Getty Images

Froome : "Il fallait que je revienne ou c'était game over pour moi"

Froome : "Il fallait que je revienne ou c'était game over pour moi"

Le 16/07/2017 à 20:26Mis à jour Le 16/07/2017 à 21:35

TOUR DE FRANCE – Malmené par les hommes de Romain Bardet, Chris Froome a parfaitement maîtrisé l'alerte, dimanche, lors de la 15e étape. Le Britannique, victime d'un nouvel incident mécanique, a pu compter sur son équipe et notamment Michal Kwiatkowski, qui est venu au secours de son leader. La journée de repos va lui faire du bien avant une 3e semaine qui s'annonce éprouvante.

Eurosport Player : Regardez toutes les étapes du Tour en LIVE

Voir sur Eurosport

Les occasions se raréfient pour faire tomber Chris Froome de son piédestal doré. Ce dimanche, le Britannique a été malmené, sacrément bougé même, mais à l'arrivée, au Puy-en-Velay, il a arboré le même sourire que la veille. Celui d'un maillot jaune sûr de sa force et conscient que le quatrième sacre n'est plus très loin ? Lui seul le sait. En tout cas, ce 15e acte aura vu le Britannique survivre à tout. A un (nouveau) problème mécanique - il les enchaîne depuis quelques jours -, au langage fleuri et aux insultes de quelques énergumènes dans la dernière ascension qui ne l'ont pas épargné et surtout aux manœuvres impétueuses des ouailles de Romain Bardet.

"AG2R La Mondiale a fait sa course, est monté vite mais juste avant la montée, j'ai rencontré un problème avec ma roue arrière qui était cassée. C'était un moment critique de la course", a reconnu "Froomey". A 45 kilomètres de l'arrivée, le triple vainqueur du Tour a dû compter sur son ange-gardien polonais, Michael Kwiatkowski, pour le sortir d'une mauvaise passe finalement sans conséquence chronométrique. "Michal s'est arrêté, il m'a donné sa roue car la voiture était loin. On a ensuite fait le maximum pour retourner en tête de la course", a expliqué celui qui possède encore 18 secondes d'avance sur son premier dauphin, le champion d'Italie Fabio Aru.

Vidéo - Victime d'un incident mécanique, Froome a dû changer de roue arrière

01:37

La course-poursuite qui s'en est suivie pour boucher près de 45 secondes s'est heureusement bien terminée pour le leader du général. Non sans stress. "Cette journée a été une session de panique, a reconnu Froome. Si je n'étais pas remonté, je n'aurais probablement pas été en jaune ce soir. Il fallait que je revienne ou c'était game over pour moi."

Landa, un coup de pied dans la "Froomilière" ?

Reconnaissant encore une fois, Froome a tenu à remercier ses principaux lieutenants, Sergio Henao, Mikel Nieve, sans oublier celui qui continue de ronger son frein, Mikel Landa. L'ancien coureur Astana a clairement les jambes pour donner un bon coup de pied dans la "Froomilière". Mais, sage et discipliné, le sixième du général ne le fera pas. Dave Brailsford veille au grain et il n'y aura pas de "revival" de l'épisode de La Toussuire entre Froome et Wiggins. Un temps en difficulté, bien aidé par l'Espagnol, l'omnipotent leader du Team Sky a finalement rétabli la situation pour conserver sa précieuse tunique. Non sans crainte, selon l'intéressé : "C'était un moment de stress, j'ai pensé que je n'allais peut-être pas revenir en tête de la course. J'ai un peu paniqué."

Lundi, Froome va pouvoir reprendre des forces. Jusque-là, tout va bien même si la meute reste proche. Mais le Britannique s'attend à vivre de nouveau l'enfer mercredi et jeudi, dans les Alpes. Il a d'ailleurs bien identifié ses contestataires : "Je crois que c'est eux (Bardet et Aru, NDLR) qui vont attaquer, essayer de prendre le plus de temps avant le contre-la-montre de Marseille. Je sens la pression."

Mais Froome fait preuve aussi de sérénité : "J'ai confiance en mon équipe et à sa façon de contrôler la course. Pour le moment, on est très contents avec le maillot et d'avoir une journée de repos demain (lundi)." Ce dimanche, AG2R a sorti ses gros sabots pour tenter de le faire vaciller. Ça n'a pas fonctionné et l'alerte a été bien maîtrisée. D'autres, comme Rigoberto Uran, continuent d'avancer sans faire de bruit. Froome devrait également s'en méfier. On ne sait jamais.

Vidéo - Mollema culotté, Froome secoué : les moments clés de la 15e étape

03:02
0
0