Getty Images

Ancelotti, Conte, Allegri : Après le fiasco Ventura, l'Italie attend son sauveur

Ancelotti, Conte, Allegri : L'Italie attend son sauveur

Le 14/11/2017 à 19:07Mis à jour Le 14/11/2017 à 20:11

Au lendemain d'une des plus sombres soirées de son histoire sportive, l'Italie cherche désormais des coupables à un fiasco mondial. Et un homme est pointé du doigt : Giampiero Ventura. Le sélectionneur de la Nazionale, qui n'a pas encore démissionné, devrait tout de même quitter ses fonctions. Viendra ensuite le temps de la reconstruction... mais avec quel homme à sa tête ? Tour d'horizon.

Carlo Ancelotti

Points positifs : L'ancien entraîneur du PSG est très populaire en Italie. Lancé par La Gazzetta dello Sport ce mardi, un sondage érige même Ancelotti comme choix préféré des tifosi pour remplacer Ventura. Carletto, comme on le surnomme en Italie, pourrait donc pacifier un pays plongé dans la détresse et la révolte depuis lundi soir. De plus, Ancelotti est respecté de tous, tant pour sa personnalité que son palmarès, et nul ne doute que les joueurs apprécieraient sa venue sur le banc de la Nazionale.

Points négatifs : Pour faire venir Ancelotti, il va falloir le convaincre. Entamer une nouvelle aventure sur un champ de ruines n'est jamais simple. La fédération italienne va devoir également sortir le chéquier, puisque l'ancien entraîneur du Milan AC est un habitué des gros salaires. Mais au vu de la situation dramatique, les hauts dirigeants de la fédération peuvent bien faire un effort, comme ils l'avaient fait avec Antonio Conte jadis (entre 3,5 et 4 millions d'euros par an).

Carlo Ancelotti FC Bayern München

Carlo Ancelotti FC Bayern MünchenGetty Images

Massimiliano Allegri

Points positifs : Arrivé dans le scepticisme à la Juventus en 2014, Massimiliano Allegri a su faire oublier Antonio Conte. Deux finales de Ligue des champions, quatre scudetti (un avec Milan, trois avec la Juve), trois coupes d'Italie... Le palmarès de l'entraîneur toscan parle de lui-même. Ce dernier sait également s'adapter à plusieurs situations, tant sur le plan tactique que sur la gestion d'une rencontre, et il a cette capacité à pouvoir trouver des nouveaux postes à ses joueurs (Mandzukic à gauche, Cuadrado arrière droit, Pjanic en numéro 6)...

Points négatifs : Contrairement à Ancelotti, Allegri ne fait pas l'unanimité en Italie. Il est parfois décrié pour certains de ses choix. De plus, l'entraîneur est lié à la Juventus jusqu'en 2020 et le chiper à la Vieille Dame ne s'annonce pas simple même si, pour beaucoup, son cycle est en train de se conclure. Allegri est également un habitué du travail quotidien, ce qui ne sera pas le cas en Nazionale.

Massimiliano Allegri

Massimiliano AllegriGetty Images

Antonio Conte

Points positifs : Tout le monde le sait, Antonio Conte a laissé une magnifique trace de son passage sur le banc de la sélection (2014-2016), notamment avec l'Euro en France et un parcours plus qu'honorable (élimination en 1/4). De plus, le désormais entraîneur de Chelsea est un habitué des reconstructions, lui qui en était l'un des principaux architectes du côté de la Juventus. Conte souhaite également revenir en Italie, comme il l'a récemment confié. Et son départ de Chelsea en fin de saison semble inéluctable, notamment à cause de problèmes internes.

Points négatifs : En Italie, l'expression dit que "la soupe réchaufée n'est jamais bonne", ce qui contraste donc avec un deuxième règne de Conte en Nazionale. L'entraîneur des Blues l'a souvent confié, il aime respirer l'odeur du terrain tous les jours, ce qui ne milite pas pour un retour en sélection. Et beaucoup de clubs lui font les yeux doux, comme le Milan AC et le PSG... Mission impossible donc pour la fédération italienne ?

Antonio Conte, le sélectionneur de l'Italie, lors du match face à l'Azerbaïdjan le 10 octobre 2014.

Antonio Conte, le sélectionneur de l'Italie, lors du match face à l'Azerbaïdjan le 10 octobre 2014.AFP

Luigi Di Biagio

Points positifs : Voilà très certainement l'outsider de cette liste. Pur produit de la fédération, l'ancien international connaît un parcours linéaire, passant ainsi de sélectionneur des moins de 20 ans italiens (2012-2013) aux Espoirs depuis quatre ans. Di Biagio connaît donc la génération montante de l'Italie, et il pourrait ainsi apporter un vent de fraîcheur en Nazionale après le départ de plusieurs cadres (Buffon, De Rossi, Barzagli...).

Points négatifs : On le sait, la marche est haute entre les Espoirs et la sélection majeure. Pour reconstruire, la fédération italienne misera certainement sur un homme d'expérience, ce qui manque forcément à Luigi Di Biagio. Le nom de ce dernier ne semble en plus pas faire l'unanimité chez les tifosi, qui souhaitent oublier au plus vite la gestion désastreuse de Giampiero Ventura et ainsi confier la Squadra Azzurra à des mains plus sûres.

Luigi Di Biagio, coach of Italy reacts during the 2017 UEFA European Under-21 Championship Group C match between Italy and Germany at Stadion Cracovia on June 24, 2017 in Krakow, Poland.

Luigi Di Biagio, coach of Italy reacts during the 2017 UEFA European Under-21 Championship Group C match between Italy and Germany at Stadion Cracovia on June 24, 2017 in Krakow, Poland.Getty Images

0
0