Getty Images

Les sabreuses françaises médaillées de bronze après leur victoire contre le Japon (45-39)

Du bronze pour les sabreuses françaises, qui ont renversé le Japon
Par Loris Belin via AFP

Le 25/07/2017 à 16:48Mis à jour Le 25/07/2017 à 17:34

MONDIAUX LEIPZIG - Quatrième médaille pour l'escrime française à Leipzig. Les sabreuses françaises ont décroché le bronze de l'épreuve par équipes, mardi après-midi, en dominant le Japon 45 touches à 39 dans la petite finale. Largement menées en milieu d'assaut (22-30), les Tricolores ont renversé la vapeur pour retrouver le podium mondial.

Les Françaises sont de retour sur le podium mondial en sabre. Les Tricolores ont décroché la médaille de bronze des Mondiaux de Leipzig mardi en dominant le Japon (45-39) en finale pour la troisième place.

Largement menées en première partie d'assaut (11-20 puis 22-30), elles ont totalement renversé la situation. Manon Brunet, frustrée en demi-finale où elle n'avait pas su conclure face à l'Italie, a remis l'équipe de France sur les bons rails en ramenant l'écart à trois touches. Carolie Queroli a ensuite permis aux sabreuses bleues de prendre les commandes avant que Cecilia Berder ne scelle le tir d'un 5-0 magistral.

"Gagner à Tokyo en 2020"

Les Françaises n'étaient plus montées sur un podium mondial depuis Kazan en 2014. Brunet, Queroli et Berder (déjà en bronze en individuel) empochent la quatrième médaille de la délégation bleue-blanc-rouge, la quatrième en bronze depuis le début de la compétition. Après leur victoire, elles ont amené sur la piste Sara Balzer, victime d'une rupture complète du ligament croisé antérieur de la jambe gauche samedi dans l'épreuve individuelle.

"J'avais encore la défaite contre l'Italie dans la tête, mais Manon nous a bien relancées, ça a fait du bien à l'équipe. Il nous fallait ça", a commenté après la rencontre Caroline Queroli, arrivée en Allemagne seulement dimanche en fin d'après-midi pour remplacer Balzer. "Je n'avais pas de doutes sur le niveau de Caroline. J'ai une pensée particulière pour son maître d'armes, Michel Jeanny", qui a formé Queroli, a souligné l'entraîneur national Jean-Philippe Daurelle, satisfait de la saison passé.

"On a passé une super journée, c'était des championnats pleins d'émotions. Elles sont revenues sur le Japon avec plein d'émotions, c'est génial pour elles, pour le travail que l'on fait", s'est félicité Daurelle. "On est là pour gagner à Tokyo en 2020, c'est notre projet. On avait le niveau pour devenir championnes du monde, on a un groupe très fort. Ce qui est bien, c'est qu'elles ont encore à progresser", a-t-il ajouté.

0
0