AFP

Chris Froome (Sky) dévoile les résultats de ses tests pour lever les doutes

Froome dévoile les résultats de ses tests pour lever les doutes
Par Sébastien Petit via AFP

Le 04/12/2015 à 13:12

TOUR DE FRANCE - Quelques jours après son 2e sacre sur la Grande Boucle, Chris Froome a réalisé des tests physiologiques pour montrer que sa performance était naturelle. Chiffres à l'appui, tous publiés par le magazine Esquire, le Britannique a voulu faire preuve de transparence pour lever les doutes sur les allégations de dopage dont il est victime.

Eurosport Player : Regardez l'intégralité des étapes en LIVE

Voir sur Eurosport

Chris Froome n'a jamais été contrôlé positif. Mais les suspicions durant le Tour de France 2015 ont été telles que le coureur britannique a voulu justifier ses performances. Peu après son deuxième sacre sur la Grande Boucle, le coureur de Sky a réalisé une batterie de tests physiologiques dans un laboratoire de Londres. Et dans un souci de transparence totale, Froome a laissé le magazine Esquire le suivre au mois d'août et publier les résultats début décembre. La conclusion ? Tout est bien qui finit bien, selon le media britannique.

Que ce soit son débit d'oxygène consommé pendant un effort (VO2 max, c'est-à-dire le volume maximum d'oxygène qui peut être stocké dans les poumons) et sa puissance déployée sur sa machine (watts), les chiffres avancés ne révèlent aucune anomalie : entre 88,2 ml/min/kg de VO2 max et 525 watts atteints en pédalant, Chris Froome ne serait que dans la moyenne haute, mais pas dans une sphère interdite si on se réfère à ce que le media britannique rapporte des tests effectués au laboratoire londonien de GlaxoSmithKline Human Performance. Des chiffres qui ont été comparés avec ceux datant de 2007, montrant également des chiffres quasiment similaires alors qu'il était plus costaud que maintenant.

" Les valeurs de Froome sont proches de ce que nous pensons être la limite supérieure de l'être humain"

En 2007, des échantillons de sang avaient déjà été prélevés pour déceler des effets "médicamenteux" qui auraient pu engendrer la formation de globules rouges ou des preuves de manipulation de sang, comme la transfusion. Son taux d'hémoglobine était de 15,3 grammes/litre, avec 0,72% de globules rouges immatures (comprendre "récents", la norme se situant entre 0,5 et 2,5). Des chiffres similaires à ceux trouvés le 20 août dans le labo londonien (15,3 et 0,96%).

"Les valeurs de Froome sont proches de ce que nous pensons être la limite supérieure de l'être humain en ce qui concerne la VO2", assure dans le magazine Esquire Phillip Bell, un des experts scientifiques de GSK. Même si quelques athlètes comme le coureur américain Greg LeMond ont pu flirter avec la barre des 90 dans le passé, la moyenne d'un individu se situe habituellement entre 35 et 40. Elle peut atteindre 50 ou 60 chez un sportif de haut niveau.

" J'espère que ces résultats parlent d'eux-mêmes mais je suis réaliste et je reconnais qu'ils ne convaincront pas tout le monde"

Sur la base de ces conclusions, Froome assure ainsi que ces résultats répondent aux accusations de dopage injustes, selon lui, dont il est victime depuis l'été 2015. "Des questions doivent être posées, explique le coureur de 30 ans dans le magazine. Tant qu'elles restent justes, je suis content d'y répondre. Mais ce qui me pèse, c'est quand ces questions tournent à l'accusation pure et simple. Je sais ce que j'ai fait pour en arriver là et je suis le seul à pouvoir vraiment dire à 100% que je suis propre. Je n'ai jamais enfreint les règles. Je n'ai pas triché. Je n'ai jamais pris en secret aucune substance dont je n'avais pas conscience".

"Je sais que mes résultats résisteront à l'épreuve du temps, que dans 10-15 ans les gens diront : 'Ah, c'était ça son secret'. Il n'y a pas de secret", répète-t-il. "J'espère que ces résultats parlent d'eux-mêmes mais je suis réaliste et je reconnais qu'ils ne convaincront pas tout le monde, regrette encore Froome dans un communiqué publié vendredi matin. Les déceptions du passé jettent une ombre sur le présent mais j'espère qu'un peu plus de transparence, comme aujourd'hui, sera un pas de plus pour aider à reconstruire la confiance dans le sport que j'aime."

0
0