AFP

Alberto Contador : putain, deux secondes...

Contador : putain, deux secondes...

Le 12/03/2017 à 20:26

PARIS-NICE – Magnifique d'audace et de panache dimanche, Alberto Contador a tout donné et tout essayé pour déloger Sergio Henao de la première place. Deuxième de cette dernière étape, l'Espagnol échoue à la même place au classement final. Pour deux secondes. Le chiffre (maudit) du jour.

"Je suis heureux". Il n'a fallu que trois mots à Alberto Contador pour résumer son sentiment après cet ébouriffant dénouement de Paris-Nice. Il pourrait donner dans l'amertume, pourtant, le Castillan. Comme l'an dernier, il a offert un spectacle savoureux dans cette dernière étape. Comme l'an dernier, il n'a pas été récompensé. Deuxième de l'étape et deuxième du général. Quatre secondes derrière Geraint Thomas en 2016. Deux minuscules secondes, cette fois, derrière Sergio Henao. Encore un Sky, sa bête noire sur la Course au soleil...

Si Paris-Nice se décernait au mérite, nul doute que Contador serait ce dimanche soir le double tenant du titre de l'épreuve. Mais le classement final, bête, méchant, et purement comptable, se moque pas mal de cette notion. Malgré sa folle chevauchée, El Pistolero a donc dû se contenter des deux oreilles et la queue, lesquelles lui reviennent à l'unanimité pour le spectacle. Pour le maillot jaune, il repassera. Encore. "Il m'a manqué très peu, c'est dommage, a-t-il note dans un bel euphémisme. L'équipe a été super, surtout Pantano, il est vraiment incroyable. On aura tout essayé."

Vidéo - Contador, De la Cruz, Henao : revivez le fabuleux final de la dernière étape

01:41
" Je préfère prendre des risques même si ce n'est pas facile "

Pour autant, il n'a rien à regretter. D'où ce sourire, juste après l'arrivée, puis sur le podium. Classe, jusqu'au bout. "Je suis très fier de ce que j'ai fait et je suis satisfait malgré cette deuxième place, a souligné le leader de l'équipe Trek. J'ai eu de bonnes sensations La course a été belle." Grâce à lui. Son offensive d'envergure dans les 50 derniers kilomètres a donné une dimension épique à ce dernier acte. On l'a souvent répété, Alberto Contador est de ces coureurs qui n'envisagent la course que par le prisme de l'offensive et que pour la victoire. Il est prêt à tout perdre pour essayer de gagner.

Avec 31 secondes de handicap avant cette dernière étape, il n'avait certes pas le choix. Mais combien seraient restés au chaud, pour assurer leur deuxième place ? Ou auraient simplement planté une banderille dans le col d'Eze, en sachant l'opération vaine par avance ? Pas de ça chez Contador. "Il fallait essayer en attaquant de loin, il fallait tenter quelque chose, justifie-t-il, comme une évidence. Bien sûr, ce serait plus facile de rester dans les roues et de récupérer en attendant la prochaine course. Je préfère prendre des risques même si ce n'est pas facile. Je suis heureux."

" Ça aura été une belle journée de cyclisme, et c'est aussi très important "

Dans ce final si intense, il ne lui aura donc pas manqué grand-chose. Deux fois rien. Après avoir compté une minute d'avance, la descente du col d'Eze a fait fondre cet avantage. Dès lors, il lui aurait fallu remporter l'étape pour accrocher les 10 secondes de bonification réservées au vainqueur. Las, son compatriote de chez Quick Step, David De la Cruz, lui a fait la nique dans la dernière ligne droite. "Je n'ai pas parlé avec Alberto pour le classement général. Chacun a joué sa carte", a logiquement relevé le vainqueur. "C'est normal, chacun défend ses propres intérêts", a confirmé le héros malheureux du jour.

Alors, dur à avaler pour Contador ? Oui et non. "Evidemment, c'est dur de perdre Paris-Nice pour deux secondes et de finir encore deuxième, ce n'est pas la place que j'aime", a regretté le Castillan. Mais il sait aussi que, dans nos souvenirs, son formidable show restera peut-être davantage ancré que le résultat final. "Au bout du compte, glissera-t-il en guise de conclusion, ça aura été une belle journée de cyclisme, et c'est aussi très important." La classe, on vous dit. Vraiment.

Alberto Contador et Sergio Henao sur le podium de Paris-Nice.

Alberto Contador et Sergio Henao sur le podium de Paris-Nice.Panoramic

0
0