AFP

La Lazio domine l'AS Rome (2-0) en demi-finale aller

Dominatrice, la Lazio a fait un grand pas vers la finale

Le 01/03/2017 à 22:40Mis à jour Le 01/03/2017 à 23:21

COUPE D'ITALIE - Grâce à deux réalisations de Milinkovic-Savic (30e) et Immobile (78e), la Lazio Rome a battu l'AS Rome (2-0) en demi-finale aller de la Coupe d'Italie, mercredi. Le match retour aura lieu le 5 avril.

La Lazio a suivi les pas de la Juventus. Vainqueur logique de l’AS Roma (2-0), mercredi soir au Stadio Olimpico, le club dirigé par Simone Inzaghi a signé un succès d’importance devant son public en demi-finale aller de Coupe d'Italie et pris lui aussi une bonne option sur la finale. Le match retour se jouera dans un gros mois le mercredi 5 avril prochain à l'Olimpico.

Vidéo - La Lazio domine logiquement la Roma et prend une option sur la finale : les temps forts du match

02:34

Porté par les buts de Sergej Milinković-Savić, auteur de l’ouverture du score en première période (30e), et de Ciro Immobile, qui a crucifié les hommes de Luciano Spalletti à douze minute du terme (78e), la Lazio a surtout mis fin à quatre années d’insuccès face à la Louve. En effet, depuis leur succès en finale de la Coupe d’Italie 2013, les joueurs frappés de l’aigle n’avait plus battu leur rivaux de toujours depuis sept rencontres. La série interminable a pris fin et avec la manière.

Une Roma coupée en deux

Dominée en début de rencontre par une Roma offensive et capable de mettre pas mal d'intensité, la Lazio a fait le dos rond pendant une grosse demi-heure avant de piquer son adversaire et de retourner la situation. De ce premier but jusqu'à la fin du temps additionnel, les coéquipiers de Milinkovic-Savic, excellent mercredi soir, ont gagné la bataille de l'entrejeu puis celle du réalisme. Leur succès a été la conséquence de la logique.

Sublimée par une défense à cinq très solide et travailleuse, cette Lazio a particulièrement réussi à tenir le choc en fin de rencontre alors que Luciano Spalletti avait fait entrer en jeu Diego Perotti, Stephan El Shaarawy et Francesco Totti pour redynamiser une attaque en berne et très maladroite. Coupée en deux sur les contres adverses, la Roma, très friable en défense, s'est laissée prendre à son propre jeu. Il lui faudra une grosse dose de réalisme pour retourner la situation. Mais d'ici un mois, de l'eau aura coulé sous les ponts.

0
0