Dzagoev, du caviar à la louche

Dzagoev, du caviar à la louche
le 04/06/2012 à 14:42

Brillant meneur de jeu et passeur hors pair, Alan Dzagoev incarne l'avenir d'une équipe de Russie prête à surprendre à l'Euro 2012.

Avec la Coupe du monde 2018 en point de mire, la Russie a des raisons de préparer l'avenir. Pourtant, à six ans de l'échéance la plus importante de son histoire, le football russe se cherche une relève. A l'Euro 2012, la sélection dirigée par Dick Advocaat ne comptera dans ses rangs que deux joueurs âgés de moins de 25 ans : Aleksandr Kokorin, le jeune attaquant du Dynamo Moscou, et Alan Dzagoev, le meneur de jeu du CSKA. Si Kokorin reste encore méconnu, Dzagoev, du haut de ses 21 ans, jouit déjà d'une belle réputation et s'affirme comme le leader de la prochaine génération russe.

L'amour pour le football, il l'a découvert dans les rues de Beslan, à 20 kilomètres de Vladikavkaz, dans le sud-ouest de la Russie, où Alan Dzagoev a touché ses premiers ballons en compagnie de son grand frère, Gela. Sa mère, passionnée de football, n'a pas tardé à l'inscrire dans le club local, le Terek Beslan, où le jeune gamin a pu faire ses gammes avant de rejoindre le Yunost Vladikavkaz à l'âge de dix ans. Cinq ans plus tard, Dzagoev a rejoint l'Académie Konoplyov à Togliatti, à plus de 1000 kilomètres de sa ville natale, en juillet 2005. L'adolescent de quinze ans y a montré un tel potentiel qu'il n'y est resté que six mois. En janvier 2006, il a intégré l'équipe première de l'académie, alors appelée Krylia Sovetov-SOK, qui évoluait en deuxième division russe. C'est avec cette équipe qu'il a fait ses débuts professionnels. Et 37 matches et 6 buts plus tard, le CSKA Moscou n'a pas hésité à engager le jeune espoir de 18 ans.

Le club russe n'a pas eu à se plaindre de l'avoir recruté aussi tôt, tant le joueur s'est adapté au plus haut niveau avec une rapidité déconcertante. Après quelques matches sur le banc pour débuter la saison 2008, Dzagoev s'est offert un but et deux passes décisives pour sa première titularisation en championnat, face à Khimki. Après une prestation remarquable, avec trois passes décisives à la clé, face au Spartak Moscou lors d'un tour de Coupe de Russie, il n'est plus jamais sorti de l'équipe de départ du CSKA et a confirmé match après match sa montée en puissance. Y compris au niveau européen, avec un doublé lors d'une victoire sur la pelouse du Zenit Saint-Pétersbourg au terme de laquelle Dzagoev a été nommé homme du match. Son ascension a été récompensée par le titre de meilleur espoir du championnat russe à l'issue de la saison. Ses performances ont alors commencé à attirer l'attention des recruteurs des clubs étrangers. Et de la sélection russe, avec laquelle il a débuté en octobre 2008 avec un match de qualification pour la Coupe du monde 2010 face à l'Allemagne.

Lampard, son modèle

A 18 ans et 116 jours, Dzagoev est devenu le plus jeune joueur de champ à porter le maillot de l'équipe nationale, et le deuxième tous postes confondus derrière le gardien Igor Akinfeev. Alors sélectionneur de la Russie, Guus Hiddink avait apprécié la performance de son jeune meneur de jeu. "Il s'est parfaitement intégré à l'équipe... Alan est un joueur très intelligent, avec cette capacité à distribuer la dernière passe et à réguler le jeu. Il l'a encore prouvé face à l'Allemagne", avait estimé le technicien néerlandais après une performance que le joueur lui-même, très déçu par la défaite (2-1), avait qualifié de "flop". La suite a plutôt donné raison à son sélectionneur. Avec quatre buts durant les éliminatoires, dont un décisif en Slovaquie, Dzagoev a été l'un des grands artisans de la qualification de la Russie pour l'Euro 2012.

En club comme en sélection, le petit meneur russe a affiché un talent rare pour un joueur de 21 ans. Habile des deux pieds, rapide et bon dribbleur, Dzagoev a une capacité assez impressionnante à accélérer le jeu de son équipe, et c'est également un remarquable tireur de coups de pied arrêtés. Mais là où il excelle le plus, c'est dans la dernière passe. Sa faculté à distribuer des caviars à ses partenaires en fait déjà un élément déterminant du collectif du CSKA et de l'équipe de Russie. Sa progression passera probablement par un transfert vers un grand club étranger. Grand admirateur de Frank Lampard, qu'il prend pour exemple, Dzagoev rêve de porter un jour les couleurs de Chelsea. L'Euro 2012 constituera peut-être le tremplin attendu, même si le jeune meneur russe l'abordera un peu sur la pointe des pieds. Il a dû mettre un terme à sa saison prématurément en raison d'une blessure à un orteil et n'a retrouvé les terrains qu'avec les matches de préparation de la Russie. Qui sait s'il ne sera pas l'atout fraîcheur d'une sélection qui rêve secrètement de faire aussi bien qu'en 2008, où elle avait atteint le dernier carré.



Vincent BREGEVIN (twitter : @VB_eurosport)

 
Eurosport Scouting
Eurosport Scouting

Les journalistes d'Eurosport.fr partent à la recherche des joueurs de demain.