Panoramic

UK : Marsha déploie son plus beau pétale

UK : Marsha déploie son plus beau pétale
Par Allison Nicolleau via Panoramic

Le 26/08/2017 à 00:06Mis à jour Le 26/08/2017 à 00:47

Sur l'hippodrome de York ce vendredi, la formidable Lady Aurelia a offert au public cette accélération dont elle a le secret. Rejoint au poteau par la toute aussi démonstrative Marsha, d'une année son aînée, les pouliches ont dominé la courte distance proposée par le groupe 1 Nunthorpe Stakes.

Premier mâle témoin de la scène, le placé Cotai Glory s'est préservé du crêpage de chignons d'une distance précautionneuse de trois longueurs trois quarts. Pas fou le bourdon !
En selle sur la plus admirable des demoiselles, celle-ci même qui saluait de sept et trois longueurs les tribunes assurées pleines d'Ascot et d'une foulée arrachée celles normandes du Prix Morny, Lanfranco Dettori serrait le poing, criait de joie, impressionné et heureux de remporter au terme d'une ligne droite sensationnelle, d'un coup de rein rarissime, honoré d'être le cavalier, l'associé, l'ami, le privilégié de la Lady, si peu timide Aurelia, l'épreuve Nunthorpe Stakes qu'ils avaient décidé de conquérir ensemble ce vendredi.
Et puis sur le cliché, sur le papier, et dans l'histoire à jamais, s'afficha une autre vérité.
Discrets sur le fil, concentrés, zigzaguant, acharnés, Marsha et le précieux Luke Morris avaient surgi de l'ombre et de terre pour, à nouveau, être les premiers à la cueillette. À Chantilly, déjà, l'Abbaye n'avait su résister au parfum de l'harmonie. Le couple s'envole, survole, le pétale détaché, déployé, missionné.

Incroyable Lady Aurelia.
Incroyable Marsha.
Incroyables pur-sang. Formidable passion.

(PS : Formule douce à l'oreille et employée dans le titre ici, "déploie son plus beau pétale" fut usitée sur la première chaîne au soir du presque succès de l'homme de ma vie Ainebe Crocus le premier mai 2005. Depuis l'imaginaire et les cordes vocales du toujours juste et poétique Jean-François Pré, cette phrase si belle que je m'autorise à reprendre ici me permet cet hommage. Pas de passion sans Monsieur Pré. Mille mercis !)

0
0