Getty Images

Omar Fraile s'offre la 11e étape devant Rui Costa et Pierre Rolland, les favoris se neutralisent

Fraile a coiffé Costa et Rolland, les favoris se sont neutralisés

Le 17/05/2017 à 17:14Mis à jour Le 17/05/2017 à 19:03

TOUR D'ITALIE - Omar Fraile (Dimension Data) a remporté en costaud la 11e étape du Giro entre Florence et Bagno di Romagna, mercredi. Au terme d'une longue échappée, l'Espagnol a coiffé au sprint Rui Costa (UAE Abu Dhabi) et Pierre Rolland (Cannondale). Derrière, les favoris se sont neutralisés malgré quelques tentatives, dont celles de Thibaut Pinot (FDJ) et Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida).

Au lendemain d'un contre-la-montre qui a fait des dégâts, on attendait de cette 11e étape qu'elle permette aux perdants de la veille de relever la tête. Pari manqué. Si Thibaut Pinot (FDJ) et Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) ont tenté leur chance, timidement, le premier au sommet de l'ultime difficulté du jour, le second dans la descente, les favoris ont joué placés ce mercredi. Les seuls Steven Kruijswijk (Lotto NL-Jumbo) et Geraint Thomas (Sky) ont encore perdu du temps, le Néerlandais sortant du Top 10 au général, alors que les grands vainqueurs du jour s'appellent Omar Fraile (Dimension Data), vainqueur d'étape, et Andrey Amador (Movistar) qui s'est replacé au général (6e désormais).

Pour autant, cette 11e étape a livré un scénario enthousiasmant avec une vraie bagarre déclenchée très tôt pour l'échappée du jour. Omar Fraile est le symbole de ce scénario, lui qui a un temps occupé la tête de course en compagnie de Mikel Landa (Sky) avant d'être repris par les poursuivants. Alors qu'on le pensait trop atteint pour jouer la victoire, c'est lui qui a pris la roue de Pierre Rolland (Cannondale) dans le Monte Fumaiolo pour ensuite régler son petit monde au sprint. Lui le meilleur grimpeur de la Vuelta en 2015 et en 2016 s'offre sa première victoire d'étape sur un Grand Tour après ses succès au Tour des Apennins et aux 4 Jours de Dunkerque en 2015.

Journée tranquille pour Dumoulin, finalement

Le début d'étape avait laissé craindre le pire pour le nouveau maillot rose, Tom Dumoulin. La décision, surprenante il faut le dire, de laisser partir Ten Dam à l'avant, l'avait laissé avec un seul équipier en la personne de Simon Geschke dans un groupe de leaders déjà réduit à la portion congrue. A l'avant, Movistar avait placé Amador, un ancien 4e du Giro (2015) et Barhain-Merida avait misé sur Visconti. Finalement, le Néerlandais n'a pas été attaqué avant le sommet du dernier col du jour, le Monte Fumaiolo.

A moins d'un kilomètre du sommet, c'est Thibaut Pinot en personne qui s'est dressé sur ses pédales pour attaquer en deux temps et mettre ses adversaires à bonne distance. Avec quinze secondes d'avance dans la descente, on peut légitimement penser que si l'ancien 3e du Tour de France (2014) avait eu des grandes qualités de descendeur, il aurait pu inquiéter ses adversaires. Finalement, et malgré l'attaque de Nibali, tous les leaders ont gagné l'arrivée sans souci et groupés. Il faudra attendre samedi pour la grande explication.

Vincenzo Nibali et Thibaut Pinot à l'attaque lors du Giro

Vincenzo Nibali et Thibaut Pinot à l'attaque lors du GiroAFP

0
0