AFP

Vincenzo Nibali était le plus costaud, mais Romain Bardet lui a tenu tête

Nibali était le plus costaud, mais Bardet lui a tenu tête
Par Eurosport

Mis à jourLe 19/02/2016 à 16:23

Publiéle 19/02/2016 à 15:36

Mis à jourLe 19/02/2016 à 16:23

Publiéle 19/02/2016 à 15:36

Article de Eurosport

TOUR D'OMAN - L'Italien Vincenzo Nibali (Astana) s'est emparé vendredi du maillot rouge de leader en enlevant devant le Français Romain Bardet (AG2R La Mondiale) la 4e étape, dont l'arrivée a été jugée au sommet de la "Montagne verte" (1.435 m d'altitude).

C'était l'étape-reine de ce Tour d'Oman. L'arrivée au sommet de la "Montagne Verte" était très attendue vendredi. C'était un rendez-vous pour homme fort et c'est effectivement en costaud que Vincenzo Nibali (Astana) s'est imposé devant le Français Romain Bardet (AG2R). l'Italine signe un coup double au terme de cette 4e étape, puisqu'il s'empare également du maillot de leader au classement général.

Avec ses 10,7% de moyenne, la Montagne Verte était de nature à provoquer une sélection et ce fut le cas. Dans l'ascension finale, Nibali a mené l'essentiel des débats avec Romain Bardet et le Danois Jakob Fuglsang. Ce n'est qu'à 150 mètres de la ligne d'arrivée, quand Nibali a lancé le sprint, que Bardet a lâché prise. le jeune Français a concédé neuf secondes au vainqueur du Tour de France 2014, Fuglsang terminant à 12 secondes.

Bardet : "J'ai senti la victoire très proche"

On retrouve les trois hommes dans le même ordre au nouveau classement général, où le paysage s'est sérieusement éclairci. Nibali dispose d'une marge de 15 secondes sur Bardet et 24 sur Fuglsang. Le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Alpecin), quatrième de l'étape, se retrouve également au pied du podium au général, mais à 40 secondes tout de même du nouveau leader.

Ce qui a fait la différence entre Nibali et Bardet? "Un peu de force et d'expérience" selon le Français, mais surtout le travail d'équipe. Tandis que le leader d'AG2R La Mondiale n'a pas pu s'appuyer sur Domenico Pozzovivo (12e à 1'22) pour affaiblir Nibali, le champion d'Italie a pu compter sur son lieutenant Fuglsang pour contraindre Bardet à l'attaque, et le dépasser juste avant la ligne. "J'ai senti la victoire très proche. Mais bon, Nibali est un des plus grands champions de notre génération. Quand j'ai essayé de le remonter à 150 mètres de l'arrivée, il a fait semblant de marquer un temps d'arrêt puis il a relancé vraiment très fort, a indiqué Bardet. Dommage qu'il n'y ait pas la victoire au bout mais je progresse chaque année, c'est bon signe".

C'est la deuxième fois que Nibali s'impose sur la "Green Mountain", après 2012. Il avait terminé deuxième au final cette année-là, derrière Peter Velits. "La première fois à Green Mountain c'était complètement différent parce que j'avais attaqué dès le pied. Aujourd'hui il fallait garder ses nerfs et attendre la fin. A l'époque je n'avais pas l'expérience que j'ai aujourd'hui", a déclaré Nibali, qui, cette fois, va "essayer de gagner" la course.

0 commentaire
Vous lisez :