Panoramic

Peter Sagan: "Je me suis dit que si je faisais deuxième, mon équipe finirait par ne plus me payer"

"Je me suis dit que si je faisais deuxième, mon équipe finirait par ne plus me payer"
Par AFP

Le 28/09/2015 à 00:33Mis à jour Le 28/09/2015 à 09:43

MONDIAUX SUR ROUTE RICHMOND 2015 - Peter Sagan, leader d'une équipe de Slovaquie limitée à trois coureurs, a tout misé sur une attaque à trois kilomètres de l'arrivée pour gagner le Championnat du monde 2015, dimanche à Richmond : "J'ai choisi le bon moment". Une belle récompense après tant de places d'honneur...

Ce parcours vous plaisait-il ?

P.S. : Non. Au début, je trouvais que ce n'était pas un beau parcours. Finalement, je l'ai trouvé amusant. On pouvait se détendre pendant la course, ce circuit me convenait bien.

Aviez-vous une stratégie ?

P.S. : Non, mais j'avais vu les courses des moins de 23 ans et des dames, il fallait attendre le dernier tour. Mon frère Juraj et Kolar sont restés à mes côtés jusqu'au dernier tour. Dans la première côte, je suis resté en 5e ou 6e position. Dans la deuxième, je me suis dit que je devais y aller. J'étais dans la roue de Van Avermaet et il y avait encore de la route jusqu'à l'arrivée. Mais c'était compliqué de savoir où démarrer. Les 300 derniers mètres m'ont paru très longs. La dernière montée était courte, mais il y avait ensuite le faux-plat. J'ai vu le peloton revenir à toute allure. Je n'avais plus le choix. Si j'avais attendu le sprint, j'aurais peut-être gagné, mais j'aurais aussi pu terminer deuxième ou cinquième. Je pense que j'ai choisi le bon moment.

Quelle signification a ce résultat après autant de deuxièmes places ?

P.S. : Avant, je gagnais un peu trop. Pour que cela ne soit pas ennuyeux, je me suis dit qu'il valait mieux terminer deuxième (sourire). Pour être sérieux, je suis souvent parti à l'attaque dans le Tour de France. Dans les classiques, cela ne s'est pas passé comme je l'aurais voulu. Aujourd'hui, je me suis dit que si je faisais deuxième, mon équipe finirait par ne plus me payer (sourire).

Comment avez-vous surmonté votre abandon de la Vuelta après votre chute due à une moto ?

P.S. : J'avais en tête d'arrêter après dix étapes pour préparer le Championnat du monde. Là, j'ai dû abandonner après huit étapes et je suis resté quatre jours sans faire de vélo. Je suis parti dans l'Utah, en altitude, juste avec mon soigneur qui est aussi ma compagne. On n'a fait que s'entraîner et (il hésite)... manger.

Peter Sagan

Peter Sagan AFP

Comment voyez-vous votre fin de saison ?

P.S. : La saison est finie. Mon prochain objectif, c'est de profiter de mon titre, avec mes coéquipiers, ma famille. Je ne pense pas que j'irai au Tour de Lombardie. C'est trop dur pour moi. Je l'ai couru deux ou trois fois et j'ai abandonné à chaque fois après une centaine de kilomètres. Il faut que j'en parle avec mon équipe.

Et la saison prochaine, y pensez-vous déjà, avec ce maillot arc-en-ciel sur le dos ?

P.S. : La prochaine saison ? c'est loin.

0
0