2011 NFL Green Bay Packers Aaron Rodgers - AFP
 
Article
commentaires
Football US > NFL

Green Bay, l'histoire en marche

Green Bay, l'histoire en marche

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 21/11/2011 à 18:12 -
Par Eurosport - Le 21/11/2011 à 18:12
Green Bay a signé dimanche sa 10e victoire en 10 matches cette saison. Champions en titre et invaincus depuis près d'un an, les Packers rêvent non seulement d'une nouvelle victoire au Super Bowl, mais aussi d'une saison parfaite. Vu le niveau stratosphérique d'Aaron Rodgers, c'est possible.

En NFL, le mythe de la saison parfaite est toujours aussi vivace. Depuis le début de l'ère moderne, que l'on datera de la seconde moitié des années 60, une seule équipe, les Miami Dolphins, ont réussi à être sacrés sans perdre le moindre match. Depuis, tout le monde s'est cassé les dents sur cette barrière. Il est vrai qu'à l'époque des Fins, il "suffisait" de remporter 17 matches pour aller au bout sans défaite. Il en faut 19 désormais. New England a failli réussir le score parfait il y a quatre ans. Après avoir rendu une fiche de 16-0 en saison régulière, la bande à Tom Brady avait calé sur le 19e obstacle, s'inclinant à la surprise générale lors du Super Bowl. Aujourd'hui, c'est au tour de Green Bay de chasser cet improbable record. Et les Packers en ont les moyens.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la franchise du Wisconsin n'a pas connu de baisse de tension après sa victoire au Super Bowl en février dernier. Le champion en titre est reparti de plus belle, comme si la saison ne s'était jamais arrêtée. Dernière équipe invaincue cette saison, Green Bay a remporté ses 10 premiers matches. Depuis plus de 40 ans, 13 équipes ont démarré par 10 victoires. Neuf sont allées au Super Bowl et six l'ont remporté. Bref, s'il ne garantit pas un deuxième sacre consécutif au début de l'année prochaine, le rythme actuel du Pack peut l'inciter à l'optimisme. D'autant que, au-delà des chiffres, il y a la manière. Et Green Bay semble clairement évoluer dans une dimension à part cette saison. Son attaque, surtout, complètement inarrêtable.

Paradoxale défense

Le symbole de cette réussite totale, c'est évidemment Aaron Rodgers. Dans la foulée de sa fantastique campagne de playoffs en début d'année, le quarterback de Green Bay vit une saison de rêve. Le meilleur joueur de la Ligue, désormais, c'est lui. Le titre de MVP lui est déjà promis. "C'est incroyable, parce chaque semaine, il semble de plus en plus fort. Je ne vois personne qui lui arrive à la cheville aujourd'hui", juge Donald Driver, le receveur vétéran du Pack. Rodgers joue avec une telle confiance que rien ni personne ne peut le troubler. Il est tout simplement en train de produire une des plus grandes saisons de toute l'histoire du jeu pour un quarterback. Avec déjà plus de 3150 yards à la passe, 31 touchdowns pour seulement quatre interceptions; 72% de passes complétées et un rating flirtant avec les 130 (et pas un seul match à moins de 110 de rating cette saison...), l'idole de Lambeau Field est en train d'écrire l'histoire.

L'explosivité de l'attaque de Mike McCarthy (35 points en moyenne par match) est telle qu'elle parvient à masquer les faiblesses récurrentes de l'escouade défensive. Celle-ci n'a en effet rien de parfait. Elle pointe au 30e rang sur 32 avec près de 400 yards concédés par match. Même si elle a effectué une mise au point il y a huit jours face à Minnesota (victoire 45-7), elle a une tendance fâcheuse à boire la tasse. Jusqu'ici, Rodgers et sa clique (particulièrement ses receveurs Jordy Nelson et Greg Jennings) ont toujours compensé et même bien au-delà, mais le coordinateur défensif, Dom Capers, a du travail. "Nous ne pouvons pas nous reposer sans cesse sur notre attaque. Nous devons hausser notre niveau de jeu et ça n'a pas été assez souvent le cas cette saison", regrette le linebacker vedette, Clay Matthews. Paradoxalement, elle provoque beaucoup de turnovers, à l'image de ses 19 interceptions (presque deux par rencontre), le plus gros total de la ligue. La victoire à San Diego fut très significative à cet égard. Ce jour-là, la défense a à la fois pris l'eau (38 points encaissés) et trouvé le moyen d'inscrire deux touchdowns en interceptant Philip Rivers.

Quoi qu'il en soit, Aaron Rodgers a les clés. S'il continue d'évoluer à ce niveau, la saison parfaite est envisageable. Un deuxième titre (ce serait le cinquième des Packers) consécutif plus encore. A cheval sur deux saisons, Green Bay a désormais remporté 16 matches de suite, soit l'équivalent d'une saison régulière complète, et personne n'a encore trouvé le moyen de freiner (pas de stopper, de freiner) cette attaque de feu. On dit souvent que ce sont les défenses qui gagnent les titres. Pas avec cette équipe-là. Green Bay vivra ou mourra par le bras d'Aaron Rodgers. Un bras en or. Et pour l'instant, les morts sont de l'autre côté.

LES 10 VICTOIRES DE GREEN BAY CETTE SAISON

Green Bay-New Orleans: 42-34
Carolina-Green Bay: 23-30
Chicago-Green Bay: 17-27
Green Bay-Denver: 49-23
Atlanta-Green Bay: 14-25
Green Bay-Denver: 24-3
Minnesota-Green Bay: 27-33
San DiegoGreen Bay: 38-45
Green Bay-Minnesota: 45-7
Green Bay-Denver: 35-26

Reuters