Getty Images

Pierre Rolland remporte la 17e étape en solitaire, Tom Dumoulin toujours en rose

Rolland a flairé le bon coup !

Le 24/05/2017 à 17:14Mis à jour Le 24/05/2017 à 17:56

TOUR D'ITALIE - Pierre Rolland (Cannondale-Drapac) tient son succès d'étape. Le Français a brillamment remporté la 17e étape du Giro entre Tirano et Canazei (219 km), mercredi, en s'extirpant d'un large groupe d'échappés à huit kilomètres de l'arrivée. Le peloton des leaders a terminé à près de huit minutes, Tom Dumoulin (Sunweb) conserve le maillot rose.

En cyclisme, les audacieux sont souvent récompensés, les courageux parfois seulement. La victoire de Pierre Rolland (Cannondale-Drapac) lors de la 17e étape du Giro entre Tirano et Canazei, mercredi, fait écho à la seconde catégorie. Depuis le départ de Sardaigne, le Français de Cannondale a, comme à son habitude, énormément tenté, s'est lancé dans des raids à corps perdu, y compris sur des terrains qui ne lui seyaient guère. D'ailleurs, ce mercredi, Rolland n'était pas favori tant l'arrivée manquait de difficulté.

Oui mais le coureur de la Cannondale a brillé là où il pêche parfois : sur la tactique. A huit kilomètres du but, l'ancien vainqueur de l'Alpe d'Huez (2011) a placé l'attaque décisive alors que le groupe de 25 se faisait la guerre pour savoir qui sortirait au bon moment. Costaud, le grimpeur français a rapidement pris une trentaine de secondes, ce qui lui a permis de savourer sa première victoire avec le maillot de l'équipe américaine, qu'il avait rejoint en 2016. C'est aussi le premier succès tricolore sur le Giro du centenaire après la première victoire italienne, celle de Nibali, mardi.

Le bon coup de Rolland

Entre Tirano et Canazei, les 219 kilomètres ressemblaient fortement à un profil parfait pour les baroudeurs. Le peloton l'avait bien compris et ce ne sont pas moins de 40 coureurs qui se sont échappés assez tôt.... sous l'impulsion de Pierre Rolland premier attaquant du jour. Parmi eux, on retrouvait des costauds comme Van Garderen, Monfort, Izagirre, Devenyns, Fraile, Geschke ou encore Rui Costa. Avec quasiment un quart d'heure d'avance, ce groupe a permis à Jan Polanc, d'être maillot rose provisoire du Giro pendant un moment.

Finalement, ce sont 15 hommes forts qui se sont extirpés pour se jouer la victoire dans le final. Les attaques se sont multipliées mais Dimension Data et UAE Team Emirates, en supériorité numérique, ont annihilé toutes les tentatives. Toutes jusqu'à celle de Pierre Rolland à huit kilomètres du but. Parti de l'arrière, le Français a surpris son monde. Le plus dur était fait. Ne restait plus qu'à parier sur une mésentente derrière, ce qui s'est effectivement passé, et à tenir le choc sur des routes qui alternaient faux-plat montant et descendant. La joie du Français en disait long sur la portée de cette victoire. Pierre Rolland n'avait plus gagné depuis 2015 et un succès sur le Tour de Castille-et-Leon. Une éternité.

Dumoulin tranquille, bonne opération pour Polanc

Il entre finalement effectivement dans les dix premiers du général (10e), à 6'33'' de Dumoulin. Le maillot rose de ce Giro, qui ne compte plus que 31 secondes d'avance sur Quintana et 1'12'' sur Nibali, a sans doute goûté agréablement cette journée "tranquille" avant une nouvelle étape difficile jeudi avec des passages au Passo Pordoi (2239m), au Passo Valparola (2117m) et au Passo Gardena Grödnerjoch (2121m) avant une arrivée en altitude à Val Gardena.

0
0