Eurosport

Edwina Tops-Alexander prive Pénélope Leprevost d'une victoire au Grand Palais

Edwina Tops-Alexander prive Pénélope Leprevost d’une victoire au Grand Palais

Le 20/03/2017 à 14:28

Pénélope Leprévost a bien failli être la première française de l’histoire à s’imposer sur le Grand Prix Hermès, véritable temps fort du Saut Hermès au Grand Palais, hier. Mais c’était sans compter sur la rapidité des championnes du jour, le couple Edwina Tops-Alexander et sa jument California. L’Irlandais Bertram Allen a complété le podium avec Molly Malone V.

Véritable temps fort du week-end, le Grand Prix Hermès clôturait, hier, la huitième édition du Saut Hermès au Grand Palais. Quarante-sept des meilleurs cavaliers, issus de dix-neuf nations, ont pris part à cette épreuve de renom dotée à 400.000€. Sur un parcours difficile, construit par l’Allemand Franck Rothenberger, seuls trois couples parviennent à déjouer les difficultés et se qualifier pour le barrage, au chronomètre. Premier parcours sans-faute de l’épreuve, le jeune irlandais de vingt-deux ans, Bertram Allen, ouvre le bal des barragistes sur sa jument Molly Malone V. Avec une faute, il laisse la place à ses deux concurrentes de l’après-midi, la Française Pénélope Leprévost et l’Australienne Edwina Tops-Alexander. Il leur suffit pour l’emporter de signer le double parcours sans-faute.

Sur l’étalon Vagabond de La Pomme, la championne olympique récidive l’exploit sous les applaudissements du public parisien. Avec un chronomètre de 41’’44, elle accentue la pression sur le dernier couple à s’élancer. Associée à sa bondissante jument, California, Edwina Tops-Alexander devance finalement de huit centièmes la Française et est sacrée reine du Grand Palais après un barrage en 41’’36. ’’Je n’arrive pas à y croire !’’, a confié enthousiaste Edwina Tops-Alexander. ’’C’était un parcours très, très difficile. Mais je savais exactement quoi faire et comment monter ce parcours. J’ai aussi eu la chance de partir en dernière position, à la fois sur la première manche et sur le barrage. Je savais donc où les autres cavaliers avaient fait des fautes. Ma jument était en forme. Elle a vraiment fait du bon travail, surtout qu’elle est encore assez novice à ce niveau de compétition. Nous n’avons fait que six Grand Prix ensemble. Je n’arrive pas à y croire !’’ Tous deux vainqueurs de ce Grand Prix Hermès en 2013 et 2011, les Allemands Ludger Beerbaum sur Chiara 222 et Christian Ahlmann sur Caribis Z suivent au classement aux quatrième et cinquième places après deux parcours à quatre points rapides.

Côté Français, ils étaient dix cavaliers au départ. Simon Delestre a montré de très belles choses avec le magnifique Chadino, neuvième. Quant à Julien Gonin, il a essuyé deux fautes avec le tout bon Soleil de Cornu CH. Associé à Sydney Une Prince, Roger-Yves Bost a écopé de huit points puis d’un point de temps, laissant toutefois une belle impression sur la piste. On a vu trois fautes pour Julien Épaillard et Quatrin de la Roque*LM.  Trois fautes aussi pour Kevin Staut et la pétillante Ayade de Septon*HDC. Les quatre autres ’’Vestes bleues’’, Philippe Rozier sur Rahotep de Toscane, Patrice Delaveau sur Lacrimoso 3*HDC, Olivier Robert sur Tempo de Paban et Nicolas Deseuzes sur Quilane de Lezeaux, ont préféré abandonner.

0
0