Panoramic

Flèche Wallonne : Pour Alejandro Valverde, la route est dégagée

Pour Valverde, la route est dégagée

Le 18/04/2017 à 21:59Mis à jour Le 19/04/2017 à 12:24

FLECHE WALLONNE - L’un des monuments de la saison des classiques tourne à la course par élimination. Les favoris absents sont peut-être plus nombreux que ceux qui prendront part à la Flèche Wallonne mercredi. Alejandro Valverde, recordman des victoires au Mur de Huy, part avec un avantage. Mais la fin de parcours modifiée rajoute piquant et incertitude.

Le contexte

Marquée par l'empreinte de Philippe Gilbert, la saison des classiques va vivre le début de son acte II. Blessé malgré la victoire lors de l’Amstel Gold Race, le puncheur belge manquera à l’appel au départ dans le Hainaut d’outre-Quiévrain mercredi. De quoi laisser un peu plus ouverte cette Flèche Wallonne new look. Le parcours va privilégier un peu plus encore les costauds et à la fois laisser une place toujours plus réduite à la défaillance. Paradoxalement, cette nouvelle mouture pourrait voir le triomphe d’un habituel outsider, la faute à un plateau plombé par les absences.

Outre Gilbert, son coéquipier Julian Alaphilippe - deuxième des deux dernières éditions – et Wout Poels (Sky), vainqueur de Liège-Bastogne-Liège en 2016, sont eux aussi forfaits. De quoi rendre la course un peu plus ouverte encore. Le Mur de Huy reste le juge de paix de cette deuxième classique ardennaise mais plus que cette ascension mythique, c’est l’enchainement des efforts et donc l’état de fraicheur des coureurs qui décidera en grande partie du vainqueur de l’édition 2017.

Les favoris

Cette année, et peut-être plus encore que les éditions précédentes, Alejandro Valverde fait figure de grandissime favori. L’Espagnol effectue un début de saison presque irréprochable. Déjà neuf fois vainqueur en 2017, notamment du Tour de Catalogne et du Tour du Pays basque, le coureur de la Movistar arrive lancé en Wallonie. Triple tenant du titre et seul quadruple vainqueur de l’épreuve dans l’histoire, le Murcian a déjà fait du chemin des Chapelles sa deuxième adresse. Egalement annoncé comme l’homme à battre dimanche dernier sur l’Amstel, Valverde avait terminé "seulement" 19e, au chaud dans le groupe des battus.

Mais ne vous y laissez pas prendre. Ce résultat est le meilleur moyen pour ses adversaires d'oublier qu'El Bala a bien les jambes. Derrière l'épouvantail Valverde, les prétendants sont nombreux. Troisième l'an dernier, l'Irlandais Dan Martin a une chance inouïe d'avoir (enfin) une équipe Quick Step à son service, délestée de Gilbert et Alaphilippe. Michal Kwiatkowski (Sky) voudra prendre sa revanche après avoir manqué de lucidité dans la dernière ligne droite de l'Amstel Gold Race (deuxième derrière Gilbert) dimanche dernier et pourra compter sur Sergio Henao, dauphin de Dani Moreno à Huy en 2013, comme bras droit de luxe pour l'accompagner. Michael Albasini (Orica-Scott, troisième en 2015 et sur l'Amstel dimanche), le trio Uran, Woods et Slagter de la Cannondale seront aussi à surveiller. Côté tricolore, le tandem d'AG2R Bardet - Vuillermoz peut viser légitimement un Top 10 et le jeune David Gaudu (FDJ) pourrait surprendre pour sa première grande classique.

Le parcours

Vous aimez le Mur d’Huy ? Vous allez être servis. Les coureurs vont le franchir, comme souvent, à trois reprises, mais bien plus proche de l’arrivée. Le tracé de cette 81e édition a été modifié par rapport aux opus précédents avec deux tours d'un circuit de 29 kilomètres qui réunissent les principales difficultés du jour. Le chemin des Chapelles (1,3km à 9,6%), le nom officiel du Mur, se dressera devant le peloton dans les 60 derniers kilomètres, au cœur d’un enchaînement de neuf côtes en 73 kilomètres, dont la Côte d'Ereffe (2.1km at 5%), et le Côte de Cherave (1.3km 8.1%).

Autant dire que la course de côtes aura surtout des airs de montagnes russes, où le vainqueur sera peut-être le plus endurant, et pas nécessairement le plus costaud. Revers de la médaille, les deux premiers tiers de la course, sans la moindre difficulté, devraient ressembler à une étape de plaine du Tour de France. Mais l'attente vaudra le détour.

Les stats à avoir en tête

26. Impitoyable, le Mur de Huy portera au supplice les coureurs avec un virage à 26% au terme du premier kilomètre. La dernière difficulté du jour va faire très mal aux jambes et ce virage a tout pour être le point culminant de la journée.

Le Mur de Huy, point culminant de la Flèche Wallonne

Le Mur de Huy, point culminant de la Flèche WallonneGetty Images

204,5. La Flèche Wallonne fait presque figure d'anomalie dans les grandes classiques avec à peine plus de 200 bornes à parcourir.

5. Les cinq dernières éditions de la Flèche Wallonne ont été remporté par des coureurs espagnols. Alejandro Valverde a gagné les trois dernières, après les succès de Daniel Moreno en 2013 et de Joaquim Rodriguez en 2012.

Le décla : Jose Luis Arrieta, directeur sportif de la Movistar

" "Quel genre de pression peut subir Alejandro Valverde alors qu'il l'a emporté les trois dernières années ? S'il y a bien un coureur qui peut aborder cette course sans pression, c'est Alejandro.""

Notre avis

Ce nouveau parcours de la Flèche Wallonne nous fait déjà frémir. Un tel enchaînement de cols courts mais particulièrement pentus peut faire exploser le peloton et piéger facilement un potentiel prétendant à la victoire. On n'imagine tout simplement pas une course sans animation et images fortes. Valverde a évidemment, et à juste titre, la pancarte dans le dos et sa connaissance quasi-parfaite du final lui offre un avantage significatif. Mais que ce soit l'Espagnol ou un autre, peu importe le nom de celui qui lèvera les bras mercredi, au bout de l'effort et de l'épuisement. Il y mettra forcément la manière.

0
0