Imago

Bundesliga (32e journée) : Dortmund joue sa place en C1 sur un match

Dortmund joue sa place en C1 sur un match
Par AFP

Le 05/05/2017 à 13:00

BUNDESLIGA - Quart de finaliste de l'édition 2017, Dortmund n'est pas encore assuré de sa place en phase de poules la saison prochaine. En déplacement à Hoffenheim samedi, les hommes de Thomas Tuchel jouent gros. Une défaite plongerait les Jaune et Noir dans une situation très compliquée.

Dortmund, éliminé en avril de la Ligue des champions après un attentat contre l'équipe, jouera samedi sur un seul match contre Hoffenheim sa qualification à la phase de poules la saison prochaine, à l'occasion de la 32e journée de Bundesliga. En tête, le Bayern (73 pts) est déjà assuré du titre et reçoit samedi la lanterne rouge Darmstadt, quasiment condamné à la relégation.

Une finale pour la 3e place

Hoffenheim est actuellement troisième avec 58 points et Dortmund quatrième avec 57. En cas de victoire à l'extérieur à Dortmund, Hoffenheim s'installerait solidement et sans doute définitivement sur la troisième marche du podium. Le Borussia n'aurait alors plus son destin européen entre les mains, à deux journées de la fin du championnat.

"Ce sera une finale pour la troisième place", a déjà annoncé Marco Reus, l'homme d'expérience de l'attaque Jaune et Noir. "Nous sommes prêts", a ajouté son entraîneur Thomas Tuchel, "nous avons la forme, la confiance et le mental pour nous imposer à domicile". Même s'ils ont concédé un triste 0-0 à domicile à Cologne la semaine dernière, les coéquipiers d'Ousmane Dembélé restent invaincus dans leur stade fétiche depuis plus de deux ans (4 avril 2015, 0-1 contre le Bayern).

"Toute la pression est sur Dortmund", a d'ailleurs habilement déclaré le coach d'Hoffenheim Julian Nagelsmann. Les trois premiers seront directement qualifiés pour la phase de poules, le quatrième devra passer par un tour préliminaire.

Ousmane Dembélé et Marco Reus

Ousmane Dembélé et Marco ReusGetty Images

" Tellement de records..."

Le RB Leipzig (2e, 63 pts), révélation de la saison, devra pour sa part s'imposer à Berlin contre le Hertha pour être certain de se qualifier pour la phase de poules de C1. Tout juste monté de 2e division, le RB a été la seule équipe à menacer la suprématie du Bayern, au moins jusqu'en janvier. Les dirigeants et les très jeunes joueurs ne se sont en outre jamais laissés intimider par la fronde -- et parfois les débordements -- des "ultras" d'autres clubs, qui reprochent à Leipzig de n'être qu'un support publicitaire pour la marque Red Bull, fondatrice et propriétaire du club.

"La possibilité de valider notre place pour la Ligue des champions à trois journées de la fin est sensationnelle. Personne n'y aurait pensé" en début de saison, a lancé l'entraîneur Ralph Hasenhüttl, dont l'attaquant vedette Timo Werner, victime d'une contusion le week-end dernier, est incertain pour ce match crucial.

Quoi qu'il arrive, le RB aurait encore deux matches pour marquer les trois points indispensables pour s'assurer le podium. La pression ? "Nous avons réussi cette saison tellement de choses, battu tellement de records, surpris tellement de gens - Quelle pression voulez-vous que nous ayons ?", a souri Hasenhüttl: "La seule pression que nous nous mettons, c'est que nous voulons gagner chaque match".

Emil Forsberg, Yussuf Poulsen et Naby Keita

Emil Forsberg, Yussuf Poulsen et Naby KeitaGetty Images

"18-0 pour le Bayern"

Les stars de Munich étrenneront leur titre devant leur public en recevant Darmstadt, bon dernier et qui sera définitivement relégué s'il ne gagne pas à l'Allianz Arena. Comparant la valeur des effectifs de Darmstadt et du Bayern, le président de Darmstadt Rüdiger Fritsch a eu cette phrase désabusée: "Ce sont 25 millions qui rencontrent bien plus de 300 millions. En fait nous devrions perdre 18-0".

Après la punition infligée par le Bayern à Wolfsburg la semaine dernière (7-0), l'entraîneur de Darmstadt est visiblement inquiet: "Je ne sais pas si c'est un avantage pour nous qu'ils soient déjà champion. Lorsque le Bayern peut jouer libéré, ça peut très mal tourner".

2017, Carlo Ancelotti, Bayern

2017, Carlo Ancelotti, BayernGetty Images

0
0