2010 Giro Ivan Basso Liquigas - Reuters
 
Article
commentaires
Cyclisme > Tour d’Italie

Basso, tout en haut

Basso, tout en haut

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 30/05/2010 à 18:37 -
Par Eurosport - Le 30/05/2010 à 18:37
Ivan Basso (Liquigas) s'est adjugé le Giro 2010, son deuxième sacre après 2006, au terme de la 21e étape, contre-la-montre remporté par Gustav Larsson (Saxo Bank). David Arroyo (Caisse d'Epargne, deuxième, et Vincenzo Nibali (Liquigas) complètent le podium de cette 93e édition.

C'est fait. Ivan Basso a définitivement scellé son retour au premier au plan. Quatre ans après une première victoire dans le Giro, le Varésan a écrit une nouvelle page à son histoire. Une page plus glorieuse que les précédentes qui l'ont condamné à une longue traversée du désert dont il est définitivement sorti en recevant cette ultime maillot rose au coeur des arènes de Vérone noires de monde. Sur la musique de Jump de Van Halen bien connue des habitués du Stade Vélodrome, Basso a enfin pu se libérer de la pression qui l'habitait depuis le départ d'Amsterdam. Le visage détendu, le sourire haut en couleur, il a pris ses deux enfants dans ses bras pour afficher son bonheur retrouvé à une Italie qui aura vécu trois semaines durant au rythme d'un Giro aussi haletant que spectaculaire.

En réalité, ce contre-la-montre d'à peine 15 kilomètres ne devait être qu'une formalité pour le coureur de la Liquigas mais celui-ci, se souvenant sans doute que Denis Menchov, l'an dernier, avait failli tout perdre en chutant dans l'ultime étape, n'avait pas voulu crier victoire samedi au terme de l'étape du Gavia. Finalement 15e de cet ultime exercice solitaire, Basso devance l'étonnant David Arroyo (Caisse d'Epargne) qui ne regrettera pas d'avoir couru ce Giro avec ses tripes autant qu'avec son coeur. Derrière eux, Vicenzo Nibali (Liquigas), longtemps inquiété par Michele Scarponi (Androni), a finalement réussi à assurer sa place sur le podium final de ce Tour d'Italie. Plus anecdotique, Alexandre Vinokourov (Astana), auteur d'un Giro qui lui laissera sans doute un gout aigre-doux en travers de la gorge, subtilise la 6e place finale au maillot blanc Richie Porte (Saxo Bank) qu'on a déjà hâte de revoir au plus haut niveau.

Larsson prend tous les risques

Pour le gain de l'étape, on attendait Bradley Wiggins (Sky) qui s'était fait discret lors de la dernière semaine de course. Le Britannique qui rêve maintenant d'un podium sur le Tour de France n'avait pas voulu puiser dans ses réserves et rêver de conclure le Giro comme il l'avait commencé aux Pays-Bas. Malheureusement pour lui, pour s'imposer ce dimanche à Vérone, il ne fallait pas hésiter à prendre tous les risques dans la descente de Torricelle. Bien moins prudent que le poursuiteur d'outre manche, le Suédois Gustav Erik Larsson (Saxo Bank), vice champion olympique et vice champion du monde de la spécialité, a su faire la différence et bâtir de la sorte son succès d'étape dans les courbes techniques de ce final tortueux. Marco Pinotti (HTC-Columbia), en sait quelque chose. En tête au sommet de la bosse, le champion d'Italie de l'exercice chronométré a cédé l'étape en n'attaquant pas ses virages avec l'agressivité requise.

Le champion du monde Cadel Evans (BMC) tentera de se consoler de sa décevante 5e place avec le maillot rouge du classement par points tandis que Matthew Lloyd (Omega Pharma Lotto), vainqueur d'étape à Carrara, confirme ses qualités de battants en s'adjugeant le classement de la montagne. Ivan Basso, de son côté, entouré par une équipe Liquigas impressionnante de bout en bout, peut enfin savourer son retour en grâce. Il s'en est passé des choses en quatre ans pour le Varésan qui, sous la houlette de Roberto Amadio et d'Aldo Sassi, a réussi à se reconstruire pour retrouver le haut de l'affiche.