2012 Giro d'Italia Joquin Rodriguez - Eurosport
 
Article
commentaires
Cyclisme > Tour d’Italie

Rodriguez règle la concurrence

Rodriguez règle la concurrence

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 23/05/2012 à 19:18 -
Par Eurosport - Le 23/05/2012 à 19:18
En leader du Giro, Joaquim Rodriguez (Katusha) a devancé au sprint les principaux favoris à Cortina d'Ampezzo, lors de la 17e étape. Ivan Basso et Ryder Hesjedal complètent le podium. Roman Kreuziger et Paolo Tiralongo (Astana) ont perdu du temps.
 

On commence à y voir plus clair dans ce Giro. Il était temps. Vainqueur à Assise, Joaquim Rodriguez a une nouvelle fois dominé les débats, lors de l'arrivée de la 17e étape à Cortina d'Ampezzo. Le maillot rose a réglé au sprint un groupe restreint à six unités, dont Ivan Basso (Liquigas) et Ryder Hesjedal (Garmin) qui complètent le podium du jour. Les prétendants à la victoire finale se comptent désormais sur les doigts d'une main: Rodriguez, Hesjedal , Basso et Michele Scarponi (Lampre) qui a tenu le rythme après un passage à vide (crampes) dans la descente du Passo Giau. Les quatre leaders se tiennent en 1'36" au général. Purito devient le premier vainqueur en rose d'une étape depuis 2009 et le 100e Espagnol à lever les bras sur la ligne d'arrivée du Giro. Dans la célèbre station de ski, qui n'avait plus accueilli d'arrivée depuis 1977, il a succédé à des légendes de la Petite Reine comme Fausto Coppi ou encore Louison Bobet...

Si le Catalan s'est rassuré sur sa capacité à tenir bon lors d'une troisième semaine de grand Tour, Ivan Basso et sa formation Liquigas ont carrément mis leurs griffes sur la course. Le Varésan a, en effet, fait rouler sa garde à travers trois des quatre ascensions du jour pour venir en chasse au groupe d'échappés matinal où le désormais apprécié Matteo Rabottini était venu conforter son maillot de meilleur grimpeur. La formation italienne a ainsi terminé le travail initial des Euskaltel, en train groupé dans les ascensions du Passo Valparola et du Passo Duran, qui ont préparé l'attaque de la dernière chance de Mikel Nieve (18e à 4'20"avant le départ), finalement caduque.

Fini pour Kreuziger

L'autre confirmation, c'est bien Ryder Hesjedal. Le Canadien a fait forte impression dans des Dolomites ensoleillées. A l'aise et toujours dans les premières positions du peloton lors de toutes les ascensions, le coureur de la Garmin s'est même octroyé le luxe de dynamiter la course à 7 kilomètres du sommet du très imposant Passo Giau. Bien que surveillé de près par ses concurrents directs au maillot rose, le Nord-Américain a tenté, un temps, de prendre la poudre d'escampette dans la descente finale. Toujours 2e du général à 30 secondes de Rodriguez, Hesjedal prend date avant le contre-la-montre de dimanche. Il est désormais plus qu'un simple outsider.

En revanche, Roman Kreuziger et Paolo Tiralongo, les deux leaders d'Astana, sont définitivement hors du coup pour la victoire finale. Si voir l'ancien lieutenant d'Alberto Contador craquer n'est pas une énorme surprise - l'Italien a perdu 2'47" ce mercredi, assister à la lente agonie de son coéquipier tchèque, 5e en 2011 à Milan, a été un véritable choc. L'ancien de la Liquigas a été souvent à la traîne dans le groupe maillot rose, avec un masque de douleur rarement observé chez lui, avant de finalement lâcher prise dans l'ascension du Forcella Stautanza (2e catégorie), répertorié comme la montée la plus abordable du cette 17e étape. Kreuziger, désormais 20e à 12'53", n'est pas le seul à avoir failli ce mercredi : Sandy Casar, 27e de l'étape à 5'34", sort du Top 10 (19e). Plus grave, José Rujano, double vainqueur d'étape en 2011, a pris un éclat de 34 minutes. Sans être spectaculaire, cette première manche des Dolomites a, en tous cas, fait un premier essorage.

LE GIRO EST A SUIVRE EN DIRECT SUR EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER