Brandao Saint-Etienne Ligue 1 2013 - AFP
 
Football > Ligue 1

Après Brest-ASSE (0-1) : Le paradoxe Brandao

Le paradoxe Brandao

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/01/2013 à 10:00 -
Par Eurosport - Le 20/01/2013 à 10:00
Buteur décisif pour une formation de Saint-Etienne qui a renoué avec le succès, samedi soir à Brest (0-1), après six matches sans la moindre victoire, Brandao a été le héros et l’anti-héros de la semaine stéphanoise. Retour sur une soirée et une semaine bien agitées pour le Brésilien.
 

La carrière de Brandao est un sacré méli-mélo. Son réel niveau de jeu reste un mystère. Pourtant, samedi soir à Brest (0-1), le buteur Brésilien a permis à Saint-Etienne de renouer avec la victoire en championnat après six rencontres sans le moindre succès (le 23 novembre et un succès 1-0 à Valenciennes) et une plongée irrémédiable au classement. Du match du Brésilien en terres brestoises, il n’y a pas grand-chose à retenir. Maladroit dans ses prises de balle, mal placé dans la zone de vérité, l’ancien Marseillais a longtemps trainé sa peine sur la pelouse de Francis-Le Blé avant cette fameuse 50e minute où son subtil lob, de l’intérieur du pied droit, a mystifié le pauvre Alexis Thébaux. Un but de grande classe, où l’esthétisme et le timing ont vécu en symbiose, juste un moment.

Un but et puis c’est tout. Fidèle à sa légende, le Brésilien n’a pas montré plus de choses sur le terrain du 14e de Ligue 1 jusqu’à sa sortie à la 67e minute. Mais son attitude - comme souvent - a été irréprochable. Pour preuve, l’attaquant est allé fêter son but avec tout le staff et le banc du club stéphanois. Au sein du groupe, il fait évidemment l’unanimité, à la fois humainement et sportivement. Après la rencontre, ses coéquipiers ont réagi sur leur compte Twitter. "Dans le foot tout va très vite, c'est pour ça qu'il faut prendre du recul", a réagi Josuha Guilavogui. De son côté, Pierre-Emerick Aubameyang, était moins sur la retenue.  "Pour tous ceux qui ont parlé, Brandao vous a répondu (...)". François Clerc a également pris sa défense. "C’est propre à Brandao. C’est un compétiteur dans l’âme, il était vraiment très déçu et je pense qu’il a le caractère et la force mentale pour rebondir. Il nous donne la victoire et on est content car c’est un super mec, il se donne à 200%, il nous montre toujours la voie", a précisé le Stéphanois à RMC Sport.

Christophe Galtier : " Brandao ? Nous avons besoin de ce genre de joueurs (…)"

DPPI

La semaine vécue par Brandao a été remplie de contrastes à l’image de sa carrière en L1. Cette fois, outre le sportif, c’est également sur le plan relationnel que l’ancien joueur du Shakthar Donetsk a fait parler de lui. La demi-finale de Coupe de la Ligue face à Lille a bien failli rester son seul match de la semaine. Après une prestation complètement ratée face aux Dogues (contre lesquels il a raté deux énormes occasions), Brandao avait filé tout droit au vestiaire sans serrer la main de Christophe Galtier, de colère, lors de son remplacement à la 65e minute.

Philosophe, Galtier avait tenté de trouver une explication à ce comportement. "C'est un geste d'humeur qu'on peut comprendre. La question est, est-ce que je dois l'accepter ? Le plus important est qu'il soit très efficace pour ses coéquipiers, pour le club. Il y avait chez lui la déception de ne pas marquer. Vis-à-vis de moi, il n'y a pas de problème. On est des hommes, il n'y a pas besoin d'échanger des mots. Parfois, un regard suffit quand on veut s'excuser d'avoir un peu failli", a déclaré le technicien, vendredi, dans Le Progrès.

S’il y a bien un mot à retenir de la sortie médiatique d’avant-match du technicien stéphanois, c’est le mot "efficacité". Face à Brest, Brandao l’a parfaitement mis en application. Le but du Brésilien, dans sa conception, a d’ailleurs beaucoup étonné Christophe Galtier. "Paradoxalement, c'est l'occasion la moins évidente qui fait la différence. Brandao ? Je sais qu'il était très touché, il a une forte personnalité et du caractère. On a échangé que des regards pendant trois jours, mais des regards affectifs... On a besoin de ce genre de joueurs qui connaît le haut niveau et pèse sur une défense".

A force de le caricaturer à cause de ses maladresses, on oublie souvent le travail de l’ombre, notamment dans le pressing, qu’effectue le Brésilien. Avec Saint-Etienne, l’avant-centre possède même des statistiques flatteuses : quand il a été titulaire (à 8 reprises en 14 matches), son équipe n’a jamais été vaincue (6 victoires, pour 2 nuls) et affiche au compteur un ratio de points de 2,5 contre 0,8 quand il ne débute pas. Des chiffres qui en rappellent d’autres, comme ceux de son invincibilité en Coupe de la Ligue (depuis janvier 2009) et sa quatrième finale à venir. Il est le genre de joueur qui exaspère mais qui reste si précieux. C’est tout le paradoxe Brandao.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×