Panoramic

Nouvelle finale perdue en Copa America : Lionel Messi a-t-il été abandonné par l'Argentine ?

Messi a-t-il été abandonné par l'Argentine ?

Le 27/06/2016 à 13:42

COPA AMERICA 2016 - Après la défaite aux tirs aux buts de l'Albiceleste face au Chili, en finale dimanche (0-0, 4-2 tab), Lionel Messi a annoncé qu'il renonçait à la sélection, à 29 ans. Mais, au final, n'est-ce pas l'Argentine qui n'a pas su soutenir son génial numéro 10 ?

Après la défaite aux tirs aux buts de l'Albiceleste face au Chili, en finale dimanche (0-0, 4-2 tab), Lionel Messi a annoncé qu'il renonçait à la sélection, à 29 ans. Mais, au final, n'est-ce pas l'Argentine qui n'a pas su soutenir son génial numéro 10 ? Jamais on ne l'avait vu aussi abasourdi, perdu, égaré. Quand le match s'est terminé, il est allé s'asseoir sur le banc, seul. Puis, est revenu vers ses coéquipiers. A fondu en sanglots dans les bras de l'un d'eux.

Messi était dévasté. Pour avoir perdu bien sûr, mais aussi car le poids de la culpabilité devait l'accabler, pour avoir manqué son tir au but. Il s'agissait du premier de la série côté argentin. Le Chili venait de manquer sa première tentative. L'occasion était idéale, mais Messi a tiré au-dessus de la barre. A-t-il craqué ? Ne peut-il plus supporter le fardeau qu'il porte sur ses épaules avec l'Albiceleste ? Dans la foulée de la rencontre, il a, en tout cas, annoncé à la presse que la "sélection était terminée" pour lui. Un renoncement qui sera interprété comme un manque de caractère par une partie de l'Argentine, où se trouvent ses plus durs critiques. Et la comparaison avec Diego Maradona, l'ex-leader absolu de l'Albiceleste, ne pourra que revenir, et être ressassée jusqu'à plus soif.

L'Argentine a joué à 11 contre 10 avant que Rojo ne gâche tout

Sa barbe, que ses coéquipiers lui avaient demandé de ne pas couper, par superstition, n'y a rien fait. Lionel Messi a perdu une troisième finale en trois ans avec l'Albiceleste. Après avoir manqué son penalty, le Barcelonais ne tenait plus en place dans le rond central, maltraitait son maillot, le levait au niveau de son visage comme s'il voulait se cacher. Il avait à nouveau failli avec sa sélection. Mais Vidal aussi. Le leader du Chili avait vu sa tentative, qui précédait celle du Barcelonais, repoussée par Sergio Romero. La différence : les tireurs de la Roja ont ensuite commis un sans-faute, à l'inverse des Argentins. En 1990, en quart de finale de la Coupe du monde, Maradona avait manqué un tir au but. Mais, là aussi, ses coéquipiers avaient gommé son erreur. Qui se souvient aujourd'hui de ce raté ? Alors, si Messi a renoncé à l'Albicelelste, n'a t-il pas aussi été abandonné par les siens ?

Lionel Messi après son tir au but raté pour l'Argentine en finale la Copa America 2016 contre le Chili

Lionel Messi après son tir au but raté pour l'Argentine en finale la Copa America 2016 contre le ChiliPanoramic

Cette nouvelle finale de Copa América perdue a été un reflet de la relation tourmentée de la "Pulga" avec l'Albiceleste. Dimanche soir, dans le stade Metlife du New Jersey, Messi avait commencé par dérouler le tapis rouge à ses coéquipiers. Intenable, il avait provoqué une faute grossière de Marcelo Diaz (16e). Averti, le Chilien allait recevoir son deuxième jaune dix minutes plus tard, pour une faute beaucoup moins évidente. Reste que l'Argentine se retrouvait à onze contre dix.

Que demander de plus ? Il restait plus d'une heure à jouer en supériorité numérique. Un scénario idéal pour l'Argentine de Messi, Higuain, et Di María. L'Albiceleste n'a pourtant jamais semblé en mesure de profiter de cet avantage. Nerveuse, elle ne parvenait pas à s'installer dans le camp chilien et commettait des fautes évitables. A la 43e, Marcos Rojo commettait même l'irréparable, en allant tacler par derrière Arturo Vidal, de manière spectaculaire. Carton rouge pour l'arrière latéral. Rojo ne touchait bien que le ballon, mais il n'y avait aucune nécessité à ce moment de la rencontre de réaliser ce genre de geste. L'avantage donné par Messi était réduit à néant.

Diffcile d'imaginer l'Albiceleste sans lui

Dimanche, le collectif argentin a été indigent face au Chili, l'une des équipes qui presse le mieux au monde. A peine la balle lui parvenait que Messi, auteur de quatre buts lors de cette Copa América qu'il a pris en cours lors du deuxième match, se retrouvait avec trois hommes rouges autour de lui. Il parvenait parfois à s'en débarrasser mais il en restait trois ou quatre autres à passer, et, en règle générale, aucune solution de passe séduisante ne se trouvait à sa portée. Plus que par ses erreurs, errances, ou manquements, l'histoire malheureuse de la Pulga avec sa sélection ne s'expliquerait-elle pas avant tout par un environnement peu propice à son épanouissement ? Car, malgré la qualité indéniable de ses coéquipiers aux avant-postes (Di María, Agüero, Higuain), les sélectionneurs passent mais ne trouvent pas la formule. Sergio Batista, Alejandro Sabella, et maintenant, Gerardo Martino.

Le natif de Rosario ne brille pas en sélection comme au Barça ? C'est un fait. Mais n'est-il tout simplement beaucoup moins bien entouré qu'en Catalogne, dans un club où tous les joueurs appliquent une philosophie de jeu à l'unisson ? Après deux ans sous les ordres de Gerardo Martino, l'Albiceleste n'a pas trouvé un style de jeu propre. Les affinités offensives semblent inexistantes, et Messi porte souvent à bout de bras ce collectif, même s'il n'a toujours pas remporté un trophée. Cette semaine, il s'est aussi agacé de la gestion de l'AFA, la fédération argentine, qui ne mettrait pas la sélection dans les meilleures conditions. Le premier indice d'un ras le bol de la Pulga.

Lionel Messi en larmes après la défaite de l'Argentine en finale de la Copa America 2016

Que deviendra l'Argentine sans Messi ? Il faut d'abord voir si la déclaration du joueur donnée sous le coup de la déception se concrétisera. "Je l'ai pensé dans le vestiaire, et pour moi la sélection c'est terminé, a-t-il déclaré, ce sont quatre finales (Copa America 2007, Coupe du Monde 2014, Copa America 2015 et 2016), il semble que ce ne soit pas pour moi, c'est ce que je désirais le plus au monde, mais nous n'avons pu gagner un trophée".

A part son tir au but, il n'a pas grand-chose à se reprocher

Messi n'a pu remplir l'objectif, mais vient tout de même de disputer trois finales de rang, dont l'une perdue en prolongation, et deux autres aux tirs aux buts. Autrement dit, l'Albiceleste n'a jamais été aussi proche de renouer avec le succès qui la fuit depuis 1993, depuis que Messi est son maître à jouer. Dimanche, mis à part son tir au but, le blaugrana n'a pas eu grand-chose à se reprocher. La seule véritable grande occasion des siens avait été manquée par Gonzalo Higuain. Des trois finales, celle de dimanche, est clairement celle où Messi s'est montré le plus participatif, se démenant pour se défaire du marquage suffoquant des Chiliens. Mais la toile d'araignée andine était sacrément bien tendue. La Roja n'a pas remporté par hasard deux Copa América de rang.

Dès ce lundi, l'Argentine va se poser bien des questions sur son futur, alors que plusieurs coéquipiers de Messi pourraient, eux aussi, prendre leur retraite internationale (Higuain, Mascherano, voire Agüero). Toutes les hypothèses vont être mises sur la table : d'une retraite définitive à un retour rapide ? Les prochains matches officiels de l'Albiceleste se dérouleront au mois de septembre, quand reprendront les éliminatoires pour le Mondial 2018. Cela laisse le temps à Messi de méditer sa décision. S'il ne revient pas de suite, ne pourrait-il pas s'accorder un petit break, pour se reposer mentalement, avant de remettre le pied à l'étrier ? S'il revient, le fera-t-il en sauveur pour redresser la barre d'une sélection mal embarquée dans ses éliminatoires, ou simplement quelques mois avant la Coupe du monde 2018, quand l'Argentine se dira qu'il sera difficile de l'emporter sans son meilleur joueur, même s'il n'est toujours pas parvenu à leur offrir un trophée ? Son absence pourrait-elle aussi libérer certains de ses coéquipiers ? Ce lundi, beaucoup de questions reste en suspens, mais les images de Messi effondré au Metlife Stadium ne sont pas prêtes d'être oubliées.

Lionel Messi après la défaite de l'Argentine en finale de la Copa America 2016

Lionel Messi après la défaite de l'Argentine en finale de la Copa America 2016AFP

0
0