Philippe Gilbert (BMC) attaque sur le Cauberg lors de l'Amstel Gold Race 2014 - AFP
 
Cyclisme > Flèche Wallonne

Flèche Wallonne: Philippe Gilbert, le coureur dont il faudra prendre la roue pour avoir une chance

Gilbert, le coureur dont il faudra prendre la roue pour avoir une chance

Par AFP
Dernière mise à jour Le 23/04/2014 à 08:05 -
Par AFP - Le 23/04/2014 à 08:05
Le mur de Huy, où est jugée l'arrivée de la Flèche Wallonne mercredi, attend mercredi Philippe Gilbert (BMC), déjà vainqueur de l'Amstel Gold Race dimanche. Le Belge en est le grand favori.
 

Philippe Gilbert a redistribué les cartes . La surpuissance du Wallon dans le Cauberg, dimanche, l'a replacé dans la position de favori au départ de la Flèche Wallonne, une classique limitée à 199 kilomètres mais très spécifique dans son final. Trois ans après son triplé dans les trois courses ardennaises et sa domination imparable au sommet de Huy. "Il y a trois ans, j'étais un peu plus fort que maintenant", a-t-il déclaré après son succès. Mais ses adversaires, tout comme les observateurs, ne sont pas obligés de le croire sur parole tant il s'est montré irrésistible dans le final sur la partie la plus sélective.

La Flèche Wallonne, transformée en course de côte dans le mur de Huy si l'immuable scénario des dernières éditions se répète, avantage le coureur le plus fort du moment dans l'exercice. Le chemin des Chapelles, l'autre nom du mur, présente une pente moyenne de 11,6 % sur 900 mètres. Avec une pointe à 19 % (et même 26 % à l'intérieur du virage) sur la partie la plus raide ! Avantage supplémentaire pour le Wallon, il bénéficie désormais du concours de l'Espagnol Samuel Sanchez, qui l'a placé sur orbite dans le Cauberg. Deuxième en 2006, troisième en 2011, le champion olympique de Pékin est un habitué des lieux et aussi une alternative crédible au sein de l'équipe BMC.

Rodriguez, la tête à la Doyenne?

Qui peut battre Gilbert ? Le candidat le plus évident, l'Espagnol Joaquim Rodriguez, est handicapé par sa chute de la "Gold Race". Vainqueur en 2012, il souffre des côtes et s'interroge sur sa capacité à rivaliser au paroxysme de l'effort. Le Catalan, dès lors, pense surtout à Liège-Bastogne-Liège, la "Doyenne" des classiques encore plus convoitée. Il se dit dans l'équipe Katusha au service du vainqueur sortant, son compatriote Dani Moreno, déjà en vue dimanche dernier et premier adversaire en théorie pour Gilbert.

Outre les trois derniers vainqueurs, la course organisée par ASO réunit des puncheurs à l'aise dans un pareil final, tel l'Espagnol Alejandro Valverde (vainqueur en 2006), le Polonais Michal Kwiatkowski, le Colombien Carlos Betancur (3e en 2013) malgré ses récents ennuis de santé, voire le champion du monde en titre, le Portugais Rui Costa. Ou encore l'Irlandais Daniel Martin (6e en 2012, 4e en 2013), tout à fait capable de provoquer une demi-surprise comme il l'avait déjà réussi à le faire l'an passé à l'arrivée de Liège-Bastogne-Liège.

Désigné à l'attention générale, Gilbert risque de devoir supporter le poids de la course. Son directeur sportif Valerio Piva a voulu prévenir le danger, histoire de mettre les autres formations devant leurs responsabilités: "Nous sommes déjà très satisfaits des victoires de Gilbert (Flèche Brabançonne et Amstel Gold Race). Désormais, tout ce qui arrivera sera du bonus."

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×