprises... Le jockey rafle tout ce qu'il peut : plus souvent en selle que libre de ses journées, il n'a pas eu le temps de voir le réveillon arriver !

Parmi ses plus beaux souvenirs équins, il y aura sans aucun doute la belle noire Siljan's Saga. Dame colère n'aura pas pesé au compteur du record, mais à celui du coeur. Leur aventure ensemble s'est terminée sur une troisième place dans le Royal-Oak, là même où, il fut un temps, ils remportaient le Corrida, le jockey, dompteur de la belle, restant bien évidemment en selle.
Il y eut aussi le confirmé et ô combien sublime Campillo, élève de Julien Phelippon, sur qui Pierre-Charles put compter les yeux fermés : après deux victoires ensemble en 2015, l'eunuque fils de Lando le porta au disque rouge de Cagnes, Chantilly, Aix-Les-Bains, Vichy et Salon Provence. Il en aura fait du chemin, le champion !
Enfin, comment oublier les joues rouges de joie de Capitaine tandis que National Defense et Pierre-Charles remportaient le Grand Critérium en ce jour si particulier de l'Arc. Un peu plus d'une minute trente de cavalcade, guère plus, et voilà que l'écurie de Criquette retrouve le sourire. Et nous aussi.

Qu'ils s'appellent Spectre, Vadamos, Volta, Just Glamorous, Countister, Waldgeist ou Delirant, champions aux grandes sensations, ou encore Love Spirit, Âme Bleue, Craven's Legend, Mahari ou encore Missing Ones, destriers plus ou moins anonymes, nombreux furent les serviteurs dévoués, 788 au total, qui se donnèrent corps et âme à travers toute la France sous les bottes de la nouvelle légende des courses européennes.
Plus de mille fois parmi les placés, Pierre-Charles Boudot n'aura eu de cesse de nous faire rêver.


Bravo PC ! Bravo Monsieur Naggar !






0
0