Panoramic

Prix d'Harcourt : Cloth Of Stars, le généreux !

Prix d'Harcourt : Cloth Of Stars, le généreux !
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 10/04/2017 à 00:19

Il court, il court, le Cloth Of Stars ! Le champion de la casaque bleue Godolphin demeure invaincu en deux sorties cette année et s'impose sous le feu solaire cantilien. Récit.

Pour mon bilan de Prix Exbury que le jeune homme aux quatre échos frappés avait remporté hauts les sabots, enflammée par la prestation, j'avais conclu par cette clameur venue tout droit de mon coeur, de cet élan d'enthousiasme, de cet appétit de champion : "On en veut encore !". On n'a pas été déçus.

De nouveau en piste ce dimanche après ce retour clodoaldien réussi, le Fabre Cloth Of Stars renouait avec l'ombre du somptueux château de Chantilly qui l'avait englué un jour d'octobre il y a de cela deux saisons. Abonné à Saint-Cloud, aventureux d'Epsom, victorieux de Deauville et de Longchamp, le fils de l'Arc Winner Sea The Stars restait aujourd'hui sur sa distance fétiche de deux kilomètres et affrontait sous la canicule une élite moins échauffée que lui. D'un souffle, il fit du frère Mekhtaal sa plus proche victime. Robin Of Navan, qui disputait alors avec force le nez de la victoire à l'athlétique alezan de l'écurie Rouget, se retrouvait cueilli par le bien né Maniaco et jeté hors podium. Mon amoureux One Foot In Heaven festoya en retrait. Loin d'être ridicule : l'année ne fait que commencer.

Des derniers rangs à celui le plus important, Cloth Of Stars n'a mis que peu de temps pour ajuster les divers espoirs et satisfaire les miens. Tellement peu de temps qu'il ne s'est pas contenté de souffler le dernier champion du Hocquart, il a fait de même avec le chronomètre exceptionnellement enclenché à Chantilly. La trotteuse historiquement arrêtée à Longchamp à deux minutes, une seconde et des poussières de Lune avait accueilli les foulées de Manduro, Giofra et Smoking Sun. Ce dimanche, c'est elle qui fonçait dans les bras du champion. Étreinte temporelle observée. Et savoureuse. Le Prix Ganay me laisse rêveuse !

0
0