Getty Images

Chris Froome : "L'homme à battre, c'est Richie Porte"

Froome : "L'homme à battre, c'est Porte"

Le 28/06/2017 à 21:27Mis à jour Le 28/06/2017 à 23:21

TOUR DE FRANCE - Triple vainqueur de l'épreuve et double tenant du titre, Chris Froome s'avance encore en favori cette année, même si ses résultats n'ont pas franchement convaincu ces derniers mois. Dans un entretien accordé à Eurosport, le Britannique cible son ancien coéquipier Richie Porte comme sa principale menace.

Chris Froome est toujours le personnage central du Tour de France. Jusqu'à preuve du contraire. Depuis sa deuxième place contrainte dans l'ombre de Bradley Wiggins en 2012, le Britannique est pour ainsi dire invaincu à la régulière. Titré en 2013, 2015 et 2016, son abandon de 2014 relève à ce jour de l'anicroche. Mais Mister Froome paraît plus fragile à l'aube de cette édition 2017, après un premier semestre d'une discrétion particulièrement prononcée dans ses résultats.

Pour autant, l'homme fort de la Sky reste incontournable. Très sollicité dans la dernière ligne droite médiatique avant le coup d'envoi samedi à Düsseldorf, il s'est livré à Eurosport. Le Tour et lui, ce Tour et lui, ses rivaux et lui... Il apparait toujours autant déterminé que détendu. "Le Tour, a-t-il confié, reste un niveau au-dessus de toutes les autres courses. Physiquement et mentalement, c'est incroyablement exigeant, mais il y a presque quelque chose de magique, une excitation, une énergie particulière, qui le rend plus spécial que n'importe quelle autre épreuve."

Chris Froome

Chris FroomeEurosport

" J'ai bien travaillé, la base est là, solide "

Plus que sur ses références récentes, c'est donc sur cette "magie" que Froome veut s'appuyer pour conquérir sa quatrième étoile. Il ne paraît pas plus concerné que ça par ses performances en demi-teinte jusque-là en 2017. "J'ai pris un départ plus lent que d'habitude cette saison c'est vrai, mais j'ai pris beaucoup de plaisir sur le vélo, que ce soit en course ou lors des stages d'entraînement, assure-t-il. J'ai bien travaillé, la base est là, solide." Et Froomey de nous avouer que le Dauphiné arrivait juste un peu trop tôt pour lui. Une façon de dire qu'en juillet, ce sera une autre histoire...

Il faudrait donc davantage que quelques mois sans victoire majeure pour effriter la confiance acquise au fil des années, surtout sur le Tour. Le début de saison, ça sert à bosser. L'été, à gagner. D'autant qu'il voit au-delà du Tour. "J'aimerais aussi faire la Vuelta, si tout va bien, et si possible pas en étant complètement à plat", sourit le natif de Nairobi. En axant sa préparation sur la seconde partie de la saison, il s'impose à lui-même une forme d'impatience. "Une part de moi aimerait lâcher les chevaux beaucoup plus tôt, c'est vrai, mais il faut savoir ce que l'on veut." Lui le sait, à coup sûr, et il espère le prouver dans les trois semaines à venir.

" Un Tour plus ouvert "

Alors, ce Tour, comment le voit-il ? Son parcours l'intrigue, visiblement. Une première victoire pour Christian Prudhomme. "Ce Tour me semble très différent de ceux que j'ai pu gagner, relève-t-il. Il y a plutôt moins d'arrivées au sommet que les années précédentes, et il y a moins de chronos, aussi. Alors la course sera peut-être beaucoup plus ouverte." Il pressent que, autant que le physique, "la tactique sera déterminante", en raison de la dispersion des étapes majeures sur l'ensemble de l'épreuve. "Il n'y a pas de gros blocs de montagne comme c'est souvent le cas, note le tenant du titre. Il y en a un peu en première semaine, un peu en deuxième et en troisième semaine, c'est intéressant."

Chris Froome

Chris FroomeAFP

Malgré tout, invité à pointer une étape en particulier, il se fixe sans surprise sur celle de l'Izoard. La plus prestigieuse, et que l'on pressent décisive. "L'Izoard, c'est à plus de 2000 mètres d'altitude, et c'est un monument. Ce sera le Ventoux de ce Tour 2017, dit-il. Si je devais cibler une étape plus que les autres, ce serait peut-être celle-ci. Mais il faudra être présent et performant partout, évidemment."

Si son déficit de résultats ne l'affole pas, il aura peut-être une vertu pour la concurrence, en la décomplexant. Au sein de celle-ci, Chris Froome voit un rival particulièrement dangereux sur le papier. Un rival qu'il connait un peu plus que les autres. "Je pense que l'homme à battre, c'est Richie Porte, souffle-t-il. C'est un peu étrange de se retrouver face à Richie. On se connait tellement bien. Ça me rappellera l'époque où on se tirait la bourre à m'entrainement. Sauf que là, ce sera le Tour de France. C'est beaucoup plus sérieux. On va laisser notre amitié de côté." Le tout dit dans un grand sourire à la Froome. Affable et carnivore, Froome n'a décidément pas changé.

0
0