Panoramic

Prix de Diane LONGINES : Senga la guerrière !

Prix de Diane LONGINES : Senga la guerrière !
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 19/06/2017 à 18:40Mis à jour Le 19/06/2017 à 18:55

Lauréats déjà du Prix de la Grotte sur la pelouse des Princes en début de saison, Senga et Stéphane Pasquier ont confirmé ce dimanche dans le Prix de Diane LONGINES.

Douze ans, déjà. Douze belles années où je me suis surprise déraisonnable passionnée.
En 2005, Divine, Ma Divine, ma Divine hors proportions, gage d'émotions, sous mes yeux encore peu initiés, avait animé ce feu sacré. Sur la fière étendue verte de Longchamp, éblouissante, elle avait brillamment éparpillé le poulailler de gelines crétellantes effarées. Ma Divine si caquetante, si clinquante déjà.
En 2005, sous le sceau Hermès et le ciel azuré, Divine, Ma Divine, invaincue, avait été invincible, couronnée parmi les immortelles, reçue parmi les déitées.
Ce dimanche, les souvenirs ont surgi des cieux. La guerrière a rugi mes voeux.
La même étoffe bleu d'été, bleu nuité. Le même blanc maculé, glaive saillant, glaive brandi, les assaillants amoindris. Sous l'écrasant soleil, témoin d'innombrables cérémonies sensationnelles, Senga et Stéphane Pasquier ont remporté le Prix de Diane LONGINES.
Pascal Bary, les joues encore rosies, effet Silverwave, effet Chantilly, s'associait cette fois aux nuances profondes de l'empyrée. L'euphorie méritée, travail si souvent anonyme, rêves si souvent peu avoués.
Quelle fougue ! D'une longueur imprenable, la victoire sûre, Senga ne bataille déjà plus. L'effort écrase ses souffles sur la croupe désormais graciée. Sistercharlie est là. Terrakova aussi. Italia canta incoraggiamento : l'Angleterre et le Japon ne répondent plus assez. La province s'admire en retrait. Mademoiselle Marie, Yellow Storm, Haya Of Fortune... elles étaient belles, nos princesses modestes. Elles ont données du bonheur, des sourires célestes.

0
0