FOOTBALL 2011 Une La Gazetta dello sport Messi - Eurosport
 
Article
commentaires
Football > Ballon d'Or FIFA

Messi : la gueule de bois du matin

Messi : la gueule de bois du matin

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 11/01/2011 à 15:05 -
Par Eurosport - Le 11/01/2011 à 15:05
Le Ballon d'Or 2010 de Lionel Messi scandalise la presse madrilène, qui souhaitait le sacre d'un Espagnol (Xavi ou Iniesta). Si, dans le reste du monde, ce trophée fait les mêmes vagues ("Nooo!", hurle la Gazzetta), la presse catalane préfère de son côté célébrer le sacre du FC Barcelone.

A MADRID, C’EST "LA DECEPTION NATIONALE"

Eurosport

Le sacre de Lionel Messi pour ce premier Ballon d'Or-Fifa 2010 a agacé l'Espagne et notamment la presse madrilène. Déçus de ne pas voir le trophée revenir à un joueur de la Roja - sacrée championne du monde en Afrique du Sud cet été -, les quotidiens espagnols n'ont pas caché leur mécontentement, mardi. "Deux géants et un anti-Espagnol", lâche en Une Marca. Les deux géants sont Lionel Messi et José Mourinho, élus joueur et entraîneur  de l'année. Et l'anti-Espagnol est... Sepp Blatter. Marca reproche plusieurs choses au président de la FIFA, qui ne vote pas, faut-il le rappeler : le non-sacre d’un Espagnol lundi soir mais aussi l'échec de la candidature de l’Espagne et du Portugal pour l'organisation du Mondial 2018. "Le football espagnol est sans nul doute le grand perdant de cette édition. Bien que notre sélection ait été championne du monde l'été dernier, la Fifa a privé de prix Xavi, Iniesta et (le sélectionneur, Vicente) del Bosque". "Un Ballon d'Or injuste", ajoute le quotidien ce matin sur son site internet. Le journal sportif s'appuie cette fois-ci sur un sondage où 68,2% des votants n'ont pas compris le choix de Lionel Messi.

AS, l'autre grand quotidien sportif de Madrid, constate que "c'est l'Espagne qui trinque". Le journal ajoute sur son site internet : "Le Ballon d'Or pour Messi, la déception nationale". Sur son édition en ligne, AS regrette que la "récompense soit passée sous le nez du football espagnol, dominateur absolu de la plus grande compétition organisée par la FIFA". Et le journal explique sa désillusion : "Messi est un joueur grandiose mais durant le Mondial, il a fait si peu. D'accord pendant le reste de l'année, il a été sensationnel. (...) Mais loin de ses deux coéquipiers du Barça, Messi n'a pas été si bon. En revanche, Xavi et Iniesta ont joué avec le même brio au Mondial", lâche Alfredo Relaño, dans son édito.

A BARCELONE, "MESSI N'A PAS BESOIN DU MONDIAL"

Eurosport

A Barcelone, on est forcément plus mesuré. Certes, le Ballon d'Or ne revient pas à un Espagnol. Mais il reste en Catalogne. Alors, les quotidiens sportifs catalans célèbrent le sacre de l'Argentin comme il se doit. Et ils n'oublient pas de souligner l'importance du Barça dans cette réussite. "Messi, le numéro 1 indiscutable, n'a pas besoin du Mondial", lâche El Mundo Deportivo  avant d'ajouter."Messi s'est appuyé sur ses buts avec le Barça pour montrer que la Coupe du monde n'est pas indispensable pour être élu meilleur joueur de l'année. Ses prestations comme le quart de finale de Ligue des Champions contre Arsenal (quatre buts  au retour) ont été fatales à Xavi et Iniesta."

L'autre quotidien catalan Sport est aussi aux anges : "L'or pour Messi, la gloire pour le Barça", lâche Sport. "Quel que soit le nom du gagnant, le trophée de l'année 2010 est pour une école de football pas comme les autres: La Masia", s'emporte le journal, qui rappelle que c'est "le onze de l'année le plus barcelonais de l'histoire" avec Puyol, Piqué, Iniesta, Messi et Villa

LE RESTE DU MONDE MITIGÉ

Eurosport

Hors des frontières de l'Espagne, ce nouveau titre de Lionel Messi ne fait pas non plus l'unanimité. Et notamment en Italie. "Messi gagne par surprise" estime Tuttosport. "Messi ? Noooooo !", s'emporte en Une La Gazzetta dello Sport, qui se dit déçue par ce Ballon d'or "injuste" et "incroyable". En Argentine, on est aussi mesuré: "Malgré son échec en quarts de finale du Mondial avec l’Argentine, Messi a été récompensé pour ses excellentes performances avec le Barça", explique laconiquement Clarin. Et Olé, l'autre grand quotidien sportif argentin, n'oublie pas non plus l'échec de l'Albiceleste au Mondial : "Le champion n'est pas le meilleur. Lionel Messi n'a pas gagné le Mondial mais il a reçu le Ballon d'Or devant Xavi et Iniesta. Profitez-en car il est Argentin".

En Angleterre, on est également partagé. Pour Heny Winter du Telegraph, c’est même très clair : Wesley Sneijder  s'imposait. "Le petit magicien a brillé en 2010, surtout avec le Barça. Et tout le monde se souvient de sa destruction élégante d’Arsenal au Nou Camp. Mais Wesley Sneijder  a été d’une régularité impressionnante dans deux des plus grandes compétitions de l’année : la Ligue des Champions et la Coupe du monde", plaide-t-il.  Pour The Sun, "ce premier Ballon d’or Fifa confirme que l’attaquant du Barça est le meilleur joueur de sa génération". Mais plus que Messi, le tabloïd anglais préfère mettre en avant l'échec de la Premier League : "Premier League 0 - Reste du monde 11", titre le journal. "La Premier League a été snobée puisqu’aucun joueur du championnat n’a été retenu dans l’équipe Fifa de l’année." Enfin, au Portugal, la presse met en exergue le sacre de José Mourinho. A Bola célèbre ainsi le "roi Mou" en Une.